LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Sarah Ben Hamadi Headshot

Pour plus de transparence et moins de démagogie

Publication: Mis à jour:
Imprimer

La campagne "Winou el pétrole" (Où est le pétrole?) lancée depuis plusieurs semaines, fait des vagues; entre ceux qui agitent, ceux qui sont, semblent-ils, convaincus que l'Etat a mainmise sur le pétrole mais ne partage pas les recettes avec les citoyens, ceux qui rêvent de rentes pétrolières, ceux qui accusent les initiateurs de la campagne de vouloir semer la discorde, et ceux qui trouvent que ces gens sont simplement manipulés.

Mais au-delà de la polémique médiatique, cette campagne aurait pu être intéressante, si seulement elle avait être construite sur la transparence, et si elle n'était pas vite tombé dans la démagogie.

De la transparence et de la démagogie

Un gouvernement transparent est un gouvernement qui permet aux citoyens d'avoir accès aux budgets, contrats, investissements, subventions et aides, et d'une manière plus généralement les dépenses et les ressources publiques, ainsi que les décisions qui sont relatives aux politiques publiques de l'Etat. Ceci permet de contrôler le gaspillage et de lutter contre la corruption. Exiger plus de transparence des pouvoirs publics est de ce fait un droit indéniable. Chaque citoyen a le droit de savoir comment sont gérées les finances publiques.

La campagne "où est le pétrole" ne s'intègre pas dans une vision globale de la transparence, mais vise un secteur particulier. Et il est clair en Tunisie, que le secteur énergétique en général et pétrolier en particulier, demeurent opaque, et c'est peut-être cela qui augmente les suspicions.

Partant de ce constat, la campagne "où est le pétrole" est légitime. Et elle aurait pu l'être, si elle n'était pas démagogue.

En fait la campagne "Où est le pétrole" ne demande pas de la transparence, elle accuse de vol. La différence n'est pas dans les arguments qui la justifie mais dans les intentions qui l'anime. D'ailleurs, on écoutant l'argumentaire, on se rend rapidement compte de la démagogie du discours prôné.

La démagogie c'est faire croire à la population, qu'un avenir meilleur possible, non pas s'ils travaillent, mais si seulement l'Etat n'était pas en train de les voler. La démagogie, c'est expliquer aux citoyens qu'ils sont uniquement victimes d'injustice, au lieu de leur faire comprendre que leur bien-être dépend aussi de leur travail et non de ce que l'Etat leur distribue. La démagogie c'est jouer sur les frustrations, et rien n'est plus facile que de jouer sur les frustrations des gens pour augmenter leur mécontentement.

Mais où est la transparence?

"7ell", souvenons-nous de cette campagne, lancée à peine au lendemain de l'élection de l'assemblée constituante, fruit du mouvement "OpenGov", un mouvement qui sensibilise et exigeant la transparence des pouvoirs publics. Un mouvement indépendant, qui n'était pas manipulée, ni instrumentalisée. Un mouvement citoyen né d'une conscience collective, que la transparence est la base d'une bonne gouvernance.

D'ailleurs mercredi 10 juin, trois ans après une plainte contre Mustapaha ben Jaaffar et l'Assemblée Nationale Constituante qu'il présidait, pour plus de transparence sur les travaux de cette dernière, déposée par deux associations et des citoyens membres d'Open Gov, ces derniers ont gagné tous leurs recours. Une bataille pour la transparence, gagnée en toute sérénité et sans la moindre démagogie.

Lundi, auditionné par l'assemblée des représentants du peuple, le ministre de l'Industrie a annoncé la création d'un portail rassemblant toutes les données sur l'investissement dans les secteurs de l'énergie et des mines, et qui sera accessible au grand public, et ce dans le cadre de l'initiative "Partenariat pour un gouvernement ouvert", (Open Gov Partnership), à laquelle la Tunisie a adhéré début 2014. Un bon pas mais qui reste insuffisant. D'autres actions pourraient être menées à ce stade, notamment la publication d'une base de données où les contrats publics sont répertoriés. La transparence ne doit pas être une option mais un principe de gouvernance, car plus l'Etat est transparent, moins il sera corrompu, et mieux les ressources seront gérées.

Close
Tunisie: L'année 2014 en photos
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.
Retrouvez les articles du HuffPost Maghreb sur notre page Facebook.