LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Slaheddine Dchicha Headshot

Révolution saoudienne: Des voiles au volant

Publication: Mis à jour:
SAUDI ARABIA CAR WOMEN
Faisal Nasser / Reuters
Imprimer

Une nouvelle incroyable. Un scoop énorme. Un événement extraordinaire. Les femmes saoudiennes sont autorisées, par décret royal, à conduire à partir de juin 2018!

Décidément, malgré ses détracteurs et n'en déplaise aux déçus et autres pisse-froid, le printemps arabe ne cesse de fleurir et de s'étendre. Sept ans après, l'étincelle tunisienne ne cesse d'embraser d'autres contrées et la voici en train de mettre le feu au Royaume des Saoud en y semant le germe de l'égalité entre les sexes... devant le volant!

Le Monarque (absolu) Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud a eu la sagesse de suivre le conseil libéral de son prince de fils, Mohammed Ben Salmane. Le fameux prince héritier, lui-même conseillé par de grandes agences de communication américaines et européennes qui l'ont réduit à l'acronyme MBS pour mieux le vendre et mieux l'imposer aux nombreux membres de la famille régnante en majorité hostiles à sa désignation.

Sa Majesté Salmane a fait ainsi preuve de courage car il a passé outre les craintes de ses sujets mâles de voir les femmes conduire et ainsi se déplacer à leur guise. En effet, le risque est grand car qui sait comment ces femmes jusque-là discrètes et fantomatiques se comporteraient au volant. Après tout, ces femmes sont des Hommes comme les autres et elles pourraient s'emporter si un autre conducteur leur faisait une queue de poisson ou les dépassait intempestivement. Elles pourraient proférer des insultes et des grossièretés et qui pourrait affirmer qu'elles n'iraient pas parfois jusqu'à se livrer à des gestes inconvenants voire vulgaires comme un doigt ou un bras d'honneur...!

Qu'à cela ne tienne, Sa Majesté royale a eu l'audace de prodiguer généreusement cette liberté aux"femelles" alors que rien ne garantit qu'elles n'en feraient pas mauvais usage comme fuir un mari violent ou rejoindre un amant lointain, sans oublier les effets néfastes de la conduite sur leurs ovaires comme s'en sont alarmées les"sommités scientifiques" du Royaume...

Ce geste royal a été encensé par tous les commentateurs. Un déluge de compliments et une surenchère de qualificatifs: progressiste! Moderne! Historique!... Mais les méchantes langues y ont vu une victoire des militantes saoudiennes auxquelles le roi n'a fait que céder pour soigner son image.

N'empêche que la "clairvoyance domestique" du roi Salmane n'a d'égale que son"intelligence géopolitique". Dans sa ferme volonté de contrecarrer les tentatives hégémoniques des hérétiques chiites, il n'a pas hésité à désigner les méchants qataris à la vindicte de ses vassaux arabes ni à déverser quotidiennement des tonnes de bombes sur les méchants terroristes yéménites. Sa vision stratégique l'a même amené à accorder une aide de 16 milliards de dollars à Israël, c'est dire!

Et afin de pérenniser cette grande vision et cette habile façon d'agir, il s'est plié à la culture népotique et a choisi, contre son propre clan, son fils comme prince héritier.

Mais comme toujours, les personnes mal intentionnées trouvent toujours à y redire. Le Royaume connaitrait des difficultés: les finances s'épuisent, la révolte gronde parmi les classes moyennes, dans la jeunesse et même parmi les religieux et l'image du royaume et des Saoud ne cesse de se dégrader.

Alors un geste qui ne coûte rien, qui ne s'appliquera que dans neuf mois et qui fait tant de buzz...qui dit mieux?

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.