LES BLOGS
27/05/2014 17h:30 CET | Actualisé 27/07/2014 06h:12 CET

L'exploitation du gaz de schiste hypothèque l'avenir des générations futures

La décision des autorités algériennes d'opter pour l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste, semble obéir à une logique politique visant à pérenniser un système convalescent et moribond... Les stratèges qui ont conseillé au Président de la République de prendre cette décision, sont conscients des conséquences de cette option, mais ont préféré les ignorer pour faire le jeu des multinationales qui ne sont intéressées que par le profit et surtout par l'expérimentation de procédés.

La décision des autorités algériennes d'opter pour l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste, semble obéir à une logique politique visant à pérenniser un système convalescent et moribond qui prend option à grand risque sur l'environnement, sur les ressources hydrique et sur les ressources financières du pays.

Les stratèges qui ont conseillé au Président de la République de prendre cette décision, sont conscients des conséquences de cette option, mais ont préféré les ignorer pour faire le jeu des multinationales qui ne sont intéressées que par le profit et surtout par l'expérimentation de procédés très contestés par les experts et par l'opinion publique occidentale. L'argument justifiant le recours au gaz de schiste et qui consiste à dire qu'il s'agit de diversifier les ressources énergétiques afin d'anticiper la raréfaction des énergies conventionnelles, ne tient pas la route. Les énergies renouvelables et propres sont les mieux indiquées dans ce cas de figure d'autant plus que l'Algérie dispose d'un ensoleillement de trois cents jours par an et d'énormes capacités de production d'énergie éolienne et hydraulique pour compenser le manque en hydrocarbures.

Si l'investissement dans l'exploitation des énergies renouvelables est faramineux, il est en revanche moins coûteux quant aux conséquences sur l'environnement et les ressources naturelles. D'autant plus que la disponibilité de ces énergies est rentable sur le long terme. L'Algérie a opté pour une aventure énergétique qui risque d'hypothéquer l'avenir des générations futures. L'exploitation de gaz de schiste nécessite des technologies de pointes qui préservent l'environnement et les ressources hydriques déjà limitées. Il revient aux générations futures de les développer et de les mettre en œuvre lorsque le besoin se fera ressentir.

Qu'est-ce qui empêche aujourd'hui, l'État d'opter pour l'exploitation de l'énergie solaire et éolienne tant que les moyens financiers sont disponibles et d'engager d'ores et déjà des recherches scientifiques pour développer des techniques innovantes pour l'exploitation du gaz de schiste dans les décennies à venir. Manifestement, les pressions internationales et la volonté de maintenir le système rentier, ont précipité les choses et ont poussé le président à inaugurer sont quatrième mandat par une décision catastrophique pour l'environnement et le potentiel hydrique du pays. Les français, les américains et autres pays, vont utiliser les sites géologiques algériens riches en gaz de schiste comme laboratoires pour des procédés d'exploitation néfastes. Un autre Reggane se prépare et ses victimes seront comptées aussi bien parmi les populations que parmi les sites naturels qui seront défigurés à jamais.