LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Rim Ben Fraj Headshot

FIFAK: La 32ème édition en 53 ans, du 12 au 19 août 2017, un programme comme toujours très riche, et un risque de normalisation

Publication: Mis à jour:
Imprimer

2017-08-02-1501699188-1275647-AfficheA3.jpg

Sous le beau ciel de Kelibia, la ville phare du Cap Bon, durant les nuits douces du mois d'Aouessou (août), le FIFAK est un rendez-vous incontournable pour les cinéastes amateurs et les amateurs de cinéma, venus de toute la Tunisie et d'ailleurs. Le festival international du film amateur de Kélibia est unique en ceci qu'il fait se rencontrer des cinéastes amateurs de la Tunisie profonde, des étudiants en cinéma et des professionnels talentueux du monde entier, des films amateurs sont projetés pendant toute une semaine.

"Pour un cinéma populaire, engagé et accessible"

Telle est la devise de la Fédération tunisienne des cinéastes amateurs (FTCA), qui organise chaque année l'unique festival de cinéma amateur en Tunisie, et qui est l'une des rares structures travaillant depuis les années soixante pour la démocratisation et la décentralisation de la culture. Une longue liste de cinéastes tunisiens aujourd'hui célèbres y ont fait leurs premières armes.

34 films ont été sélectionnés pour la compétition nationale, dont 19 films de la FTCA.

Pour la compétition internationale, 40 films de 22 pays ont été sélectionnés parmi 369 films de 50 pays. Le jury sera présidé par le Palestinien Mohamed Bacri et comptera parmi ses membres le Malien Cheick Oumar Cissoko. Le film projeté en ouverture sera Tant qu'on vit (Medan vi lever), du Burkinabè Danny Kouyaté, installé en Suède depuis 10 ans. Une des nouveautés de cette édition sera une compétition de scénarios. Les organisateurs en ont reçu 18 à ce jour. Une initiative judicieuse quand on pense que les scénarios sont un des maillons les plus faibles de la chaîne de production du cinéma tunisien.

Le budget alloué cette année s'élève à 191 mille dinars, fournis par les ministères de la Culture, de la Jeunesse et des Sports et divers sponsors, dont - c'est une première - une banque nationale, avec, parmi les partenaires médiatiques, un magazine people. Cette évolution, que certains perçoivent comme une normalisation, n'est pas sans provoquer des interrogations et une certaine inquiétude chez les vieux habitués du FIFAK: saura-t-il garder l'autonomie et l'enthousiasme bénévole qui ont fait son originalité?

Si vous êtes jeune le FIFAK est un must

Pas besoin d'un diplôme en audiovisuel pour participer, il suffit de prouver son talent. Depuis des années, ce festival offre un rendez-vous exceptionnel non seulement aux amateurs du cinéma aussi mais aux cinéastes amateurs, car il sort du carcan académique habituel.

Pas besoin non plus de tenue correcte ni d'invitation pour y accéder, un simple ticket à 2 dinars suffit.

En journée, durant toute la semaine, plusieurs ateliers de création et master-class sont proposés. Arrivés en simples spectateurs, vous repartirez en créateurs débutants.
Et toute cette activité ne vous empêchera pas d'aller faire un tour à la plage pour vous baigner. Bref, un rendez-vous, à ne pas rater.

Le programme
2017-08-02-1501698884-5804044-111.PNG
2017-08-02-1501698936-1412814-222.PNG

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.