Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Sarah Gaillard-Cherif Headshot

"The kid and the President": Un conte de fée moderne au Palais de Carthage

Publication: Mis à jour:
CAID ESSEBSI
Facebook/présidence de la république
Imprimer

Affable, naturel et habile communicant, Béji Caïd Essebsi vient de faire vivre un véritable conte de fée à un enfant malade, de l'Association Oumniati, en lui faisant visiter le monde merveilleux du palais de Carthage et réussit par la même une belle opération de storytelling.


caid essebsi


Une séquence vidéo fait le buzz, depuis quarante huit heures, sur Facebook, pour le plus grand plaisir des internautes tunisiens. On y voit Mahmoud, un petit garçon de 5 ans, à l'hôpital, répondre à une question: "qu'est-ce que tu veux devenir quand tu seras grand?" La réponse: "je veux devenir président de la République".

La séquence suivante s'ouvre sur un plan large: l'enfant, soigneusement habillé, arrive au palais de Carthage, avec d'autres enfants malades, tous escortés des "bonnes fées" de l'association "Oumniati". Un conte de fée semble s'écrire et le rêve du petit garçon est sur le point de se réaliser.

"Bajbouj", en président affable, accueille Mahmoud, le héros de la séquence, le prend par la main et lui fait visiter "le monde enchanté" du palais de Carthage. Il lui indique trois grands symboles de l'Histoire de la Tunisie: Bourguiba (son mentor), Hannibal et Ibn Khaldoun. Il l'invite même à s'asseoir à son bureau (le "trône"), le fait applaudir et lui demande ensuite, avec une petite pointe d'humour, de ne pas s'éterniser et de poursuivre la visite guidée. La séquence émotion est à son comble. Mahmoud est réjoui, émerveillé, aux anges. Le président quant à lui, vient de réussir un coup de maître en matière de storytelling politique et de passer un message inédit de proximité, d'espérance et de modernité.

Oui de modernité car les images du président Essebsi accueillant des enfants lambda dans son bureau et déambulant avec eux dans les salons et couloirs du palais de Carthage, en donnant la vedette au plus audacieux parmi eux, ne sont pas sans rappeler la série de photos d'Obama circulant sur Twitter depuis février 2016 sous le #ObamaAndKids. Ou encore celle de Jacob, un petit garçon noir de 5 ans qui, invité avec sa famille en 2012 à la maison blanche, voulait savoir si le président américain avait les mêmes cheveux que les siens.

Sur le cliché de Pete Souza, le photographe officiel d'Obama, on voit le président penché en avant pendant que l'enfant lui touche les cheveux, invité à vérifier lui-même. "I want to know if my hair is like yours" ("Je veux savoir si mes cheveux sont comme les tiens"). "Touch it dude!" ("Touche les mec!")


obama


En se mettant à l'heure du storytelling, Béji Caïd Essebsi, non seulement raconte un joli conte de fée moderne (oui le rêve est possible malgré toutes les embûches qu'on peut rencontrer sur son chemin), modernise sa communication, rafraîchit son image, mais surtout donne un bon coup de vieux à ses adversaires.

Les images de Mahmoud, 5 ans, ravi et ému une fois assis au bureau du président de la République, ou lorsqu'il est installé, par un "ange gardien", à l'arrière de la voiture présidentielle, à la fin de la séquence narrative (consécration), resteront dans les annales et rafraîchiront pour longtemps encore l'image d'un président tant chahuté pour son âge.

La séquence "storytelling" dans la stratégie de communication du président tunisien ne fait que commencer. On en redemande encore!

À suivre...

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.