Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Rachid Barnat Headshot

Tunisie: Un e-parti en gestation

Publication: Mis à jour:
COMPUTER
ASSOCIATED PRESS
Imprimer

L'ère des réseaux sociaux, sera-t-elle l'ère du "citoyenisme" ? Les citoyens vont-ils remplacer les politiques ? Devant le ras le bol des citoyens de leurs hommes politiques, qu'ils soient de droite ou de gauche, plus "diseux" que "faiseux", mais surtout loin de leurs aspirations, de plus en plus se développent ici ou là des mouvements apolitiques de citoyens désireux de prendre leur destin en main.

Ce fut le cas des indignés qui ont initié cette tendance, qui commence à faire tache d'huile dans bons nombre de pays, dont la Tunisie.

On sait déjà que les réseaux sociaux, Facebook notamment, ont eu une très grande influence sur la vie politique du pays, puisque pour Facebook, la Tunisie aura été le premier pays a utiliser cet outil pour sa révolution, inaugurant la première e-révolution pour Facebook.
Des chercheurs se pencheront sur cet apport mais l'on peut déjà dire que cela a libéré les esprits, que cela a permis a beaucoup d'apprendre par les échanges et donc de faire évoluer les idées et les mentalité. J'ai moi-même constaté comment les interventions sur Facebook sont devenues plus riches, plus documentées et plus réfléchies.

Or voici qu'une nouvelle initiative vient d'être lancée qui me paraît riche de possibilité et d'avenir car elle a pour objectif de mettre en place une nouvelle forme de participation à la vie politique en faisant intervenir puissamment la société civile.

Là encore tous les observateurs ont mis l'accent sur le rôle de la société civile en Tunisie. Elle s'est mise spontanément en action, à plusieurs reprises et a fait reculer certaines idées que voulaient imposer certains partis notamment ceux à l'idéologie pan islamiste et pan arabiste. Le problème c'est qu'elle s'est un peu découragée ; et qu'étant, par nature dispersée elle peine a imposer sa volonté. Or un membre du réseau Facebook vient de proposer la création d'un E-Parti avec l'objectif de lutter pour la laïcité et contre la présence de la religion en politique.

Cela a démarré par le post suivant :

"Je réclame votre attention s'il vous plaît,

Devant la déliquescence des jeunes partis tunisiens, face aux grands problèmes non résolus, voire insolubles que vit la Tunisie et en raison des sérieuses menaces qui pèsent sur l'avenir de la Tunisie en tant qu'état libre et indépendant, j'en appelle à votre pleine adhésion pour nous réunir autour d'un minimum de valeurs universelles de nature à redonner un élan sur la voie de la prospérité manquée.

J'ose espérer que la série de propositions que je soumets humblement à mes compatriotes trouvent l'écho et la critique suffisants pour amorcer la construction d'une voie de salut.
Et je ne suis qu'une vérité parmi onze millions de vérités !

Je vous propose d'emblée la création d'un e-parti électronique résolument tourné vers les nouvelles techniques partagées.
L'E-parti repose sur l'usage des moyens de l'internet pour la communication, nous épargnant le lourd système suranné des partis traditionnels.

Mais qu'il soit entendu que l'e-parti que je propose se doit d'être un simple réceptacle pratique pour mieux véhiculer le premier concept :
L'universalité des valeurs dont essentiellement La laïcité. C'est la raison pour laquelle je souhaite voir naître dans la jungle inextricable des partis, le E-Parti Laïc Tunisien EPLT franchement et clairement opposé à l'islamisation de la politique et la politisation de l'Islam.
Dans notre monde de plus en plus frappé par la globalisation, rajouter un handicap de frilosité et de contraintes charaïques (en appliquant la chariaa) insondables et non miscibles dans la démocratie, entraîne fatalement l'immobilisme, voire la décadence et le mal-être.
La laïcité est une condition nécessaire mais loin d'être suffisante pour corriger la trajectoire de notre devenir.

Nous élaborerons les concepts et les principes un à un ensemble.
Et si vous permettez, je serai votre humble serviteur le temps de chercher et de trouver les dirigeants les mieux à même de nous guider dans cette aventure ... je souhaite, et c'est ma conviction, que la femme tunisienne bien plus habile, plus productive dans ce cas de figure, soit hissée au premier rang.

Bonne réflexion".

A la suite de quoi, beaucoup d'internautes ont salué cette initiative et proposé leur adhésion à ce nouveau Mouvement, dont un donnant son avis, précisait que :

"Ce groupe a vocation à réunir l'ensemble des tunisiens, déçus par les partis politiques et par le pouvoir en place, qui souhaitent œuvrer à leur niveau pour faire progresser le pays."

Beaucoup ont déclaré être intéressés par ce groupe de pression et de réflexion mais il y a eu aussi des commentaires critiques qui ont permis d'affiner le projet qui ne devrait pas être un énième parti politique. Il y en a déjà beaucoup trop mais un groupe de réflexion, de pression et un outil pédagogique pour faire comprendre l'intérêt de cette évolution du pays, à savoir encore un bout de chemin sur celui qu'avait ouvert le Président Bourguiba et que le pays est en train de perdre.

D'où les précisions suivantes:
Tout d'abord il est de l'intérêt de ce mouvement qu'il ne soit pas un parti politique. Il y a, en Tunisie déjà suffisamment de partis; en ajouter un, ajoutera à la confusion ; alors qu'il faut, au contraire œuvrer pour que des rapprochements s'opèrent.

Par ailleurs s'il devenait un parti politique, briguant des postes, on peut penser, l'homme étant ce qu'il est, que des petites ambitions naîtraient et que des divisions même artificielles apparaîtraient. Il faut donc qu'il soit clair pour les adhérents qu'il s'agit d'un groupe de pression et de réflexion.

En second lieu, certains ont reproché à la Charte de ne pas entrer dans certains détails politiques (économiques, sociaux ou de politique étrangère). C'est tout à fait volontaire car ce groupe ne rassemble que sur l'essentiel, à savoir le choix de société que veulent les adhérents pour leur pays. Une fois d'accord sur cet essentiel, chaque adhérent pourra militer pour le parti de son choix en pesant de ses convictions, pour qu'il aille dans ce sens.

Cette idée permettrait aux Tunisiens et, notamment aux jeunes, de s'approprier le débat de manière nouvelle sans les pesanteurs, et disons les compromissions des partis qui voulant ratisser large ne veulent pas prendre nettement position pour, croient-ils, ménager leur électorat potentiel.

Il faut espérer que cette idée ne restera pas qu'une belle idée mais se concrétisera et que de nombreux jeunes voudront participer et adhérer.
En tous cas je souhaite une belle réussite à cette initiative en marge des partis qui ont tant déçu et qui continuent de décevoir.

Bon vent pour cette heureuse initiative!

Retrouvez le blog de l'auteur ici

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.