Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Soukaier Soudany Headshot

La Terre en hypertension

Publication: Mis à jour:
EARTH PLANET
Stephane Mahe / Reuters
Imprimer

Si l'on peut assimiler la terre à une tête plus au moins ronde avec sa boite crânienne, celle-ci souffrirait d'une hypertension intracrânienne.

La tension est à son comble vu les circonstances et les événements qui s'y déroulent.

Étiopathogénie: Crise économique et pollution

Dans ce billet, on ne va s'intéresser qu'à la première étiologie.

On trouve en premier lieu la crise économique qui est plus au moins généralisée touchant les différents lobes du globe, compliquée par les échecs thérapeutiques.

Des échecs conduits par un remède s'avérant être néfaste et traumatique et qui a été proscrit par l'ONU depuis bien longtemps, via des consensus ignorés par les grands chefs d'État. Et là on parle de la guerre.

La guerre avec ses différentes formes; celle pour la paix, celle pour la démocratie et celle obscurantiste rétrograde (menée par le dénommé État islamique et ses leaders de terroristes).

La guerre qui, pour Karl Marx sert à contrôler les effets de la crise économique, et pour Keynes (économiste britannique) aide à stimuler l'économie (les dépenses militaires boostent l'économie et permettent de sortir du chômage), une hypothèse confirmée par le fait que la dépression des années 30 a été résorbée pendant la seconde guerre mondiale.

Conséquences:

-Une crise humanitaire à grande échelle: Les réfugiés, la famine et là no comment!

-Une crise sociale, des manifestations sillonnant les grandes artères des pays en crise, des foules qui clament travail et dignité et là on peut citer les manifestations en France contre la reforme du code du travail (La loi el Khomri)

- Du repli sur soi et une crise identitaire: les actes terroristes qui ont fait des milliers de victimes partout dans le monde, ont creusé un énorme fossé entre concitoyens de cultures différentes, avec en parallèle la montée de l'extrême droite en Europe (Le FN en France, l'UKIP au royaume uni). On peut aussi parler du passage à l'action du FLNC (Front national de libération nationale corse) suite aux incidents du burkini. Et la montée puissance du républicain Donald Trump avec ses idéologies régressives et rétrogrades et sa politique d'exclusion.

Le nationalisme regagne du terrain, un constat triste en cette ère de populisme, ère de confusion, d'amalgame et de refus de l'autre: La communication entre différentes neurones devient de plus en plus dure et ardue, ce qui est à l'origine des maux de tête!

Le traitement:

Il est simple on préconise:

- Le dialogue: Et ce sur plusieurs niveaux, de l'ONU aux simples citoyens en passant par les décideurs et les grands chefs d'État. Le but étant de trouver des compromis pour résoudre les différentes situations de crise auxquelles on fait face, tout en laissant de coté l'égo et la mégalomanie (la rivalité éternelle qui existe entre les USA et la Russie comme exemple), se passer des intérêts "personnels" pour le bien de l'intérêt général, se considérer comme citoyen du monde plutôt que de se renfermer dans sa coquille (on peut citer la Corée du nord et la politique que mène son leader Kim Jung Un).

Une table ronde de dialogue avec comme principe de base "accepter l'autre" avec ses différences, enterrer l'instinct de survie qui poussent des pays, des sectes, des tribus à faire la guerre pour résister survivre et exister. Et là l'ONU doit prendre son rôle de "peace maker" plus au sérieux et être plus ferme, ainsi que la Cour pénale internationale qui ne doit pas se contenter de sanctionner que les criminels du tiers monde.

- L'éducation des valeurs humaines, humanistes et universelles: Ceci passe par l'école, c'est le rôle le plus noble que puissent jouer les instituteurs et ce via des ateliers, des vidéos et des compagnes de sensibilisation portant sur le civisme et les droits de l'Homme.

Dénigrer la guerre et l'atrocité de la guerre ("Œil pour œil et le monde finira aveugle" disait Gandhi). Et pourquoi pas la charte de la déclaration universelle des droits de l'Homme sur la première page des livres d'école, comme ça on élève des générations de citoyens du monde portant des valeurs universelles.

"L'éducation est l'arme la plus puissante qu'on puisse utiliser pour changer le monde" disait Nelson Mandela.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.