Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Pius Moulolo Headshot

Le Maroc, une puissance économique qui monte en Afrique?

Publication: Mis à jour:
CASABLANCA
Wikimedia Commons
Imprimer

ÉCONOMIE - Se positionner comme hub économique et financier, tel est l'objectif fixé par ce pays de 446.550 km2 et de 34,8 millions d'habitants, qui s'impose de plus en plus comme porte d'entrée des investisseurs étrangers en direction du continent africain. Le 24 février 2015, Standard & Poor's, dans son rapport sur la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena) maintenait la note souveraine du Maroc à BBB, avec des perspectives stables sur sa dette à long terme. Une preuve de bonne santé de cette économie qui résiste tant bien que mal aux soubresauts des marchés internationaux.

La croissance est portée à 4,8% du PIB en 2015, contre 2,2% en 2014. Le pays a d'ailleurs inauguré la centrale solaire Noor à Ouarzazate en février 2016, considérée à terme comme la plus grande du monde avec un investissement de 9 milliards de dollars. Depuis l'arrivée au pouvoir du roi Mohammed VI le 30 juillet 1999, le Maroc est porté par des vents plus que favorables. D'abord sur le plan politique, avec une ouverture démocratique, l'adoption par referendum d'une nouvelle constitution le 1er juillet 2011 qui consacre la division des pouvoirs exécutifs entre monarchie et gouvernement, puis la mise sur pied d'un gouvernement de coalition dominé par le PJD d'Abdelilah Benkirane.

Ensuite sur le plan économique. Malgré les printemps arabes qui ont secoué une grande partie du Moyen-Orient en 2011 à l'exception notable du royaume chérifien, plusieurs réformes structurelles ont été accélérées, notamment avec la modernisation du système de santé, l'assurance maladie, le droit syndical et le régime des retraites. Le pays reste toutefois fortement dépendant du secteur agroindustriel, du tourisme, de la pêche, l'automobile, les services innovants et l'aéronautique.

Le lancement en avril 2014 du Plan d'accélération industrielle "Ecosystèmes performants 2014-2020" lui a permis d'améliorer le climat des affaires, de doper la compétitivité de ses entreprises, booster sa croissance et s'ouvrir au monde.

Le Maroc, porte d'entrée sur l'Afrique

"Le Maroc se distingue dans sa région par sa grande stabilité politique, l'efficacité et la non lourdeur de son administration. Son code des hydrocarbures est conçu pour attirer les investisseurs". C'est ce qui ressort de la conférence Africa Oil & Power de juin 2016 à Cape Town, qui classait le Maroc 4e meilleure destination africaine pour les prospecteurs pétroliers. Les trois premières places revenaient respectivement à la Mauritanie, Madagascar et l'Afrique du sud, les critères de sélection reposant sur la fiscalité, les incitations à l'investissement, le potentiel en ressources, l'environnement des affaires, la stabilité et la sécurité gouvernementale.

Casablanca s'impose peu à peu également comme la capitale financière de l'Afrique, devançant depuis 2016 Johannesburg au classement Global Financial Centre Index (GFCI). La création de Casablanca Financial City (CFC) en septembre 2010, qui offre une fiscalité très avantageuse pour les investisseurs étrangers désireux de s'implanter en Afrique, a été le moteur de cette montée en puissance.

Grâce aux partenariats développés avec la bourse de Paris et la London Stock Exchange, CFC attire de grands noms de la finance internationale tels que BNP Paribas, AIG, Société Générale, la Coface, Boston Consulting Group et récemment encore Exim Bank of China. Le Maroc tend également à devenir une plaque-tournante des TIC en Afrique.

Des entreprises qui s'exportent à l'étranger

Le redéploiement tous azimuts du Maroc en Afrique subsaharienne est souvent perçu comme une tentative de rompre son isolationnisme diplomatique depuis sa sortie de l'OUA en 1984. Ce qui est en partie vrai, car la question du Sahara demeure un caillou dans la chaussure de ce géant chérifien qui souhaite se déployer au-delà des sables bitumineux sahélo-sahariens.

Toutefois, cette reconquête de l'Afrique s'entend beaucoup plus comme une nécessité géoéconomique qui consiste à multiplier ses partenaires commerciaux, diversifier ses sources de revenus et améliorer sa compétitivité. Plusieurs entreprises nationales et privées se positionnent dore et déjà comme leaders en Afrique: Royal Air Maroc, Attijariwafa Bank, BMCE Bank, Somagec, Maroc Télécom, Sothema, Managem, HPS, Finatech, S2M et M2M Groupe.

LIRE AUSSI:
Close
Ces Marocains à la conquête de l'Afrique
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée