MAGHREB
18/09/2013 13h:26 CET | Actualisé 19/09/2013 07h:35 CET

Tunisie: Des partis de l'opposition accusent le gouvernement d'être impliqué dans l'assassinat de Mohamed Brahmi

Les partis du Front du salut national manifestent devant le ministère de l'Intérieur à la suite de la fuite de documents informant des menaces qui pesaient sur Mohamed Brahmi avant son assassinat
Facebook/Les députés en Sit-In
Les partis du Front du salut national manifestent devant le ministère de l'Intérieur à la suite de la fuite de documents informant des menaces qui pesaient sur Mohamed Brahmi avant son assassinat

Les partisans du Front populaire et du Front du salut national ainsi que différentes composantes de la société civile ont observé mercredi après-midi, un sit-in devant le ministère de l'Intérieur à Tunis pour revendiquer la démission du gouvernement actuel et établir la vérité sur les commanditaires des assassinats de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi. Les participants ont scandé plusieurs slogans hostiles au gouvernement.

Un gouvernement "impliqué"

Zied Lakhdhar, secrétaire général du Parti des patriotes démocrates unifié a souligné dans une déclaration à l'agence TAP que "le Front populaire n'acceptera plus que le pays soit dirigé par un gouvernement impliqué, preuves à l'appui, dans l'assassinat de Mohamed Brahmi".

Il a ajouté que "ce gouvernement n'est plus en mesure d'assurer la sécurité du peuple tunisien ni de garantir sa stabilité.

"Un vrai scandale"

Pour sa part, Maya Jribi, secrétaire générale du parti "Al Joumhouri" a fait remarquer que "le document diffusé récemment révélant que le gouvernement était au courant des menaces d’assassinat qui pesaient sur Mohamed Brahmi était un vrai scandale".

"Si le gouvernement en était informé c'est un crime d'Etat et s'il n'était pas informé c'est une catastrophe", a-t-elle indiqué.

Mme Jribi a ajouté que "le Front de Salut national uni aujourd'hui dans la rue, revendique le départ immédiat du gouvernement actuel pour pouvoir sauver le pays".

Protestations jusqu’à la démission du gouvernement

De son côté, Taïeb Baccouche, secrétaire général de Nida Tounes a souligné que le sit-in était une illustration des revendications communes du Front de salut national et de plusieurs composantes de la société civile qui appellent tous à la démission du gouvernement actuel notamment après la certitude de leur implication dans les assassinats politiques et dans la prolifération du terrorisme.

Abdelmajid Belaïd, frère du martyr Chokri Belaïd a souligné que le Front du salut national poursuivra les protestations et les pressions jusqu'à la démission et la condamnation du gouvernement actuel faisant observer que toutes les preuves ont révélé l'implication du mouvement Ennahdha dans les assassinats politiques.

Galerie photo Manifestation devant le ministère de l'Intérieur Voyez les images