Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Sion Assidon Headshot

Quand les autorités israéliennes tentent de "normaliser" les relations avec le Maroc

Publication: Mis à jour:
ISRAEL
Ronen Zvulun / Reuters
Imprimer

INTERNATIONAL - Les journaux israéliens sont très occupés ces jours-ci à montrer comment les relations entre le Maroc et les occupants de la Palestine seraient florissantes. Ils parlent de plusieurs dizaines de milliers de touristes l'année passée... (à se demander qui donne à ces criminels de guerre des visas?)

Tout ce tapage est déployé à l'occasion d'une de ces manifestations "artistiques" organisée dans Jérusalem occupée, et à laquelle participent quelques mercenaires. A noter que dans la terminologie de l'apartheid, la presse sioniste tient à préciser que certains d'entre eux sont "musulmans", étant entendu que pour le racisme sioniste, nul besoin de préciser que, pour les autres, les participants "juifs", leur complicité avec l'occupation irait de soi... Et à noter aussi que cette fois-ci, il a fallu aller chercher la plupart d'entre ces participants marocains ("musulmans" et "juifs") hors du Maroc - apparemment les candidats pour ces manifestations de solidarité avec l'occupation se font rares parmi les artistes marocains résidents...

Comment en serait-il autrement? Les tentatives des sionistes de "normaliser" les relations avec le Maroc se heurteront toujours à un obstacle insurmontable.

Car il ne faut pas s'y tromper, les relations entre les occupants de la Palestine et les autorités officielles de notre pays sont anciennes et normalisées depuis longtemps, mais en secret. Ce qui est recherché est de multiplier les gestes qui visent à faire croire que cette normalité concernerait les citoyens de notre pays. Et finalement de rendre ces relations de complicité officielles. Vaine tentative.

L'opinion publique marocaine a démontré à maintes reprises sa solidarité avec la résistance du peuple palestinien. Et la dernière en date de ces démonstrations est la très large réponse positive du public à la campagne de BDS appelant à boycotter les dattes "MEDJOUL" qui sont cultivées sur des terres spoliées en Palestine.

Et ce n'est certainement pas au moment où l'occupant annonce la multiplication des projets de colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem, et où chaque semaine amène son lot d'exécutions sommaires de jeunes palestiniens, que l'opinion publique marocaine va "oublier" la cause de la libération de la Palestine.

Dans ces circonstances, l'organisation de manifestations "artistiques" et "académiques" démontre ce qu'elles sont en fait: des tentatives de faire apparaître comme un "pays de l'art et de la culture" une entreprise qui, dans la réalité quotidienne, accumule les violations du droit international, les crimes de guerres et les crimes contre l'humanité.

Nous pensons que les quelques mercenaires qui se prêtent au jeu du "partage du patrimoine culturel" ne représentent qu'eux-mêmes et que la solidarité avec le peuple palestinien implique le plus strict boycott culturel et académique de l'occupation.

A cette occasion, nous appelons les artistes et les intellectuels marocains de se garder de tomber dans le piège de la "coexistence pacifique" avec un occupant qui ne cesse de multiplier les crimes.

Les combattants palestiniens, eux, appellent à la co-résistance ceux des résidents de Palestine qui ont rompu avec le sionisme, et dont les voix s'élèvent aussi pour nous appeler au boycott. Ainsi contribuent-ils à ouvrir la voie d'une Palestine libérée de l'apartheid et du colonialisme.

Note aux lecteurs: les tribunes et blogs ne reflètent pas l'opinion ni la ligne éditoriale du HuffPost Maroc mais celle de leurs auteurs, plus particulièrement lorsque ces derniers traitent de sujets politiques ou de conflits.

LIRE AUSSI: Le message solidaire de Mohammed VI à la Palestine