Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Rafik Mzali Headshot

Hafedh Caïd Essebsi: Un peu de tact please!

Publication: Mis à jour:
HAFEDH CAID ESSEBSI
FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Imprimer

Hafedh Caïd Essebsi, même s'il était un politicien prodige, aurait dû attendre que son père quitte la scène politique pour s'engager.

Il aurait alors volé de ses propres ailes et le peuple tunisien aura eu tout le temps pour le juger.

Le fait qu'il se soit engouffré dans la brèche politique, en s'imposant du temps de la présidence de son père, montrerait déjà un manque de tact politique. Cela me rappelle l'enfant qui casse la voiture de son père en la conduisant sans permis.

Monsieur tout le monde s'est déjà fait une idée sur les potentialités réelles de l'homme, mais même si on ne veut pas être injuste et qu'on veuille rester objectif, il est difficile, du fait de l'intrication de tant de paramètres, de faire la part de ce qui revient aux qualités personnelles de ce qui revient à l'avantage d'être bien né.

La médisance étant une des caractéristiques les plus sures de l'être humain, on sait déjà vers quelle hypothèse les commérages vont pencher pour expliquer ce poste de directeur exécutif...La deuxième bien sur.

Maintenant, qu'il trône sur Nidaa 1, il a tout faussé, ce qui est contreproductif dans cette conjoncture extrêmement délicate quand on sait que le parti majoritaire à l'Assemblée des Représentants du Peuple se devait d'être le plus serein parmi les formations politiques du pays.

Comment lui et son muet de père feignent d'oublier que la politique est une arène impitoyable, que le citoyen que l'on prend à tort pour un naïf émotif est souvent extrêmement lucide et qu'il peut à tout moment exploser à la figure de n'importe quel dirigeant?

Même si Hafedh Caïd Essebsi quittait aujourd'hui son poste à Nidaa 1, les dégâts auront été faramineux et plus pour le père que pour lui même.

Pour sauver ce qui reste du bateau en naufrage, il faudrait que Nida 1 et 2 fusionnent, qu'il fassent un congrès pour gagner un peu de crédibilité, afin qu'Ennahdha calme ses ardeurs, que l'UGTT se fasse plus souple et que le pays puisse panser ses blessures et redémarrer.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.