Huffpost Algeria mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Amokrane Nourdine Headshot

Les élections législatives de 2017 en point de mire !

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Un non événement pour nombre d'Algériens aigris du manque de transparence et de démocratie.

Sur un de mes statuts de ma page Facebook concernant les dernières élections législatives au Maroc, qui avaient vu la reconduction des islamistes, le commentaire d'une internaute canadienne est significatif sur les grandes différences de vote dans les pays développés et dans ceux du tiers-monde.

Karol de Pont dit : "au Québec, quelle que soit votre couleur de parti, vous devrez travailler pour le bien commun sinon vous ne serez jamais réélu". Et cela bien sûr lorsqu'on est élu dans la transparence du scrutin.

Ce qui fait que dans ces pays développés le citoyen se sent considéré et respecté de sentir que sa voix porte.

Ce qui n'est pas le cas dans les pays de l'hémisphère Sud où constamment la médiocratie est reconduite au détriment de résultats. Il faut juste être dans la proximité du pouvoir illégitime qui délivre à ses élus des blancs-seings afin de jouir de privilèges. On sait combien les algériens avaient raillé, aux dernières élections depuis l'ouverture démocratique de 1989, ces mal-élus qu'ils jugent à leurs yeux "si inutiles". "Puisqu'ils sont désignés pourquoi dépenser tant d'argent gaspillé pour des élections "truquées".

Effectivement, un chef de parti de l'opposition a dit récemment à ce sujet : "je ne crois pas que l'élection législative est un événement extraordinaire dans la vie d'une nation. Certes c'est une compétition électorale à travers laquelle on élit les représentants du peuple sauf que dans notre pays, le vote n'est pas transparent. Je rappelle ainsi que nous ne sommes dans une situation où la majorité pèse dans le choix du Premier ministre. Chez nous l'APN (l'assemblée populaire nationale) valide des lois venues d'en haut".

Le résultat donc est que l'Algérie continue de ramer à contre sens de la modernité politique. Ce qui fait que beaucoup d'algériens ne se sentent pas concernés par tout ce tintamarre dans la presse locale à ce sujet. "Un non-événement", disent-ils.

L'Algérien, 54 ans après l'indépendance du pays en 1962, est considéré tel un mineur qui ne sait pas voter, qui ne sait pas décider de son avenir. Souvenons-nous, c'était presque ainsi à l'époque de l'Algérie coloniale, on faisait peu cas des opinions des "indigènes".

Notre vœu reste que le pouvoir tire les leçons du passé et considère les Algériens tels des êtres majeurs et vaccinés. C'est à cette condition que sera établit la confiance entre gouvernés et gouvernants pour le bien du pays et son développement car en ce monde impitoyable il n'y a pas de place pour les nations retardataires.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.