Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Rihab Boukhayatia Headshot

Nahed Hattar: Si on était tous coupables

Publication: Mis à jour:
NAHED HATTAR
ASSOCIATED PRESS
Imprimer

Combien de Nahed Hattar faut-il compter encore? Combien de victimes lâchées par le pouvoir, lynchées médiatiquement puis physiquement? Combien encore de Nahed Hattar, de Kamel Daoud, de Ashraf Fayad, de Taslima Nesreen, de Faraj Fouda, de Ali Abeerrazek et la liste est longue remontant jusqu'au mu'tazila.

Toutes ces personnes ont payé le frais de l'orthodoxie religieuse, politique, culturelle et médiatique qui caractérise les sociétés arabo-musulmanes et le mal est niché parmi nous, ancré, se transmet de génération en génération; sa pérennité est intacte tant qu'on continue à se voiler la face, à désigner des bouc-émissaires pour anesthésier notre conscience, tant qu'on refuse de voir la réalité en face ou de n'en apercevoir qu'une partie, celle qui nous arrange. Oui, c'est nettement plus facile, plus bête aussi.

Alors nos souffre-douleurs seront tantôt les croisés envahisseurs (comme si les Califats avaient conquis des territoires à coups de fleurs et d'amour), tantôt les colonisateurs, puis leurs organisations internationales (FMI, Banque mondiale...), leurs produits de consommation, leur télé, leur internet...

Quand on ose une remise en cause, on évoque la dictature des dirigeants arabes mais à peine, on en fait une fabrication (purement et exclusivement) de "chrétiens et juifs mécréants".
On entend dire que Daech l'est aussi et avant elle Al Qaida.

Qu'en est-il des Jamaa Islamia coupables de tentative d'assassinat de Najib Mahfoudh, par exemple? Qu'en est-il des Frères musulmans de Hassen Al Benna et son héritier actuel Youssef Al-Qaradawi et leurs multiples faits d'armes?

Admettons que le complot occidental sioniste est réel, il faut bien constater qu'il a trouvé dans les sociétés arabes des assises bien solides pour s'enraciner, aussi longtemps, depuis des siècles.

Si tous ces éléments ont contribué à figer la pensée arabe, ils n'expliquent nullement, à eux seuls, l'état végétatif des sociétés musulmanes, leur nivellement culturel, ses massacres quotidiens sur l'autel de la religion.

Des Nahed Hattar, il y en aura certainement beaucoup d'autres encore. Et ce, tant que le peuple cautionnera par sa passivité active le totalitarisme intellectuel, le nourrissant par son entêtement à sombrer dans l'ignorance, les non-dits, les tabous, les sacro-saintes traditions, les us et coutumes.

Ce peuple, ce sont des musulmans par naissance, par habitude. Certains d'entre eux, ceux qu'on nomme les indifférents regardent défiler les atrocités tranquillement, en spectateurs, qui peuvent en être touchés mais jamais foncièrement concernés .

Ils inculquent à leurs enfants les codes de conduite nécessaires à une société hypocrite.
Ils ne sont pas forcément pratiquants mais en quête d'une identité repère, sacrifiant leur solitude éclairée pour la chaleur primaire du troupeau.

Les plus virulents parmi eux, toujours dans la facilité, suivent la meute parfois, parce qu'il le faut!
Ils dénoncent aussi bien Daech que les Nahed Hattar, condamnent, justifient, virtuellement.
Ils aiment la vie et prônent la mort, adulent la science et suivent les mythes...

Les spécialistes des demi-mesures. Ils aiment tant la facilité!
Ce sont les enfants pacifiques de Daech et ses premières victimes.

Des Nahed Hattar, il y en aura certainement beaucoup d'autres encore. Et ce, tant que des pseudo-progressistes, ceux qui usent et abusent des "haltes aux amalgames", "islamophobie", "burkini" comme liberté...

Ces idiots utiles de Daech et compagnies. Confondant dogmes religieux qui justifient le jihad, le meurtre de celui qui se rebelle contre l'orthodoxie avec les gens, les musulmans lamda, qui ne sont pas bien heureusement tous des daechiens potentiels sanguinaires, qui font le tri, s'abritent dans l'aspect spirituel seulement de la religion.
Ces fossoyeurs de la réalité qui sont des pseudo-progressistes sont pernicieux tant ils faussent le débat.

Des Nahed Hattar, il y en aura certainement beaucoup d'autres encore tant que les Constitutions et les lois des pays arabes écrites par des législateurs, qui par populisme ou par peur ou encore pire, par conviction, ont décidé de consacrer dans les lois profanes l'accusation de "blasphème des religions".

Un fourre-tout pour réprimer les libertés sous divers prétextes: protection du sacré (Tunisie), propos diffamatoires à l'égard de la religion (Egypte), etc.
Les peines peuvent varier entre l'emprisonnement ( Jordanie), des coups de fouet (Soudan) jusqu'à la peine de mort ( Arabie Saoudite ou Iran...).

Les Nahed Hattar sont victimes de nos conformismes, de notre hypocrisie, de nos peurs, de nos illusions, de nos haines...qui sont les gênes de Daech et avant lui, de tant d'autres.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.