Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Pascal Maquin Headshot

Une manière simple de s'adresser à votre ado devenu insolent

Publication: Mis à jour:
TEENAGER PARENTS
Juanmonino via Getty Images
Imprimer

Quand l'adolescence rime avec l'insolence, il est nécessaire pour les parents de détenir des clés de compréhension pour leur permettre de maintenir une relation privilégiée avec leur ado. Ces deux mots proches dans leur résonance sont liés par le besoin éprouvé par l'adolescent d'imposer ses idées. Ce n'est plus le tout petit enfant qui s'opposait à vous en disant ''NON'' ''pipi '' ou ''caca boudin''... Vous êtes maintenant, quelques années plus tard, confrontés à une période d'opposition plus provocatrice. Il est donc courant qu'un ado conteste voire rejette une consigne donnée par l'adulte. L'adolescence représente souvent une étape synonyme de conflits avec les parents, en effet il n'est pas rare de voir un ado contester, voire rejeter une consigne de l'adulte. L'enfant à qui l'ont disait "ça suffit, file dans ta chambre!" s'est mué en un ado avide de confrontation, usant d'impertinence et n'ayant pas peur de critiquer ouvertement ou d'utiliser des ''gros'' mots, pour tester la réaction de l'adulte face à son comportement. Il doit appréhender les limites à ne pas dépasser et comprendre ainsi, ce qu'il peut faire ou non.

Mettez en place des systèmes défensifs

Pendant cette période de conflits et ''de lutte pour le pouvoir'', l'adulte sera touché dans sa fierté face à son ado, s'il lui manque de respect en lui répondant grossièrement. Il serait donc sage de prévenir cette insolence (pour qu'elle ne devienne pas un mode de vie!) en mettant en place une défense efficace. Cette dernière consiste à sanctionner dès que l'une des règles du contrat établi, écrit et signé par vous et lui, au moment de la pré-adolescence est transgressée par l'adolescent. Vous vous appuierez sur ce règlement pour contrecarrer les arguments de votre ado qui ne manquera pas de s'indigner avec une mauvaise foi assumée et de s'exclamer: ''Mais, tu ne me l'avais pas dit!'' Même si pendant sa pré-adolescence tout avait été expliqué et adopté afin de conditionner votre enfant pour éviter au maximum qu'il ne dépasse pas les limites imposées.

Créez une équipe éducative familiale

Comme dans toute compétition, (c'est bien d'un challenge dont il s'agit!) il convient d'agir avec cohésion. Vous devez être en total accord avec votre conjoint(e) en ce qui concerne les limites à ne pas franchir. Agissez ensemble quand vous le pouvez, lorsque votre ado se montre insolent et irrespectueux afin qu'il prenne conscience qu'il a outrepassé ses droits en vous répondant de manière anormale. Dans le cas d'une famille où les parents sont séparés, il est souhaitable que les ex-conjoints si cela s'avère possible, se mettent d'accord et tiennent le même discours face aux débordements de leur adolescent.

N'attisez pas les conflits mais ne soyez pas laxistes

Si l'ado refuse d'avouer ses erreurs et de changer d'attitude, ne vous énervez pas, ignorez ses provocations, ne répondez simplement pas à son ''insolence''! Votre ado cherche à vous provoquer! Soyez ferme, calme et utilisez des phrases courtes et directives, en vue d'aboutir à une négociation. Si son comportement insupportable devient récurrent, proposez de trouver une solution à l'amiable. S'il ne tient pas son engagement, exprimez à haute voix ses propos choquants, afin qu'il les entende et en mesure toute la portée, puis infligez-lui certaines sanctions faciles à tenir (comme par exemple: ''plus de sorties au cinéma''!)

Ne fuyez pas les conflits, cherchez une résolution rapide

Dès que l'ado se montre insolent, reprenez-le en le regardant dans les yeux puis changez de position pour montrer votre désaccord: si vous êtes assis, levez-vous calmement, si vous êtes debout, asseyez-vous face à lui, restez proche de lui pour l'encadrer. Si l'ado s'énerve, crie... ne paniquez pas et parlez lui calmement, en lui précisant qu'il ferait bien de mesurer ses propos et de ne pas aller plus loin. Campez sur vos positions et ne revenez pas sur les paroles que vous avez dites ou sur les décisions que vous avez prises. Surtout, ne vous excusez pas, s'il choisit de fuir et de s'enfermer dans sa chambre en signe de frustration, ne le suivez pas! Laissez-le s'apaiser pour réfléchir et profitez-en pour en faire autant! La colère n'est pas bonne conseillère!

Pascal Maquin est l'auteur de "Quand les ados prennent le pouvoir" aux éditions Le Courrier du livre, paru le 14 mars 2017

LIRE AUSSI: