Huffpost Algeria mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Saâdi-Leray Farid Headshot

Frontières et mort programmée de l'art contemporain en Algérie

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Annoncés le 15 septembre 2016, les changements de direction effectués au niveau de treize musées algériensauraient pour principales perspectives : la protection et la valorisation du patrimoine, la conservation des mémoires locales, l'émancipation de jeunes néophytes incités à s'accoutumer aux œuvres d'art, à pénétrer les secrets d'objets catalogués au sein de temples-images par ailleurs appelés à offrir, via les outils numériques, plus de visibilités, à intensifier et diversifier leurs missions, à communiquer leurs calendriers ou plans d'actions aux médias et aux ministères de l'Éducation, du Tourisme et de l'Artisanat.

La feuille de route préserve étrangement au poste de conservatrice du Musée des Beaux-Arts d'Alger l'inamovible Dalila Orphali et efface par contre de l'organigramme du Musée du Bardo Fatima Azzoug, sans doute parce que son soutien en faveur des adeptes du happening, ou de l'installation in situ, déplaira à un ministre de la Culture arguant en mai 2016 que l'endroit devait au plus vite « (...) retrouver sa vocation, jouer son rôle et ne pas se transformer en salle de spectacle".

C'est pourtant ce que sera devenu, sous la houlette d'un autre débarqué, Mohammed Djehiche, le Musée d'art moderne d'Alger (MAMA) inauguré en 2007, non pas après avoir constaté la nécessité de mettre en lumières et scénographies les performances de certains créateurs mais de convenir au cahier des charges de la manifestation Alger, capitale arabe de la culture. İl s'agissait aussi de satisfaire les affidés du renouveau par ou dans l'authenticité révolutionnaire et culturelle, un double tropisme impactant depuis le 18 décembre 2003 (jour où le président Abdelaziz Bouteflika livrait à la Sorbonne un discours de clôture marquant la fin de la vaste Saison Année de l'Algérie en France) les schémas didactiques et cognitifs de dizaines de monstrations.

Ainsi, le consul général d'Algérie à Milan, Abdelkrim Touahria, estimera le lundi 19 septembre 2016 que la semaine algérienne prévue au sein de la ville italienne « (...) constitue une porte ouverte sur le patrimoine algérois authentique", la seconde édition du Salon national de la photographie, organisé du 18 au 21 août à İghzer Amokrane (commune kabyle d'Ouzellaguen) dans le cadre des commémorations du 60e anniversaire du "Congrès de la Soummam", avait pour thématique "L'indépendance de l'Algérie", alors qu'à l'occasion de la 14ème version du Festival national des arts plastiques, débuté le samedi 27 août 2016 à la Maison de la culture "Mohamed Siradj" de Skikda, Fadel Najat, la responsable de la jeunesse et des sports de cette wilaya, choisissait d'épouser la rhétorique politicienne en cours en lançant le slogan "Pour une Algérie sûre et stable".

C'est par conséquent sous couvert du formatage propagandiste inhérent à la "Concorde civile" ou "Réconciliation nationale" (signée en 2000 entre des chefs djihadistes repentis et les militaires dialoguistes), du recouvrement ou de la sauvegarde de traditions immémoriales et des rappels constants aux martyrs ou aux séquences de la guerre anti-coloniale que doivent s'appréhender, au pays des "Héros purs", les vérités discursives de l'art.

L'autonomiser du corpus emblématico-idéologique qui l'affecte en profondeur reste problématique tant les espaces et galeries disposés à exposer les prétendants à la subversion symbolique se comptent en Algérie sur les doigts d'une seule main.

Les dernières nominations effectuées par le premier locataire du Palais Moufdi Zakaria, Azzedine Mihoubi, n'augurant aucun changement notable, mais plutôt une affligeante stagnation, les avant-corps de la contemporanéité esthétique n'ont que deux alternatives : se manifester bruyamment ou partir vers d'autres cieux plus cléments, et à fortiori salutaires pour leur pleine reconnaissance.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.