LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Sami Razgallah Headshot

Un héros mais pas chez lui

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Il était 11h00 le 18 mars 2015, Hamadi Ben Abdesselem, figure incontournable du tourisme et guide depuis plusieurs dizaines années, commençait une visite du musée du Bardo pour un groupe de 50 croisiéristes italiens. A 11h 20, alors qu'ils étaient à l'intérieur de la salle "Virgile" au premier étage, des tirs en rafale sont entendus, Hamadi avec son sang froid légendaire, pense alors qu'il s'agit de tirs d'exercices de la caserne voisine, ensuite les tirs se font de plus en plus violents et proches, et d'un coup un des touristes crie en italien "ce sont des terroristes, je les vois".

Rapidement, il rassemble son groupe , en répétant, toujours en italien: "calmes, calmes, on reste calmes, suivez moi calmement", et leur montre une porte secrète qui emmène directement à l'administration au rez de chaussée. Neuf secondes après l'évacuation du dernier membre de son groupe, les terroristes rentrent dans la salle et font un carnage parmi ceux qui restaient des autres groupes.

Une fois au rez de chaussée, il les fait évacuer par une porte de service qui donne sur le jardin et sortent ensuite par une porte en fer qui donne sur l'avenue et directement sur le poste de coordination régionale de la police, lieu où ils resteront quelques heures jusqu'à leur transfert ensuite au poste de Bouchoucha, ensuite au port de la Goulette où la ministre du Tourisme était présente mais muette.

Le soir venu il s'est regroupé avec d'autres guides qui étaient présents sur place pour faire le tour des hôpitaux et cliniques, afin de reconnaître les corps des morts et blessés.

Il reçut ensuite un appel téléphonique sur le téléphone fixe de son domicile de la part de la ministre, le remerciant pour sa bravoure et lui promettant qu'elle lui rendra hommage rapidement.

Depuis...plus rien, deux ans ont passé, aucune réaction de la part du gouvernement tunisien, aucun geste, aucun hommage, pire les portes se ferment.

Dés juillet 2016, une association italienne fait construire au sein même de l'ambassade d'Italie, un jardin qu'on appellera "la jardin des braves" et où chaque "héros" qui a contribué à sauver des vies humaines aura son nom écrit en lettres d'or.

vv

Hamadi sera invité ensuite pour un tour en Europe qui commence par une table ronde organisée par la chambre de commerce de Milan ayant pour thème "Relancer le tourisme entre l'Italie et la Tunisie", il informe bien sûr le ministère de tutelle en leur soumettant le programme. Aucun officiel ne sera présent ce jour là, usant de plusieurs prétextes, alors que les présidents des hôteliers et des agences de voyages les plus importantes en Italie étaient présents, l'ambassadeur d'Italie en Tunisie avait même fait le déplacement: une occasion en or pour préparer le prochain salon du tourisme qui aura lieu en Italie, sera définitivement perdue.

xs

Hamadi terminera son voyage en étant reçu et honoré comme un véritable ambassadeur par Jack Lang à l'Institut du Monde Arabe.

sz

À ce jour toujours aucune réaction d'aucun officiel tunisien, la Tunisie ne sait malheureusement plus honorer ses héros.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.