Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Samira Sidri Headshot

2017 sonne le glas de l'école publique marocaine

Publication: Mis à jour:
SCHOOL MOROCCO
Imprimer

ÉDUCATION - Quand les ministres bien intentionnés se sont succédé au chevet de notre pitoyable enseignement agonisant depuis des décennies, aucun n'a eu le courage ni assez d'honnêteté pour démissionner ou au moins reconnaître son incompétence à réanimer un corps gangréné par la corruption et laminé par les ennemis du peuple. Ils se sont escrimés à le charcuter avec dilettantisme et en ont fait une épave sanguinolente non sans jubilation.

L'éclaireur de la lanterne de la populace doit s'éteindre et plonger dans les tentacules de l'obscurantisme, car ces crapules au pouvoir ne peuvent digérer que le peuple s'abreuve à la source du savoir. Ils ont tous ratifié à l'unanimité le traité sur l'abêtissement du peuple. Avec des machettes aiguisées sur les crânes creux et sans âme des générations déculturées, ils ont porté le coup de grâce à la matrice de la nation, alias l'école publique devenue stérile et improductive depuis que la politique au Maroc n'est plus qu'intérêt et fourberie.

Avec l'aide des médias aux programmes crétinisants, ils assènent le coup fatal à l'éducation d'une nation en la gavant d'idioties dans un jargon inventé spécialement pour mieux l'apprivoiser. N'y a-t-il aucune haute autorité dans notre pays pour stopper cette hémorragie qui éventre le peuple? Quand nos chaînes de télé prennent les Marocains pour des abrutis en diffusant des slogans publicitaires où le dialecte marocain est retranscrit affreusement en alphabet français (l'exemple de la gaufrette TONIC: LI3ANDOU 3Andou est des plus révoltants, ou celui de IMPOstahil pour dire impossible, etc.). C'est le nivellement par le bas, et une insulte à l'intelligence des Marocains.

Le message est simple à déchiffrer: la populace ne comprend ni l'arabe, ni le français, servons-lui un ersatz de langue et gommons les langues, instrument de progrès et de modernisme.

Et comme un malheur ne vient jamais seul, on accuse l'enseignant de tous les torts car il leur faut un bouc-émissaire pour masquer leur crime et se donner bonne conscience. Ces responsables blancs becs et sans scrupules s'ingénient à colmater les brèches et à ravauder une guenille en lambeaux. Comment osent-ils mentir au peuple alors qu'ils sont en train de l'éventrer? Comment parquer cinquante élèves et parfois plus dans la même classe et prétendre sournoisement miser sur la qualité de l'enseignement? Quel rendement peut-on espérer d'un enseignant démotivé, instrumentalisé et paupérisé?

Parfois, il m'arrive d'halluciner et de nourrir un faible espoir pour la remise à niveau de l'éducation marocaine. Et si notre roi sollicitait les compétences de la ministre marocaine de l'éducation nationale en France, Najat Vallaud Belkacem? Sa démarche s'est focalisée sur la revalorisation des enseignants et une augmentation de salaire en fonction de leur rendement.

Paradoxalement, chez nous, on gèle les salaires des fonctionnaires pendant plusieurs années et on réduit leur existence à un concours du combattant. On les conditionne pour devenir à contre cœur des béni-oui-oui qui n'osent pas se rebeller lorsque l'État ponctionne le tiers de leurs salaires. Ventre affamé ne sait plus cogiter et de médiocrité saura se contenter.

LIRE AUSSI: