Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Yasmine Kassar Headshot

Le fil inconsistant qu'est la vie

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Hier, j'ai appris, via Facebook, le décès d'un jeune homme qui avait quasiment mon âge, Khalil Karoui, fils de Nabil Karoui, un des fondateurs de Nidaa Tounes et propriétaire de la chaine de télévision Nessma TV.

Je ne le connaissais pas personnellement mais j'ai vu hier, et je continue à voir ce matin, sa photo défiler sur mon fil d'actualité et je ne peux que ressentir du chagrin face à cette tragédie. Je ne le connaissais pas personnellement mais il était pour certains un fils, un frère, un cousin, un ami, un copain.

Je n'ose imaginer ce que ses proches puissent ressentir à cet instant là. Je ne puis décrire leurs états ni coucher sur papier leurs émotions tant il m'est difficile de décrire avec les mots ce qu'ils doivent endurer.

Sa vie s'est envolée au moment où elle commençait à peine à débuter.

La vingtaine, la fleur de l'âge dit-on.

Se sont envolés avec lui ses rêves, ses espoirs vers un monde meilleur, je suppose.

La vie, notre vie, ne tient qu'un un fil, "aussi inconsistant et imperceptible que celui d'une toile d'araignée". La durée de vie dudit fil nous échappe, on ne peut ni la prévoir, ni l'allonger en vue de nous accorder quelques années de plus. On ne peut qu'y faire attention afin de ne pas précipiter sa mort.

Aujourd'hui, je me rends compte, que peu importe les circonstances, peu importe les moyens, il faudrait profiter de chaque instant présent, de vivre sa vie pleinement parce que du jour au lendemain, tout peut basculer au moment où on s'y attend le moins.

Néanmoins, ce qui m'attriste bien plus que ce terrible accident, ce sont les nombreuses réactions face à cette tragédie.

Sans scrupules, certaines personnes, cachées derrière leurs écrans, ne manquent pas de crier haut et fort leur ''joie'" face à ce dit accident mortel.

Des lâches démunis de toute once d'humanité, ne s'empêchent pas d'insulter voire même d'injurier le père du défunt, souhaitant à ce dernier l'enfer perpétuel.

J'aimerais bien savoir comment se sont-ils sentis après avoir tapé à la va-vite ces quelques lignes incitant à la haine, au mépris et pis encore, à la vengeance.

Ces paragraphes parsemés d'injures de toutes sortes ont-ils servis à apaiser leur sommeil, à calmer leur soif de vengeance?

Je n'arrive pas à me faire à l'idée que l'Homme ait pu tomber aussi bas.

Non, cela n'arrive pas qu'aux autres, cela aurait pu être vous, cela aurait pu être votre fils, votre petit fils etc.

Ce père, qui vient de perdre sa raison de vivre, aurait pu être vous.

Vous aurez pu être à la place d'un père qui ne pourra pas assister à la cérémonie de remise des diplômes de son fils. Un père qui n'aura pas la chance de voir son fils grandir, réussir dans ce qu'il entreprend, fonder une famille et être heureux.

N'oubliez jamais que la vie est une arme à double tranchant. Vous ne savez pas quand celle-ci se retournera contre vous.

Dépêchez vous d'aider votre prochain, dépêchez vous d'aimer, dépêchez vous de faire ce dont vous avez envie avant qu'il ne soit trop tard.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.