Histoire Algerie

Cérémonie de recueillement à Alger à la mémoire du martyr Fernand Iveton et du moudjahid Georges Acompora

APS | Publication 05.03.2017

Une cérémonie de recueillement à la mémoire du chahid de la Révolution, Fernand Iveton (1926-1957) et le moudjahid Georges Acompora (1926-2012)...

Pourquoi Larbi Ben M'hidi est l'archétype du martyr absolu

HuffPost Algérie | Samy Injar | Publication 04.03.2017

Il y’a soixante ans, cette nuit du 03 au 04 mars, était exécuté Larbi Ben M’hidi. Sa famille organise avec Radio M aujourd’hui samedi à 14...

Un livre sur Fernand Iveton, militant anticolonialiste rallié au FLN, lauréat du Prix Goncourt du premier roman

Rédaction HuffPost Algérie/agences | Publication 09.05.2016

La fiction "De nos frères blessés", une première œuvre de l'écrivain français Joseph Andras sur la vie du militant anticolonialiste algérien gu...

Un musée dédié aux condamnés à mort de la guerre de libération nationale

Rédaction du Huffington Post Algérie | Publication 19.02.2016

Un musée dédié aux condamnés à mort de la guerre de libération a été inauguré hier à Alger à l’occasion de la journée nationale du Chahi...

Laissez-nous notre histoire et nos symboles !

Abed Charef | Publication 21.01.2017
Abed Charef

En ce mois de janvier 2016, Yacef Saadi et Zohra Drif sont abondamment évoqués par les médias algériens, pas pour la grandeur de leur passé, mais pour les détruire. Un travail méthodique de démolition de l'histoire du pays et de ses symboles a été engagé. Inconscients des résultats de ce révisionnisme, des symboles de la lutte du peuple algérien participent à leur propre destruction

Poètes et soldats

Amin Khan | Publication 19.11.2016
Amin Khan

...Elle est la source de la volonté de vivre et de mourir d'une inextinguible soif de liberté. Car seule la liberté permet de penser l'ouverture des impasses et la solution des drames, de repenser les concepts passés et les notions nocives, de bousculer les rapports de force et les évidences, de déjouer l'inéluctable sinistre et de rire du destin, seule la poésie permet, alors que tout semble désespéré, de transporter soudain le cortège des humains à la pointe de la pensée, et de dénuder chaque mot de ses oripeaux jusqu'au noyau brûlant du sens, jusqu'au contact mystérieux de la peau nue de la vérité.

Démenti: Mohamed Harbi va bien et il est toujours debout

Youssef Zerarka | Publication 05.11.2016
Youssef Zerarka

Mohammed Harbi va bien et il est toujours debout. Des amis l'ont vu et lui ont parlé [jeudi soir, ndlr]. Un post au contenu totalement erroné à navigué tout au long de l'après-midi. Sa "teneur": le doyen et le plus fécond des historiens algériens, Mohammed Harbi, serait souffrant et aurait perdu la vue.

22 juillet 1962: le coup de force du groupe de Tlemcen

Aït Benali Boubekeur | Publication 22.07.2016
Aït Benali Boubekeur

"Conscients de leurs responsabilités, ils évitaient ainsi d'ouvrir une crise politique grave qui aurait pu servir de prétexte souhaité dans divers milieux pour empêcher la proclamation de l'indépendance de l'Algérie", extrait de la proclamation du Bureau Politique (BP) du 22 juillet 1962, à Tlemcen.

L'indépendance Américaine, l'Algérie et le E Pluribus Unum

Larbi Zouaimia | Publication 03.07.2016
Larbi Zouaimia

Invincibilité algérienne et les mots du prélude appartiennent à celui qui allait devenir le premier ambassadeur des États-Unis , affecté dans un pays musulman nommé "americainement" (Central Barbarian State)... Malheur du destin, il meurt avant de rejoindre son poste à Alger, soit le 18 juillet 1792.

