LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Amokrane Nourdine Headshot

Moh "Ndjardjar"...

Publication: Mis à jour:
Imprimer

C'était en 1960.j'avais à peine 6 ans. C'était la guerre d'Algérie. En cette année et bien d'autres plus tard on parlait plutôt de la guerre louant ses résistants. On parlait de ces jeunes qui avaient sacrifié leurs vies pour libérer le peuple algérien des injustices des colons.

Je me souviens de quelques uns d'entre eux. Si j'avais connu mon jeune oncle et son itinéraire jusqu'à son assassinat par un agent double, de Moh Ndjadjar j'entendais plutôt les autres l'évoquer. Il était si célèbre en nos contrées. Les femmes l'évoquaient dans leurs chansons, les adultes aussi avec beaucoup d'admiration.

Puis le temps s'est écoulé, beaucoup de choses se sont passées. Même si on est resté dans les tumultes nous ne sommes plus en guerre avec un autre pays depuis maintenant plus de 50 ans.

Pourtant ces jours en marchant dans les ruelles de Boghni village au pied du mont Djurdjura, je ne cesse pas de m'attarder devant des affiches célébrant Moh Ndjardjar - Moh du Djurdjura. 50 ans plus tard je le vois en photo. Des associations appellent en ce 8 mai 2015 à rendre hommage au lion du Djurdjura, Moh Ndjardjar. Comme quoi le peuple sait se souvenir de ses vrais fils qui avaient l'Algérie au cœur. Qui n'avaient pas hésité à sacrifier leurs vies pour sauver le pays des griffes de l'armée coloniale française.

Oui cette vraie jeunesse avait existé dans notre pays. Un pays qui, hélas aujourd'hui 50 ans après n'accouche que de Beggarrine, ces nouveaux riches qui ne pensent qu'à s'engraisser quitte à vendre le pays.

LIRE AUSSI SUR LES BLOGS:

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.