Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Zoubida Senoussi Headshot

6 mauvaises habitudes des jeûneurs marocains pendant le mois de ramadan

Publication: Mis Ă  jour:
MAUVAISES HABITUDES
DR
Imprimer

JEÛNE - Le ramadan débutera demain au Maroc, et avec lui les mauvaises habitudes des jeûneurs. Accès de colère, alimentation déséquilibrée... Florilège des mauvaises habitudes des jeûneurs marocains pendant le mois sacré.

Manger trop gras et trop vite: Après une longue journée d'abstinence, on a tendance a vouloir manger de tout, mélanger les saveurs et avaler sans mâcher. Pour le plus grand malheur de nos estomacs.

Arrêter le sport: On croit que faire du sport pendant le ramadan équivaut à affaiblir notre organisme. Or, plusieurs spécialistes conseillent de faire au moins une demi-heure de cardio, marche ou natation avant le f'tour afin d'éliminer les graisses stockées la veille.

Laisser éclater sa colère: Être "mremden", selon la formule consacrée, c'est être énervé pendant le ramadan. Les conducteurs qui klaxonnent à tout va, les commerçants qui s'embrouillent dans les cafés et votre boss qui s'acharne sur vous sont autant de fâcheuses habitudes qui gâchent l'ambiance de fête ramadanesque.

Dormir tard et se lever tard: L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt. Pendant le ramadan, beaucoup oublient cette maxime et ont tendance à se coucher et se lever tard. Notre horloge interne se retrouve toute chamboulée.

Rompre son jeûne avec ses addictions: Quand on est accro à la cigarette ou au café, la journée s'avère d'autant plus longue et douloureuse. Pour certains, le premier réflexe à la rupture du jeûne n'est pas de manger, mais de commencer par assouvir ses besoins de nicotine ou de caféine.

Manger devant sa télévision: Dans la plupart des familles marocaines, la télé est allumée pour entendre l'appel à la prière, mais pas que. Elle permet aussi de regarder des programmes prétendument humoristiques, le volume à fond, au mépris de la convivialité (et de vos oreilles). Pour paraphraser Abdellatif Laabi dans son roman Le fond de la jarre, si les Européens ont inventé la musique de fond, nous les Marocains, avons inventé la télévision de fond.

LIRE AUSSI: