LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Rochdi Belgasmi Headshot

Réponse à Sondos Belhassen

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Dans une interview qu'a accordée l'actrice et danseuse tunisienne Sondos Benlhassen au HuffPost Tunisie, cette dernière a affirmé: "Je crois que Rochdi joue beaucoup sur le fait d'être stigmatisé parce qu'il est danseur. Moi je ne suis pas du tout stigmatisée, je ne me suis jamais sentie stigmatisée et je ne me permettrai pas de baser mon travail sur une stigmatisation quelconque".

Rochdi Belgasmi y répond

Je suis content pour la danseuse tunisienne Sondos Belhassen qui selon elle, n'a pas de problèmes avec elle-même. Ce serait selon elle la raison pour laquelle elle n'a jamais été stigmatisée. Je suis content pour elle parce qu'elle n'a jamais senti dans le regard des autres un retour négatif. Je suis content pour elle parce qu'elle n'a jamais été humiliée, ni agressée à cause de ce qu'elle fait, à cause de ses positions artistiques.

Contrairement à moi, ma danse ne m'a pas permis d'accéder à tous ces privilèges. Ma danse m'a fait beaucoup de mal, peut-être parce que je me suis dirigé vers une danse qui remet en question le corps et ses tabous au centre de tous mes projets, projets artistiques basés sur une approche transgressive - provocatrice... Peut-être aussi parce que je suis allé vers des thématiques brulantes, comme la sexualité dans l'Islam, la question du genre, l'érotisme, le travestissement, la prostitution, le corps androgyne, et rare sont ceux qui ont osé en parler, et le montrer.

Je me permets de dire à Sondes Belhassen, que l'image de l'homme qui danse dérange notre société beaucoup plus que celle de la femme.

Peut-être aussi que rester dans le consensuel ne dérange pas... Peut-être que ne pas bousculer les codes, comme chaque artiste est censé le faire, ne pose de problème à personne... Peut-être que rester dans la monotonie de la routine artistique et le lieu commun, pour ne pas se poser les bonnes questions ne gêne pas... Peut-être que vos pas de danse ne font pas de vagues....

Chère amie sachez que plaire à tout le monde c'est plaire à personne.

Alors, quand vous aurez un jour un public aussi large que le mien...vous comprendrez peut-être... Quand un jour, un groupe de salafistes vous agressera en pleine danse comme moi, vous comprendrez peut-être... Quand un jour, la police vous arrêtera et vous mettra face au juge d'instruction pour atteinte à la pudeur, vous comprendrez peut-être... Quand un jour on vous piratera toutes vos pages, et que vous recevrez des appels et des messages de menaces comme j'en reçois, vous comprendrez peut-être... Quand on utilisera vos photos dans un cadre autre que celui de vos créations de danse et pour vous insulter à travers ces fausses publications comme moi, vous comprendrez peut-être... Vous comprendrez peut-être, que ma danse a fait de moi une cible, une personne à faire taire "parce que libre", dans une société qui adore les lâches et les hypocrites.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.