MAGHREB
02/08/2013 07h:57 CET | Actualisé 04/08/2013 09h:23 CET

Maroc: La grâce royale d'un pédophile fait scandale

Facebook/Hamza Mahfoudh

Daniel Galvan, un espagnol de 64 ans, reconnu coupable de pédophilie en 2011 au Maroc, et condamné à 30 ans de prison, vient de bénéficier de la grâce royale. L’affaire fait scandale et crée un tollé sur les réseaux sociaux.

A l'occasion de la fête du trône mardi dernier, le roi Mohammed VI a gracié 1044 prisonniers dont 48 espagnols. D’après le journal El Pais, “le roi Juan Carlos a demandé au roi marocain lors de sa récente visite à Rabat, d'accorder la grâce aux 48 citoyens espagnols condamnés par différents tribunaux du Royaume. (..) Il a appelé le souverain marocain mardi pour le remercier "profondément" de ce geste”.

Lire aussi:

Pédophile espagnol gracié au Maroc: Le roi ouvre une enquête sur cette "regrettable libération"

“Daniel Galvan, a été reconnu coupable du viol de 11 enfants marocains, âgés de 4 à 15 ans. La cour d’appel de Kénitra l’avait condamné, en 2011, à 30 ans de prison.” rapporte le site Yabiladi.

L’affaire créé un véritable tollé sur les réseaux sociaux. Sur Facebook, un appel à manifester pour annuler cette grâce a été lancé pour ce vendredi soir. Mais l’homme aurait déjà quitté le territoire selon les médias marocains.

“Daniel Galvan a déjà quitté le Maroc malgré la fin de validité de son passeport,” rapporte le site arabophone du journal Lakome, citant son avocat Mohamed Benjeddou. Ce dernier estime que “la grâce royale n’est pas discutable”.

Scandalisée, l'auteur du blog "Le version marocaine" écrit:

“A tous les pédophiles de la terre, venez défoncer le cul de nos enfants, venez vous offrir des petits marocains, dans le plus beau pays du monde, c'est permis, c'est gratuit, c'est joli.”

Dans une vidéo publiée sur Youtube, un jeune marocain dénonce cette grâce. Pour lui, ceci dénote “le problème de l’indépendance de la justice marocaine”. “Cette grâce royale est une ingérence dans la justice”, déclare-t-il.

Sur Twitter, les réactions se déchaînent :

Selon le journal Lakome, “le porte-parole du gouvernement marocain Mustapha Khalfi avait dit ne pas savoir si Daniel Galvan faisait partie de la liste (des graciés, ndlr) et avait simplement annoncé que le retraité espagnol serait «éloigné» du territoire marocain.” D'après les sources du même journal, le ministère de la Justice aurait prévenu le cabinet royal de la présence du nom d'un détenu pédophile dans la liste des prisonniers espagnols à gracier.

Juan Carlos 1er a quitté le Maroc jeudi 17 juillet au terme d’une visite de travail de 3 jours au Royaume. En difficulté économique, l’Espagne cherche à renforcer encore plus sa compétitivité au Maroc. Une grande délégation ministérielle et patronale avait accompagné le roi. Mais les contrats entre les deux pays, et les éloges du roi espagnol au “"modèle d'ouverture et de stabilité" du royaume chérifien, portent un goût amer depuis la grâce royale du pédophile espagnol accordée cette semaine. “La courtoisie envers Juan Carlos met le palais dans l’embarras” titre ce vendredi à sa Une, le journal arabophone Akhbar Al Youm.