Huffpost Algeria mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

René Naba Headshot

Lavrov, minister niet

Publication: Mis à jour:
LAVROV
Sergei Karpukhin / Reuters
Imprimer

En seize ans à la tête de la diplomatie russe, il a vu défiler des interlocuteurs de tous acabits, aucun à son niveau, les jaugeant patiemment, les testant, les soupesant, tentant parfois de les apprivoiser, voire même de les séduire, avant de les terrasser.

La totalité de ses interlocuteurs occidentaux et arabe de la fameuse coalition islamo-atlantiste de la guerre de Syrie ont trépassé: Hillary Clinton (USA), David Miliband et William Hague (Royaume Uni), Alain Juppé et Laurent Fabius (France), Hamad Ben Jassem (Qatar) et Saoud Al Faysal (Arabie saoudite)...

Unique survivant, impassible, impavide, vainqueur par Ko technique de tous ses adversaires occidentaux dans la bataille de Syrie. Et ce n'est pas fini

Retour sur cette séquence

Charles de Gaulle, vantant le flegme de son ministre des Affaires étrangères devant Nikita Khrouchtchev, dira de Maurice Couve de Murville: «Je lui ordonne de s'asseoir sur un bloc de glace, il y reste jusqu'à ce que la glace fonde».

Désignant Andréi Gromyko, Khrouchtchev lui répondra du tac au tac: "Pareil pour lui, mais à la différence de Couve, la glace avec lui ne fond pas".

Si Gromyko est passé à la postérité pour avoir été le «Monsieur Niet» de la diplomatie soviétique, Sergueï Lavrov, en digne successeur de son aîné, a glané, lui, le titre envié de «Minister Niet» pour son bras de fer victorieux au Conseil de sécurité de l'ONU à propos de la Guerre de Syrie, bloquant par veto cinq résolutions devant ouvrir la voie à une intervention militaire atlantiste sous couvert de l'ONU.

Excédé par la ténacité du russe, le plus capé des hiérarques socialistes pensera trouver la parade par une astuce, qui s'est révélée grossière, couvrant de ridicule son auteur, le ministre français des Affaires étrangères: Laurent Fabius a en effet proposé lundi 22 octobre 2012 la réforme du recours au Droit de veto au sein du Conseil de sécurité de l'ONU, préconisant que son usage soit réduit au seul cas où un état détenteur de ce droit était menacé d'une action hostile des instances internationales.

Depuis la création de l'ONU, les pays occidentaux ont fait usage du droit de veto 132 fois contre 124 fois à l'Union soviétique puis de la Russie, dont onze veto américains en faveur d'Israël. Les Occidentaux sont donc bénéficiaires de ce passe-droit, qui leur a permis de bloquer l'admission de la Palestine en tant que membre de plein droit de l'organisation internationale.

A l'analyse, la proposition de Laurent Fabius s'est révélée être un bobard diplomatique pour enfumage médiatique en ce qu'en voulant priver la Russie de son droit de veto en faveur de la Syrie, il privait, par ricochet, Israël de son bouclier diplomatique américain. Depuis lors, Fabius, petit télégraphiste des Israéliens dans les négociations sur le nucléaire iranien, frustré par ailleurs d'un Prix Nobel pour son bellicisme outrancier, a été placé en état de congélation politique avancée par sa promotion à la Présidence du Conseil Constitutionnel.

Alain Juppé, un autre hyper capé de la méritocratie française, a eu droit au même traitement énergisant du russe. Se vantant avec son compère du Qatar, Hamad Ben Jassem, de faire de la bataille de Bab Amro (Syrie), «le Stalingrad du Moyen orient», février 2012, -qui s'est révélé un des grands désastres militaires de la diplomatie française-, Lavrov, excédé par la morgue de son homologue français lui a tout bonnement raccroché au nez sans jamais le reprendre au téléphone jusqu'à son départ du Quai d'Orsay.

Auparavant, l'anglais David Milliband, impertinent et quelque peu présomptueux, a entrepris de dicter au téléphone les termes d'une résolution qu'il entendait soumettre au vote dans le contexte du conflit russo-géorgien en Ossétie du Sud (Août 2008): la réponse du russe, mémorable, demeurera dans les annales de la diplomatie onusienne: "WHO ARE YOU TO F***ING LECTURE ME" qui peut se traduire selon la version soft: "Qui es-tu ? pour me dire ce que je dois faire !?» et selon la version hard : "Qui es-tu, putain ! pour me faire la leçon !". Ah qu'en termes élégants ces mots-là sont dits.

