Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Rafik Mzali Headshot

L'horreur par le quad

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Pour une fois, un homicide involontaire pourrait rivaliser puis dépasser en horreur un homicide volontaire. Car un homicide volontaire pourrait être le fruit d'une balle silencieuse frappant un hors la loi alors que là ce fut une mort atroce et révoltante, celle d'une jeune maman parfaite à tous égards.

On a envie de pulvériser l'assassin en mille morceaux tellement le crime fut abominable, le pulvériser car il s'est attaqué à l'essence de la vie, une mère et de surcroit devant ses enfants, à un âge ou aucun bouclier ne protègera leur conscience, fendant leur personnalité d'un large ravin, pour en faire des êtres fragiles à tout jamais et chez qui on verra perler des larmes inattendues dans des circonstances anodines.

Le pulvériser lui et ses éducateurs qui, si on y réfléchissait bien, sont plus responsables que lui, à telle enseigne que l'on pourrait les accuser eux d'homicide volontaire.

Car ce cinglé n'a pas choisi son éducation alors qu'eux, ses parents, l'ont voulue ainsi, croyant se débarrasser à peu de frais de la chose la plus noble et la plus difficile qui soit, l'éducation d'un enfant.

A cet âge, on sait que les jeunes sont tentés de frôler la mort ou de faire frôler la mort aux autres.

Il fallait bien, pour que l'excès d'adrénaline s'évacue et brûle la vitesse à tout ce qui est calme et volupté. Il fallait bien que ce môme, sans culture mais fort en SMS, virtuose des tablettes mais ignorant de Camus, ait quelque chose à raconter de fantasque à ses copains ou à sa muse, lorsqu'il aura rangé son quad, tard dans la soirée.

Il arrive souvent au destin de pardonner aux téméraires, mais là c'en était trop car on s'était trop aventuré près de ses chasses gardées. Le destin frappa alors en choisissant une fin différente au scénario initié par notre irresponsable, la rendant lugubre en priant les meilleurs de partir et les scélérats de rester.

Le slalom du quad fut ce cas où la providence fit défaut, ou le miracle ne se produisit pas et où un ange succomba.

Ce drame ne doit pas occulter les milliers de situations quotidiennes où une dame, un enfant ou un vieillard échappent de justesse à une catastrophe, du fait d'un chauffard en troisième position, d'un autre roulant en tombeau ouvert, d'un motocycliste montant sur la chaussée ou roulant en sens inverse, ou ceux intrépides se mettant avec leurs amis en groupe transversal.

Malheureusement, il est exceptionnel de voir un motocycliste puni pour non respect du code de la route; seul le non port du casque est sanctionné comme si c'était pour leur dire: "seule votre vie compte, celle des autres on s'en fout!".

Ce n'est pas seulement l'interdiction des quatre roues sur les plages surpeuplées qui devraient être décidée mais une infinité d'agissements tout aussi dangereux où le tunisien, peu informé sur le sens de la liberté, excelle à la ridiculiser.

LIRE AUSSI:
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.