MAGHREB
05/08/2013 12h:40 CET | Actualisé 06/08/2013 10h:18 CET

Lotfi Ben Jeddou: Ezzedine Abdellaoui a révélé son implication dans l'assassinat de Chokri Belaïd

Nacer Talel pour le HuffPost Maghreb

"Lorsqu'un pays est frappé par le terrorisme, tous ses citoyens serrent les rangs, sauf en Tunisie où le terrorisme divise", a regretté, dimanche soir, le ministre de l'Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, lors d'une conférence de presse.

Présentant le bilan des interventions des unités spécialisées et des brigades anti-terrorisme menées pendant le week-end, le ministre a indiqué que grâce aux renseignements ces opérations ont abouti à l'arrestation de plusieurs terroristes dont un impliqué dans l'assassinat du dirigeant politique Chokri Belaid.

Il s'agit d’Ezzeddine Abdellaoui, capturé dimanche à l'aube lors d'une descente à El Ouardia (banlieue de Tunis) et connu pour avoir été un activiste d'Ansar Al Charia. Ce dernier a révélé son implication dans l'assassinat de Chokri Belaid, a indiqué Ben Jeddou.

"On ne peut à l'heure actuelle accuser une partie bien déterminée"

"L'enquête se poursuit et les personnes arrêtées sont mises en examen. On ne peut à l'heure actuelle accuser une partie bien déterminée ni établir à quelle mouvance appartiennent les terroristes arrêtés samedi et dimanche à Sousse, El Ouardia et Ben Guerdane".

"On ne peut non plus accuser Ansar Al Charia sur la base d'une simple présomption", a ajouté le ministre.

Les personnes impliquées dans les assassinats et dans l'introduction sur le territoire d'armes sont des extrémistes religieux dont certains font partie d'Ansar Al Charia, a dit Ben Jeddou, toutefois le ministère ne dispose pas d'informations sur un éventuel lien entre Al-Qaida et Ansar Al Charia, a-t-il ajouté.

"Classer ce courant comme une organisation terroriste relève de la compétence du gouvernement et non du ministère de l'Intérieur", a-t-il soutenu.

Conférence de presse de Lotfi Ben Jeddou le 4 août 2013

Des habitants d'El Ouardia témoignent

Des habitants d'El Ouardia ont témoigné, ce lundi sur TNN, une chaîne réputée proche des islamistes. Un jeune homme affirme que l'une des personnes arrêtées par les forces de l'ordre, portait une fausse barbe. Deux autres habitants affirment avoir aperçu une voiture algérienne devant la maison.

Selon TNN, le propriétaire de la maison où se trouvaient les suspects affirme qu'il avait loué sa maison à un homme originaire du Kef et qu'il ignorait la présence des autres individus sur les lieux.

Des pages Facebook apparentées aux salafistes récusent toute implication

Ces derniers témoignages et d'autres sur les multiples évènements mettant en cause des salafistes, particulièrement Ansar Al Charia, sont massivement publiés sur les réseaux sociaux, par des pages apparentées au mouvement.

"Plusieurs témoins affirment que les suspects n'ont aucun rapport avec les salafistes et des informations crédibles font état de l'implication de personnes de nationalité étrangère. Mais Dieu seul le sait", peut-on lire sur l'une de ces pages.

cheikh salafistes

L'explosion de Jdaïda, dans le gouvernorat de La Manouba, avait également été présentée dans les milieux salafistes comme le résultat d'une fuite de gaz et non une explosion accidentelle d'une bombe manipulée par un "dangereux" extrémiste religieux, laquelle version avait été donnée par le ministère de l'Intérieur.

La même page s'interroge sur la multiplication d'évènements rapprochés dans le temps, impliquant des "terroristes". "Et d'un coup, il y a des terroristes dans tous les quartiers!", ironisent-ils, énumérant les faits récents dont le ministère de l'Intérieur a fait état.

Lotfi Ben Jeddou est également critiqué pour son discours jugé incohérent dans lequel il affirme, d'une part, qu'il y a des infiltrations au sein de son ministère et ,de l'autre, qu'il n'admet pas qu'on puisse mettre en cause les forces de sécurité.