Giscard et la grande expulsion

Akram Belkaïd | Publication 30.06.2016
Akram Belkaïd

Il est parfois des informations matinales qui laissent pantois, qui influent négativement sur le reste de la journée et qui renforcent le sentiment de malaise par rapport à l'air du temps hexagonal. Lors de son passage dans la matinale de France Inter, le 23 juin, l'historien Patrick Weil est revenu sur un épisode historique bien peu glorieux qu'il mentionne dans son dernier ouvrage (*).

Le 55e anniversaire de la première négociation officielle à Melun

Aït Benali Boubekeur | Publication 30.06.2016
Aït Benali Boubekeur

À la suite de la rencontre élyséenne du 10 juin 1960, entre le chef de la wilaya IV historique et le général de Gaulle, le président français se résout enfin à négocier avec le seul représentant du peuple algérien en lute, le GPRA (Gouvernement Provisoire de la République Algérienne). Et pour cause! Bien que ses hôtes veuillent mettre fin à la lutte armée, ils n'envisagent pas d'accord politique sans l'aval du GPRA ou sans l'avis favorable des chefs historiques emprisonnés à la Santé.

Les premiers guillotinés de la guerre d'Algérie: les cas de Ferradj et Zabana

Aït Benali Boubekeur | Publication 19.06.2016
Aït Benali Boubekeur

"Dès lors qu'on avait arrêté quelqu'un, il fallait qu'il soit coupable. Quand une bombe avait éclaté, si on attrapait un type et qu'on trouvait qu'il avait la tête du client, on ne s'en embarrassait pas plus", témoignage de Jean-Claude Périer, membre du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) en 1956.

Raïs Hamidou, le 17 juin 1815: ''Quand je serai mort tu me feras jeter à la mer''

Mahdi Boukhalfa | Publication 17.06.2016
Mahdi Boukhalfa

C'est avec un grand plaisir que j'ai lu l'évocation par mon confrère Fawzi Sadallah de la mort au combat, le 17 juin 1815, près d'Almeria en Espagne, lors d'une bataille inégale à Cap Gata, du célèbre Raïs Hamidou, un natif d'Alger, élevé au rang de chef de la flotte algérienne.

Il y a deux cent ans, la mort du légendaire Raïs Hamidou

Fawzi Sadallah | Publication 16.06.2016
Fawzi Sadallah

Il y a deux siècles exactement, le 17 juin 1815 précisément, Raïs Hamidou, le grand corsaire/amiral le plus célèbre et le plus populaire de l'Histoire de l'Algérie, a été tué au cours d'une grande et historique bataille navale contre une flotte américaine au détroit de Gibraltar (Jabal Tariq).

Il était une fois... l'affaire Si Salah

Aït Benali Boubekeur | Publication 15.06.2016
Aït Benali Boubekeur

Le 10 juin 1960 a lieu une rencontre entre le conseil de la wilaya IV (W4) historique, conduit par son chef Salah Zaamoum, et le général de Gaulle. Mise à part l'Histoire officielle qui n'en fait nullement mention, cette affaire donne lieu à deux versions antinomiques. La première, de surcroît simpliste, fait état de la trahison pure et simple du conseil de la W4 et l'autre, plus raisonnable, relate les faits en les rapprochant autant que faire se peut de la réalité.

"Algérie, l'échec recommencé?" de Saïd Sadi réédité

Rédaction du HuffPost Algérie | Publication 04.06.2015

Le livre "Algérie, l'échec recommencé?" de Saïd Sadi a été réédité la semaine dernière par les éditions Frantz Fanon et tiré à 5.000 exem...

Quand Alger définissait la politique de la France

Aït Benali Boubekeur | Publication 04.06.2016
Aït Benali Boubekeur

Dans la foulée de son retour au pouvoir, le général de Gaulle réserve son premier voyage, le 4 juin 1958, à la ville qui a permis sa renaissance politique, en l'occurrence Alger. En effet, un mois plus tôt, une alliance entre des militaires de carrière -qui détiennent les pleins pouvoirs depuis le 7 janvier 1957- et les ultras achevait la quatrième République déjà évanescente.

