MAGHREB
01/07/2013 20h:34 CET | Actualisé 01/07/2013 20h:52 CET

Revivez la première journée du débat sur le projet de Constitution en vidéos, avec le meilleur (et le pire) de la twittosphère!

Il est dix heures passées en ce lundi 1er juillet 2013, le président de l'Assemblée nationale constituante, Mustapha Ben Jaâfar, siège en séance plénière, pour l'ouverture des débats sur le projet de Constitution. "La Tunisie et l'Assemblée nationale constituante vivent un moment historique", c'est ainsi que M. Ben Jaâfar achève son discours avant de laisser la parole au rapporteur général de la Constitution. Mais rien ne va se dérouler comme prévu...

Un groupe d'élus tente d'empêcher Habib Khedher de prononcer son discours

Et la mine abattue de Rached Ghannouchi, leader d'Ennahdha, le parti islamiste au pouvoir, ne laisse pas indifférent...

rached ghannouchi

Finalement, après une heure seulement, la séance est levée pour plusieurs heures, le temps pour les députés de reprendre leurs esprits, et pour d'autres, comme Mehrezia Laâbidi, de donner leurs déclarations aux médias. Celle de la vice-présidente et élue d'Ennahdha, ne passera pas inaperçue. Cette dernière, remontée contre la tentative de sabotage de la plénière par un groupe de députés, ne mâche pas ses mots. "Aujourd'hui les nains se sont levés et les hommes du pays sont restés assis", assène-t-elle.

Reprise de la séance plusieurs heures plus tard

Vers 16h30, les élus regagnent leurs sièges. Mustapha Ben Jaâfar fait part de sa profonde tristesse quant aux évènements survenus dans la matinée...

Pour l'élu Watad, Mongi Rahoui, par contre, les propos de la vice-présidente, Mehrezia Laâbidi, sont inacceptables:

"Je vous demande de vous excuser auprès des personnes de petite taille, qui sont des citoyens comme vous et moi"

Chetoui vs Ben Jaâfar

Un échange houleux entre Omar Chettoui (élu CPR) et Mustapha Ben Jaâfar, s'ensuit. Interrompu par ce dernier, Omar Chetoui qualifie les méthodes du président de l'Assemblée de despotiques. "C'est cela le terrorisme", lance-t-il lorsque son micro sera coupé.

Et les réactions sur Twitter ne tardent pas:

Mourad Amdouni prend alors la parole pour lire le communiqué du groupe de l'opposition, sur la base duquel il s'est indigné en ce premier jour des débats. Il accuse Habib Khedher, le rapporteur général de la Constitution, et la présidence de l'Assemblée d'avoir falsifié le projet de Constitution. "Nous appelons au consensus, pour que cette Constitution soit celle de tous les Tunisiens et de toutes les Tunisiennes"

Selma Baccar, Mehrezia Laâbidi et l'art de la réalisation audiovisuelle

Ensuite, c'est au tour de Selma Baccar (élue Al Massar) d'interpeler Mehrezia Laâbidi, cette fois concernant les agissements de Mme Laâbidi contre les journalistes de la télévision: "Vous vous êtes rendue coupable d'un crime contre la liberté d'expression. Qui êtes-vous pour donner vos consignes sur la manière dont le réalisateur de la télévision nationale devrait travailler, s'agissant d'un domaine que vous ne maîtrisez absolument pas?", s'indigne-t-elle.

Ce à quoi l'accusée rétorque, avant d'être contredite par certains députés et le cameraman présent sur place:

L'hymne national et la Fatiha

Il n'aura pas fallu longtemps pour que le chaos s'installe de nouveau dans l'hémicycle de l'Assemblée. C'est une cacophonie généralisée entre ceux qui appellent à une "Constitution démocratique" et ceux qui entonnent l'hymne national, ce qui ne sera pas du goût de tout le monde.

Poursuivant son discours dans le vacarme, Habib Khedher se met à réciter la Fatiha (première sourate du Coran) en hommage aux martyrs tombés pour la Tunisie.

Sur Twitter, c'est la stupéfaction:

La séance est levée

La séance inaugurale du débat général sur le projet de Constitution s'achève enfin sur une note du président de l'Assemblée, informant les députés du déroulement des interventions pour la séance du mardi 2 juillet 2013 et du début des travaux de la commission dite du "consensus", créée afin qu'un accord final soit trouvé sur la Constitution, en dehors des plénières. Sa première réunion, a-t-il déclaré, est prévue pour ce mercredi.

Cette journée à l'Assemblée nationale constituante annonce d'emblée la couleur... Les débats sur la Constitution risquent d'être passionnés, houleux voire surprenants... à suivre sur le HuffPost Maghreb!