LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Romain Caroff Headshot

Tunisie: Les cartables de l'espoir

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Les yeux innocents, les mains agrippées à celle du papa ou de la maman. Les dernières marches de l'escalier sont de plus en plus grinçantes: au bout de la montée, une caverne d'Ali Baba du savoir, de l'apprentissage, de l'imagination les attend. Accueillis par les membres de l'association Namaa dont Jalel fait partie, ces écoliers vont déambuler parmi les rayons de la librairie "ElKodes" de Fernana pour choisir le matériel nécessaire à une année d'enseignement. Le grand cahier pour les cours de physique, la gomme pour effacer les fautes d'orthographe, la colle pour coller les leçons de géométrie... On n'oublie rien et surtout pas la trousse pour y ranger ce précieux matériel et le cartable pour le transporter.

v

Ce jour est une chance pour ces familles défavorisées de cette petite ville du gouvernorat de Jendouba. Une chance d'avancer, d'exister. Une chance qui peut nous paraitre superflue mais qui pour eux est synonyme d'espoir.

Située en zone montagneuse au nord-ouest tunisien, la délégation de Fernana, bénéficie de richesses naturelles, agricoles et hydriques uniques en Tunisie. Ces richesses constituent un terrain privilégié pour le développement de plusieurs activités agricoles familiales comme les élevages (ovins, caprins) et l'apiculture.

La délégation de Fernana souffre cependant d'une situation sociale et économique difficile, avec un taux de chômage de 26% contre près de 18% dans la capitale Tunis et un niveau de pauvreté de 14.3% où elle compte 2062 familles défavorisées, soit la cinquième position à l'échelle nationale. Par ailleurs, cette région souffre d'un manque d'accès à l'éducation qui se traduit par un taux d'analphabétisme de 46.8% contre 12% dans la capitale et un taux d'instruction très bas de 20.6% (part de la population de niveau secondaire et supérieur).

vez

En outre, la sphère sociale et économique réserve une place très limitée aux femmes qui sont plus particulièrement touchées par la pauvreté et le faible accès à l'éducation. Selon un récent rapport de l'Organisation internationale pour les Migrations, "Les femmes, les jeunes et les agriculteurs ne disposent pas d'assez de formations techniques" d'où le besoin d'initiatives qui leur sont dédiées.

Pour Jalel, et son Association Namaa Fernana (ANF), le développement de la région passe par l'Education et le développement durable. Le 9 septembre, l'association a œuvré en ce sens en remettant à une vingtaine de familles le matériel nécessaire au bon déroulement d'une année scolaire.

tgt

Cette journée se situait dans le cadre d'une action plus globale lancée par l'association ASSEN (Association de Soutien aux Enfants) dénommée Rentrée Scolaire Pour tous, et dont c'était la 3ème édition.

Elle visait à fournir aux enfants de 4 régions défavorisées de la Tunisie, à savoir Jendouba, Sidi Bouzid, Kasserine et Nabeul, des Kits scolaires complets leur permettant ainsi une rentrée scolaire sereine loin du besoin.

En effet, le coût de la rentrée scolaire représente chaque année une dépense considérable pour de nombreux foyers. Couvrir ces dépenses relève malheureusement de la chimère pour certaines familles en régions défavorisées. Pour cela, ASSEN a lancé mi-aout un appel aux dons sur sa page Facebook et son site web visant principalement ses "amis" en France mais aussi dans le Monde entier. Grâce à leur générosité, une somme totale de 4 600 euros a été collectée et 137 enfants ont retrouvé, cartable au dos, les bancs de l'école.

vsz

La priorité a été accordée aux enfants en situation précaire: orphelins, père au chômage, famille sans revenus fixe. Une liste de 45 enfants a été établie et les bénévoles de Namaa Fernana ont accompagné les enfants dans l'achat de leurs fournitures scolaires. Pour faire plaisir aux petits écoliers, la librairie "El Kodes", offrant un choix varié des différentes fournitures, a été sélectionnée.

Les familles se succèdent dans l'enceinte de la librairie. Les yeux brillants, Nour, une petite fille de 10 ans, hésite entre deux trousses et trouve finalement une troisième, rose, qui aura sa faveur. Le panier se remplit à vive allure, la limite est bientôt atteinte. Quelques derniers stylos et l'heure sera bientôt à la préparation des premiers jours d'école. L'année scolaire affiche de belles promesses et de beaux motifs d'espoir pour ces 25 familles fernaniennes.

vwwf

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.