LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Rabia Franoux Moukhlesse Headshot

Et de 4! Et si on parlait polygamie?

Publication: Mis à jour:
MULTIPLE MARRIAGES
cglade via Getty Images
Imprimer

Un petit mot léger sur un sujet grave. Dans les rapports humains, la société judéo-chrétienne est le chantre de la monogamie. Je ne sais si pas c'est bien naturel car dans les faits, on constate que cette façon de vivre est largement détournée. Pour ceux qui assument leur changement d'idée sur leur partenaire et désirent former un nouveau couple lorsque l'ancien modèle ne leur convient plus, les législateurs ont inventé le divorce. Je ne t'aime plus, bye et sans rancune.

Plus souvent, le confort du quotidien fait que monsieur qui ne veut pas repasser ses chemises dans la période de transition prend maîtresse. Dans un monde capitaliste, les hommes appliquent les principes du taylorisme: une femme pour la maison, une femme pour le plaisir. Bref, on spécialise grâce à cette répartition des tâches dans un souci de meilleur rendement.

Comme dans tout capitalisme sauvage, les hommes se soucient peu du bien-être de la travailleuse ménagère et de celle du sexe. L'activité n'a pas de code de travail clair, le salaire est à la discrétion du patron. Ces pauvres chéris trouvent toujours que la vie est mal faite lorsque l'une ou l'autre se veut revendicative. Et pour les quelques braves (au féminin) qui osent se lancer dans l'aventure de l'aventure extra conjugale, c'est une catastrophe nationale. Comment osent-elles aller voir ailleurs alors qu'elles avaient tout! Un aspirateur, une machine à laver, une belle maison, de beaux enfants que JE lui ai fait (faudrait pas oublier QUI les a mis au monde et a souffert pour ça, QUI les a élevés et s'en est occupés, mais bon...) et en plus JE lui foutais une paix royale puisqu'entre mon travail, mes copains, mes sorties et les matchs de foot, elle avait plein de temps pour elle!

Dans le monde musulman, de par son histoire, on a toujours assumé la polygamie. Au début, l'espérance de vie des hommes étant plus courte avec leur tendance névrosée à faire la guerre, il y avait un déficit donc soit, on répartit mieux les ressources. Mais dans l'histoire moderne, nous n'avons plus les mêmes problématiques et la clef de répartition me semble obsolète. Elle n'est plus justifiée par un quelconque déséquilibre puisque d'après les statistiques à périmètre d'âge quasi constant, il y a 51% de femmes et 49% d'hommes dans le monde. Donc en principe, chacun doit trouver chaussure à son pied. Et si l'on considère qu'un couple c'est deux personnes, on devrait pouvoir former des paires dans la majorité des cas. Alors, qu'est-ce qui justifie la polygamie? Une situation vieille de 1.400 ans? Une approche culturelle et cultuelle qui arrange bien les hommes sans tenir compte des désidératas et de l'égalité pour l'autre moitié de la population?

Je propose une autre lecture du fait que l'on retrouve cette similitude dans toutes les civilisations et cultures, à savoir que les hommes ont le droit d'avoir plusieurs femmes ou plusieurs conquêtes et que l'on exige implicitement des femmes qu'elles soient des objets uniques destinées à ne connaître qu'un seul homme (et c'est là que l'on voit que finalement, les hommes sont mauvais en maths car si nous sommes bien 50/50 entre hommes et femmes, un homme ne peut raisonnablement pas connaître intimement que des femmes vierges à moins de convaincre ses copains à l'abstinence pour récupérer leur part...). Non, je pense qu'il s'agit de la vision freudienne des hommes avec leur obsession pelvienne. Ils sont en permanence dans la compétition sauf en matière d'intimité. Je crois qu'ils ont peur de la comparaison, et d'être moins bons au lit pour parler de façon grivoise, que leurs coreligionnaires. De fait, si une femme ne connait intimement qu'eux, elle ne pourra pas comparer. C'est le crime de lèse-majesté suprême dans l'inconscient d'un homme: se dire qu'un autre est capable de donner plus de plaisir qu'eux est inconcevable. Cela touche à leur moi profond et créerait un traumatisme au point que les pauvres pourraient en mourir de désespoir!

Si l'on se base sur cette idée, le problème est comme assez souvent l'éducation, ou en ce cas, l'absence d'éducation. Car si le concept de la reproduction est bien maîtrisé, le comment bien faire l'amour n'est jamais évoqué. Entre filles on en parle, mais il existe une pudeur et des réticences culturelles à s'ouvrir aux hommes pour leur expliquer le pourquoi et le comment. Dans notre infime délicatesse, nous devons avoir peur de les choquer en abordant un tel domaine car nous ne sommes que de blanches colombes. C'est donc forcément de notre faute de ne pas oser mettre les points sur les i.

C'est toujours à ce stade que je me pose la question de l'espèce humaine. Sommes-nous vraiment de la même espèce ou sommes-nous des cousins éloignés avec un patrimoine génétique suffisamment proche pour pouvoir nous reproduire un peu comme les juments et les ânes? Est-ce que les hommes se rendent vraiment compte que le couple est bien autre chose qu'un pacte d'associés avec répartition des tâches? Oublient-ils si facilement la dimension sentimentale de la vie à deux avec les nécessaires besoins de chacun? Et là je ne parle pas du matériel mais simplement du besoin humain et naturel d'être aimé et considéré. Que l'autre prenne soin de vous et s'intéresse à vous. Qu'il partage!

C'est dans ce contexte et toujours féministe et chiante que je dois vous avouer avoir 4 maris, histoire de bien pratiquer l'égalité et de montrer l'exemple. Le premier, je l'ai épousé en France devant une juridiction civile. Le second, je l'ai épousé aussi en France mais au consulat du Maroc. Le troisième, je suis revenu avec lui de France et pour des subtilités juridiques je l'ai épousé devant le tribunal des affaires sociales de Casablanca. Et enfin le quatrième, je vais l'épouser le prochain mois devant un Adoul. Ça vous en bouche un coin! Pour être vraiment honnête avec vous, il faut que vous sachiez que c'est toujours le même homme mais bon, dans le principe j'en ai épousée 4 donc maintenant, je me sens à égalité avec tous les obscurantistes qui veulent me faire vivre au moyen-âge dans un monde moderne, tout en respectant mes conviction et la vision du couple...

LIRE AUSSI: