Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Walid Cherqaoui Headshot

Lettre ouverte à Aminux

Publication: Mis à jour:
AMINUX
Aminux/Youtube
Imprimer

Cher Amine Temri, alias Aminux,

Je ne sais pas si je devrai me lancer dans un tutoiement ou un vouvoiement, mais étant donné la différence d'âge entre nous, je te tutoierai.

À mon grand étonnement, j'ai appris que tu as partagé sciemment, le soir du 5 octobre dernier, la photo d'une affiche de promotion du Parti des néo-démocrates à partir de la page Facebook de la section de Tanger dudit parti avec comme commentaire incongru traduit de l'arabe: "Nous refusons l'exploitation de l'art dans politique".

D'après ce que j'ai pu saisir, ce qui t'a motivé à commettre cette bévue est que ladite photo ait comporté en bas de page comme slogan subsidiaire le titre de ta chanson, peu ou prou en vogue, qui t'a permis d'avoir le vent en poupe: "Nous sommes pas comme eux".

Et si nous jouions à un jeu de mot? Décortiquons toi et moi ce slogan officieux. Le titre de ta chanson n'est autre que "Machi bhalhoum", tandis que la formule choisie par les PNDistes de Tanger est tout simplement "Machi fhalhoum". Il saute aux yeux qu'il y a nuance.

Tu as utilisé un "b" alors que les militants tangérois ont eu recours à un "f". De surcroît, le refrain de ta chanson a été "Ntya machi bhalhoum" tandis que la section de Tanger a usé d'un "Hna machi bhalhoum". Jusqu'a preuve du contraire, un "tu" n'équivaut pas à un "nous".

aminux

Je ne te fustigerai pas et ne tomberai pas dans le même piège que toi, mais que tu t'appropries sans vergogne une expression est tout sauf une sage et judicieuse décision. Je dirais même que c'est le comble de l'absurdité car si je me retrouve dans une situation où je serai amené à convaincre quelqu'un en vain pour ainsi dire en dernier lieu "il ne m'a pas cru", le chanteur Abdelhadi Belkhayat me tourmentera-t-il puisque c'est le titre d'une de ses chansons? Encore faut-il que cette expression appropriée ait un sens et une étendue, qu'elle soit constructive et moralisatrice à l'image des proverbes que nous avons hérités de nos aïeuls. Si ta chanson avait été révolutionnaire et dotée de paroles engagées et poétiques, j'aurais pu comprendre la provocation de ton ire. Or, la réalité est toute autre.

De même, nuire expressément à un parti durant la période électorale et le prendre dans le collimateur sans fondement solide est un acte de mauvaise de foi, et déclarer que le Parti des néo-démocrates, qui regroupe plusieurs artistes, instrumentalise l'art pour arriver à ses fins est un véritable faux pas de ta part.

En dernière instance, suite à ton acte, tu attestes ta bassesse, ton caractère calomnieux, ton arrogance et ton désir de possession des choses. J'espère de tout coeur que tu prendras un peu de recul et méditeras sur tes précédentes et prochaines actions.

Walid Cherqaoui, membre du PND

LIRE AUSSI: Le coup de gueule d'Aminux contre le PND qui a utilisé une de ses chansons comme slogan