LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Slaheddine Dchicha Headshot

L'humanité s'est effondrée à Alep!*

Publication: Mis à jour:
ALEP
GEORGE OURFALIAN/AFP/Getty Images
Imprimer

On a beau faire, l'assidat zgougou, cette délicieuse crème qui se déguste à l'occasion de chaque Mouled - la naissance du Prophète Mohammed - ne passe pas cette année.

On a beau détourner le regard, fermer les yeux, se boucher les oreilles, elle ne passe pas. Elle laisse un goût amer, un goût de poudre et de cadavre, un goût âcre de honte, de trahison, de déshonneur.

Est-ce parce que cette douceur est préparée à partir des graines de pin d'Alep?
Oui Alep! Mais vous avez paradoxalement le choix de donner à l'ignominie différents noms: Halab ou Beroia ou Halman ou Halaba. Notre préférence va à ach-Chahbaa, la Blanche comme Alger et comme Tunis est la verte...

Halab, cité parmi les plus anciennes, sacrifiée. Ses habitants, les plus modestes évidemment, abandonnés. Les enfants à la faim; les femmes au viol et tous à la mort. Vieillards écrasés. Blessés achevés. Tout est livré à la destruction: hommes, pins d'Alep, animaux, églises, minarets, citadelles...

Alep, tombeau à ciel ouvert où, toute honte bue, la Communauté internationale a enterré la démocratie, la liberté, les droits de l'homme, la résistance. Elle a lâchement abdiqué devant d'abjects dictateurs. Des criminels de guerre, des criminels contre l'humanité. Crapules et maitres en falsification qui ont inversé les valeurs et fait croire qu'ils combattent le terrorisme, cet épouvantail qui terrifie les peuples et les dirigeants d'Orient et d'Occident et qui sert d'alibi à toutes les abominations, à toutes les infamies et à toutes les turpitudes.

Halab, fosse commune où les Arabes si chatouilleux d'habitude dès qu'il s'agit d'honneur, ont enfui - à la hâte et sans prononcer la prière de l'absent - l'histoire, la culture et la langue arabes. Tombe où ils ont jeté sans sépulture le nationalisme, la solidarité et la fraternité arabes. Et leur honneur.

Alep violée, torturée, saccagée, égorgée dans l'indifférence. Les gouvernants, les masses et les médias arabes ont détourné le regard et l'ont ainsi reniée et répudiée. Leur obscène indifférence a tué Halab.

Tout le savon de Halab ne suffira pas pour effacer les stigmates déshonorants qui balafrent désormais le front de l'humanité. Tout le savon de Halab ne parviendra pas, depuis le martyre de la ville, à purifier les hommes de la souillure de leur passivité ni à chasser la puanteur persistante de leur complicité. Aucun savon, de Halab ou d'ailleurs, ne pourra laver la honte.

------------------------------------

*Adaptation d'une déclaration faite le 13 décembre 2016 par Jens Laerke, porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU, pour qui la situation s'apparente à «un effondrement total de l'humanité à Alep ».

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.