Huffpost Algeria mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Youssef Zerarka Headshot

L'ancre de mon enfance à la défunte boutique "La Mer" de Bab El Oued

Publication: Mis à jour:
Imprimer

ancre
L'ancre, un élément constitutif de mon imaginaire et de l'imaginaire de tous les enfants du quartier. Ma première rencontre avec le plus emblématique des "objets marins" est datée dans le temps et dans l'espace. Ce symbole du monde marin - عالم البحر - s'invitait au quotidien à mon regard de bambin.

Je le voyais quand je passais par "La Mer", la spacieuse boutique spécialisée dans les produits et accessoires du monde maritime. Au nombre desquels le "sauveteur" l'ancre, l'objet vital sans lequel le "ch'kaf" ou le "babour" s'inclinerait face aux vagues déséquilibrantes.

Un moment -un long moment - la boutique "La Mer" trônait face à la Méditerranée à un "jet de vague" du Rocher Carré cher à des amis (Lies Haddouche, Saadane Hedroug, Rachid Abdessemed, Brahim Bedjaoui, Hamid Bernaoui) et tous les "marins naturels" de Bab El Oued et des quartiers environnants.

ancre grecque

Ancre grecque à "jas de pierre fixe" remontant au 6è sièce avant JC (Baulieu-sur-mer- Alpes-Maritimes)

L'ancre de mon enfance, la première ancre dont j'ai fait la découverte rayonnait majestueusement à pleine vitrine (de "La Mer"). Elle était domiciliée avenue Malakoff face à "R'milet Lâaoued". C'était à l'aube des années soixante.

Le "B'har" et ce qu'il nourrissait comme imaginaire sociétal avaient encore pignon sur rue. Mais parce que l'Algérie aux 1.200 kms de côtes parmi les plus belles de la Méditerranée a décidé, contre toute attente, de tourner le dos à la mer, la Boutique "La Mer" s'est résignée, la mort dans l'âme, à mettre la clé sous le paillasson !

Vaincu par un pays maritime qui "s'auto-flagelle" en crachant sur 1.200 kms de mers multiples et variées, le patron de "La Mer" a "levé l'ancre ", entraînant, du coup, la noyade de l'ancre de mon enfance.

ancre à bêche

Ancre à bêches articulées - 19ème siècle

Ma première ancre disparue avec le "naufrage" de la boutique "La Mer", le plus fétiche, le plus emblématique des objets marins n'en poursuivait pas moins son cheminement dans le paysage de Bab-El-Oued et des îlots environnants. Il trônait, joliment tatoué, sur les bras et avant-bras des vieux du quartier ! C'était au temps où le tatouage tenait d'une "ligne éditoriale" et exprimait un vécu, un sentiment, un "ressenti" !

C'était au temps du tatouage "fin". C'était avant la "peopolisation" du tatouage et de sa dérive "carnavalesque" à la Johnny Hallyday, Zlatan Ibrahimovic et David Beckham ! C'est à l'ancre de mon enfance que j'ai pensé, ces derniers jours, sur la route (maritime) des vacances en fixant avec mon smartphone le "plus culte" des objets marins !

ancre

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.