LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Taieb Khouni Headshot

Béji Caid Essebsi et son Nokia 3310

Publication: Mis à jour:
Imprimer

On sait tous que beaucoup de gens ont eu du mal à passer des bons anciens téléphones mobiles, facile à utiliser, aux smartphones et tout ce qu'il apportent de complexité et de nouvelles fonctionnalités dont les limites sont sans cesse repoussées. Ce n'est aussi pas évident pour quelqu'un, qui a été longtemps habitué aux téléphones mobiles classiques, de se retrouver obligé de glisser ses doigts sur un écran pour passer un appel, ou envoyer un message, ou même pour répondre à un appel, qui s'avère très souvent astucieux pour certains.

Il y a un tas de raisons pour qu'on reste avec nos anciens petits téléphones portables et ses boutons physiques. Il y en a même qui en font un principe, bien qu'ils soient parfaitement capables de manipuler un smartphone. Mais les avancées extraordinaires et continues des technologies de la téléphonie mobile, et la généralisation de celle-ci, nous rend difficile de penser que des gens préfèrent toujours un simple téléphone mobile à un smartphone.

On a remarqué à travers certaines photos que le président de la République Beji Caid Essebsi utilise un Nokia 3310 dans sa nouvelle génération lancée l'année dernière. Bien qu'il ait été "réinventé", il n'en reste pas moins que ce n'est pas un smartphone, et qu'il s'approche beaucoup plus de son ancêtre, le très populaire Nokia 3310, que d'un téléphone intelligent multifonctions avec un écran géant.

ae

Alors pourquoi notre président utilise-t-il un Nokia 3310?

Comme il a été dit, plusieurs raisons peuvent être à l'origine de son choix. La moins probable étant la sécurité informatique. Quand on parle de sécurité informatique, on pense forcément au piratage, aux virus, aux malwares et aux "exploits". Ainsi, un homme d'état doit absolument avoir un téléphone sécurisé, surtout quand il l'utilise pour échanger des informations sensibles. Mais rien de tout cela ne semble être une raison plausible pour le cas du président.

Il y aussi la difficulté de passer d'un mobile classique à un smartphone. On peut avoir cette difficulté si on ne se sent pas à l'aise avec un écran tactile, ou si on ne peut pas s'accommoder des boutons virtuels et là des accidents peuvent se produire, comme appeler par erreur quelqu'un qu'on ne souhaite forcément pas appeler. BCE pourrait très bien avoir cette difficulté.

Il y a aussi ceux qui ont les doigts incompatibles avec le clavier virtuel et ses toutes petites touches. D'autre part, Certains ne veulent ou ne peuvent tout simplement pas lire d'aussi petites lettres et préfèrent rester avec de grandes lettres bien visibles à l'écran, surtout pour les presbytes.

D'autres évoquent des soucis de robustesse, de prix, ou de taille.

Bien des raisons qui ont obligé BCE à éviter les smartphones, on vous en a donné plusieurs, à vous de choisir.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.