Le soutien continu à la Syrie dans sa guerre contre la coalition islamo-atlantiste (2011-2015) a valu à la Russie et à son président Vladimir Poutine un regain de sympathie au sein de larges couches de la population arabe lassée par les ingérences incessantes du pacte atlantique dans les affaires intérieures du Monde arabe.

Rompant avec quarante ans de servitude israélo-américaine, le président égyptien Abdel Fattah Sissi a renoué avec Moscou dans la grande tradition des relations égypto-soviétiques de l'époque nassérienne. Mieux, l'Egypte a récupéré les Mistral français destinés à la Russie dont elle a été privée pour cause d'embargo sur l'Ukraine, en les équipant d'un armement russe. Et le premier ministre irakienHaidar Al Abadi, excédé par le chantage des Américains qui subordonnaient leur lutte effective contre Daesh à la promotion d'un système confédéral en Irak, prélude à la partition du pays, s'est lui aussi tourné vers Moscou, obtenant une promesse de livraison d'armes, dans le prolongement du rééquipement de l'armée égyptienne et de la levée de l'interdit sur la livraison des missiles SS-300 à l'Iran.

Issu d'une famille arménienne originaire de Tbilissi, Sergueï Lavrov, en poste depuis 2004, est diplômé d'un prestigieux "Institut d'état des relations internationales de Russie", dont l'enseignement repose sur un axiome immuable, à savoir: "La diplomatie est un sport de combat" et non une péroraison verbeuses pour éditocrates bêtifiés, gobant sans sourciller des énormités du genre de celles proférées par Laurent Fabius, assurant, contre toute évidence, que «Jabhat An Nosra fait du bon travail en Syrie»....OUI, Jabhat An Nosra, le ravisseur des religieuses de Maaloula, dont l'un des factotum, Hédi Nemmouche, aura été le geôlier des quatre journalistes français retenus à Alep...Jabhat An Nosra, la succursale franchisée en Syrie d'Al Qaida, le commanditaire du carnage de Charlie Hebo. "Du beau travail" en effet Sergueï Lavrov est secondé pour les affaires arabes par un grand arabisant Mikhael Bogdanov. En tandem avec le duo syrien Walid Mouallem et Bachar Jaafari, ils ont fait office de brise glaces à tous les assauts de la diplomatie atlantiste. Au point que Fabius a dû ravaler son chapeau le 2 juin 2015 à Paris, préconisant sous forte pression américaine, un règlement politique en Syrie et, ultime humiliation, gratifié le président syrien du titre de "Monsieur" Bachar Al-Assad.

Pire, deux des derniers visiteurs de Damas auront été, fin avril 2015, Edward Nalbandian, ministre des Affaires étrangères d'Arménie, dont le peuple a été victime du génocide par la Turquie, pays allié de la France dans le démembrement de la Syrie, ainsi que, fin Mai 2015, Mgr Béchara El Rahi, patriarche des Maronites, ces chrétiens d'Orient dont la France est théoriquement le pays protecteur.

Depuis lors l'intervention massive russe, le 1er septembre 2015, a brisé le monopole de la navigation aérienne et maritime des Occidentaux en Mer Méditerranée, alors que l'étau diplomatique autour de la Syrie se desserrait avec la normalisation des rapports entre l'Égypte et la Syrie et l'implication massive de la Chine auprès du pouvoir baasiste avec une aide de 7 milliards de dollars à l'effort de guerre syrien, doublé de l'aménagement d'une plate forme navale opérationnelle dans le périmètre de la base navale russe de Tartous.

Pour avoir ignoré cette règle cardinale de la diplomatie internationale, pour avoir mésestimé son adversaire, Fabius, le somnolent des forums internationaux, -ah le roupillon d'Alger, une "micro sieste" répétitive le 15 juin 2015 lors du voyage de François Hollande en Algérie et le 9 juin 2014- en a payé le prix par un KO technique. Idem pour Alain Juppé, les deux meilleurs capés de gauche et de droite de la méritocratie républicaine. C'est à se demander, devant un tel gâchis, à quoi servent les grandes écoles françaises.

"Si tu veux obtenir tes droits, tourne-toi vers les Russes pour les récupérer", conseille, amer, Mahmoud Abbas, chef de l'autorité palestinienne, lassé par les tortuosités de la diplomatie occidentale.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.