LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Yasmine Berrebeh Headshot

Sensibiliser nos enfants: Une priorité en Tunisie

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Une photo qui résume tout!

rfr

Cet été j'ai pris cette photo de mes adorables petites cousines (Syrine et Rym) lors de leur visite quotidienne chez nous venant saluer et cajoler deux autres enfants (chocolat et princesse) tout aussi adorables, ravis de recevoir tout cet amour. Cette photo m'a inspirée la question suivante: Comment sensibiliser les générations futures au respect et à la protection des animaux? La cause animale étant importante, il s'agirait d'y œuvrer activement, ce qui passe, entre autres, par la sensibilisation, en particulier celle des jeunes générations.

Par ailleurs, en tant que juriste, défenderesse de la cause animale, je me dois de rappeler que le droit n'a d'influence réelle, et donc d'intérêt, que si les peuples du monde entier sont sensibilisés aux principes qui sont au centre des lois composant ledit droit. Il est important de préciser que la sensibilisation n'est véritablement efficace qu'avec ceux qui y sont réceptifs. La majorité de ces individus sont les enfants, à la fois parce qu'ils sont à un stade d'existence où l'apprentissage prime encore et aussi parce qu'ils sont encore influençables. C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai décidé de m'intéresser à eux tout particulièrement. Concrètement, je voudrais proposer deux programmes de sensibilisation, le premier destiné aux enfants des maternelles et écoles primaires et le deuxième aux jeunes des collèges et des lycées:

1- La nécessité pour la Tunisie de promulguer des lois obligeant les établissements primaires (maternelles et écoles) à inclure dans leur programme scolaire une semaine dédiée à la cause animale par année scolaire. À cette occasion, les différentes classes, sous la responsabilité des professeurs, pourraient visiter diverses associations défendant la cause animale. Au préalable, il faudra établir un partenariat entre le ministère de l'Éducation et le ministère de l'Environnement. Cette nécessité en implique une autre, qui est celle d'avoir, dans chaque association, un représentant (de préférence une personne passionnée à laquelle les enfants seraient plus réceptifs), dont le rôle sera de s'assurer du bon déroulement de chaque session de sensibilisation et du suivi à y apporter.

2- Suivant la même logique et dans le cadre du même accord de partenariat entre les deux ministères, un programme multifocal devra être mis en place au sein des collèges et des lycées:

• Possibilité de choix d'orientation vers une matière optionnelle centrée sur la protection des animaux et qui serait disponible pour tous les élèves et, en particulier, ceux qui seraient déjà passionnés et/ou concernés par la question animale. La matière optionnelle en question pourrait, éventuellement, porter le nom d' "Atelier Nature".

• Option de rattrapage pour les élèves en difficulté scolaire, à travers du travail de bénévolat au sein des associations partenaires dudit programme. L'élève ayant fait ce travail de bénévolat serait, éventuellement, récompensé par un ajout de point(s) dans sa moyenne générale. Par ailleurs, cette option pourrait également être choisie par des élèves n'étant pas en difficulté scolaire et qui bénéficieraient des mêmes avantages apportés par ladite option que les élèves en difficulté scolaire susmentionnés.

• À noter que la finalité des mesures évoquées au point 2 est de sensibiliser les élèves, en particulier ceux qui n'auraient pas été réceptifs au premier programme de sensibilisation (cf. point 1), en les faisant travailler sur le terrain. Du fait, de l'effort fourni par l'élève, ce dernier pourrait avoir une vision plus claire de l'importance du travail des associations ainsi qu'un plus grand respect de ce travail et de sa valeur ajoutée. Finalement, le fait d'avoir eu l'opportunité de s'occuper d'un animal lui apprendra le sens des responsabilités.

• De tels programmes de sensibilisation, auront certainement une répercussion directe ou indirecte sur la mentalité générale de la société afin de l'amener à revoir ses positions vis-à-vis de certaines pratiques sadiques et meurtrières relatives à la culture et aux traditions.

• Par ailleurs, les programmes mentionnés ci-dessus pourraient avoir une influence majeure et durable sur les différents éléments inhérents au fonctionnement de l'État (l'Économie, la Politique, la Culture et, bien sûr, la Justice), et dont, justement, les activités respectives touchent, de près ou de loin, l'animal, car les enfants sensibilisés d'aujourd'hui seront, entre autres, les chefs d'entreprises, les parlementaires, les artistes, les journalistes et les juges respectueux des animaux de demain.

Et pour conclure, je rappellerai ce que nous a appris Gandhi: "On reconnaît le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite ses animaux".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.