LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Silvia Colombo Headshot

Comment la famille et la religion influencent l'identification de soi chez les jeunes du monde arabe

Publication: Mis à jour:
TUNISIAN YOUTH
FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Imprimer

En 2011, lorsque le monde se réveilla face à des mobilisations populaires sans précédent au Moyen-Orient et en Afrique du Nord (MENA), les "révolutions" tunisienne ou égyptienne étaient généralement lues comme l'expression de mouvements générationnels et comme le résultat d'années, ou même de décennies, de marginalisation des jeunes.

Mais si depuis 2011 les mobilisations des jeunes ont reculé - surtout à cause d'un manque de résultats en terme de progrès socio-économique et de participation politique - leurs revendications sont encore très fortes et d'autres formes d'engagement politique se sont développées. Certaines de ces formes s'expriment dans l'espace virtuel, d'autre dans des "espaces" culturels plus traditionnels (comme la rue, l'art, le théâtre ou la musique) que les jeunes utilisent pour exprimer leur malaise, proposer des visions alternatives, revendiquer leur place dans la société ou simplement pour défouler leur rage et leur frustration.

Pour comprendre ces formes d'engagements civiques et leur contenu, il faut analyser la manière dont les jeunes de la région MENA, malgré les importantes différences entre chaque pays, s'identifient eux-mêmes. Généralement, la famille et la religion ont influencé l'identité de ces jeunes en ayant eu un impact sur leurs idées et leurs priorités. D'un côté, une idée traditionnelle de la famille a influencé la façon dont les jeunes perçoivent leur rôle dans le microcosme des relations générationnelles et de genre. De l'autre côté, le fait d'être Musulman (ou appartenir à un autre groupe religieux qui est présent dans la région) a une influence sur l'identité des jeunes au niveau individuel et collectif. Au niveau individuel, la religion devient la première information pour l'identification de soi ainsi que pour s'opposer à l'autre. Au niveau collectif, la religion a été souvent le principe fondamental pour l'organisation de la communauté - autant d'un point de vue politique que social - grâce au sentiment de protection qu'elle donne aux individus.

Cela a été encore plus vrai suite au printemps arabe, même si l'identification de soi est différente selon l'origine du pays des jeunes. Dans l'ensemble, les études faites au sein de MENARA, le projet de recherche européen, montre que les éléments qui influencent l'identification de soi parmi la jeunesse de la région MENA sont triples: le sentiment national, la communauté religieuse et l'identité Arabe. Parmi ces trois éléments, notre étude affirme que, tout d'abord, 68% des jeunes de la région se définissent eux-mêmes à travers la religion. Les autres identités, y compris politique, professionnelle ou régionale, ne semblent pas être importantes. Cela s'expliquerait par le fait que, depuis des années, les idéologies séculaires, comme le panarabisme et le socialisme, sont toujours moins attrayantes. Depuis les révolutions, seulement les identités nationales, dans certains cas, sembleraient avoir une certaine influence et cela s'expliquerait par les gros espoirs qui se sont engendré avec le changement des régimes politiques.

La famille et la religion représentent aussi des stéréotypes négatifs parmi les jeunes de la région MENA si l'on fait une comparaison avec les jeunes des autres parties du monde. Mais il est important de noter qu'en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, la famille et la religion ne doivent pas être considérées comme des formes rétrogrades et bornées de l'identification de soi par rapport à d'autres formes plus modernes, cosmopolites et globales qui influencent les jeunes des autres parties du monde. Se définir soi-même comme un Musulman et, en même temps, faire partie d'une culture globale faite de slogans, marques et produits n'est pas une antithèse. En revanche, cela fait souvent comprendre mieux que pour les jeunes de la région, leurs problèmes, aspirations et mobilisations sont une entreprise difficile.

Menara - Middle East and North Africa Regional Architecture: Mapping geopolitical shifts, regional order and domestic transformations vise à éclaircir les dynamiques historiques, politiques, économiques et sociales qui sont entrain d'affecter le Moyen Orient et l'Afrique du Nord. En outre, le projet trace les scénarios potentiels, reliés aux transformations régionales, dans le moyen (2025) et le long (2050) terme, et identifie les élements de continuité et de rupture avec le passé. Pour avoir plus d'informations sur MENARA: http://www.menaraproject.eu

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.