Pourquoi les sujets d'Histoire ne sont plus mobilisateurs?

Aït Benali Boubekeur | Publication 27.05.2016
Aït Benali Boubekeur

Décidément, le chef de l'État -pour peu que ce soit lui qui écrive les messages- ne rate aucune occasion historique pour s'adresser aux Algériens. La commémoration de la grève des étudiants, en mai 1956, ne déroge pas à la règle. Toutefois, bien que la forme ne soit pas critiquable, le fond, en revanche, pose problème. Car, si l'école algérienne ne joue plus son rôle, la faute incombe à ceux qui l'ont gérée.

La demande de repentance cache-t-elle un calcul politique?

Aït Benali Boubekeur | Publication 18.05.2016
Aït Benali Boubekeur

À chaque célébration d'un événement historique, le débat sur la repentance resurgit. Bien évidemment, ce dernier est généralement animé par des officiels. Et pourtant, cette page a été tournée par les révolutionnaires dès 1954. Un couplet de l'hymne national ne dit-il pas que "le temps des palabres est révolu. Nous l'avons clos comme on ferme un livre". Que vaut alors l'agitation des décideurs en ces circonstances?

À défaut de culpabiliser les jeunes, le régime doit faire son mea-culpa

Aït Benali Boubekeur | Publication 12.05.2016
Aït Benali Boubekeur

Dans un message adressé au peuple algérien, le 8 mai 2015, le chef de l'État s'adonne à son exercice favori: le mélange des genres. En effet, si les Algériens partagent un passé commun, il est indécent, voire répréhensible, de l'exploiter en vue de surmonter les crises politiques, consécutives justement à la gestion catastrophique des affaires publiques. D'ailleurs, à la lecture du message présidentiel, il est difficile d'adhérer à l'ensemble du contenu.

Société civile et lien social

Arezki Derguini | Publication 11.05.2016
Arezki Derguini

Nous souffrons de deux maux liés, une société civile anémique et une dégradation du lien social qui peuvent nous conduire au destin de beaucoup de sociétés défaillantes (1). Je développerai ici le rôle que peuvent jouer les monnaies locales et complémentaires qui se développent aujourd'hui dans le monde pour reconstruire le lien social et celui d'une économie ouverte pour produire une société civile performante, partie prenante de la société civile mondiale.

Le 8 mai 1945 en Algérie: complot colonialiste ou plan insurrectionnel?

Aït Benali Boubekeur | Publication 09.05.2016
Aït Benali Boubekeur

"Le monde doit savoir que la nation algérienne existe, malgré les dénégations françaises, qu'elle veut liberté et indépendance et qu'elle revendique son emblème", extrait du livre d'Annie-Rey Goldzeigueur, dans Aux origines de la guerre d'Algérie".

Moh "Ndjardjar"...

Amokrane Nourdine | Publication 09.05.2016
Amokrane Nourdine

C'était en 1960.j'avais à peine 6 ans. C'était la guerre d'Algérie. En cette année et bien d'autres plus tard on parlait plutôt de la guerre lou...

Quand la France sera un pays civilisé!

Abed Charef | Publication 08.05.2016
Abed Charef

Le gouvernement français a accompli un petit geste "mémoriel" dans ses relations avec l'Algérie. À la veille de la commémoration des massacres du 8 mai 1945, le secrétaire d'État aux anciens combattants, Jean-Marc Todeschini, a effectué une visite en Algérie, et s'est rendu à Sétif où il a rendu hommage aux victimes algériennes.

Au grand jour

Nada Diane Fridi | Publication 08.05.2016
Nada Diane Fridi

Dans le calendrier grégorien le 8 Mai 1945 est la date de la victoire des alliés sur l'Allemagne nazie et la fin de la seconde guerre mondiale en Europe par l'annonce de la capitulation de l'Allemagne. Le jour même, la France, festive et libre en métropole, perpétue un massacre sanglant en Algérie, alors territoire colonisé