Huffpost Algeria mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Nadia Ghanem Headshot

En Algérie, peut-on passer des jours tranquilles ?

Publication: Mis à jour:
JOURTRANQUILLES
Nadia Ghanem
Imprimer

Dans le champ des maisons d'édition indépendantes en France, les éditions Riveneuve se démarquent depuis leurs premières publications par leur intérêt pour "les littératures ouvertes sur le monde" et les "histoires de destins humains engagés ".

Ainsi, Riveneuve publient depuis 2008 une collection intitulée "Jours Tranquilles", une série de récits d'auteurs qui ont précédemment mené leur lecteurs à découvrir autrement des villes comme Beyrouth, le Caire, Tunis, Kaboul, Ramallah, Gaza ou l'Est européen réunifié.

C'est dans cette collection que vient s'ajouter "Jours Tranquilles à Alger" écrit par Mélanie Matarese et Adlène Meddi, qui depuis Alger et à travers leurs récits entrelacés racontent les jours presque tranquilles d'une période de l'Algérie contemporaine qui a défini leur quotidien.

Le presque est l'espace qu'explorent les deux auteurs. Un espace situé entre dinosaures de l'ère mésozoïque et de l'ère commune, tempêtes en bateau, casse-croûtes poulet-frite et une situation sociopolitique en non-transition permanente.

A travers de petites chroniques datées, entre le récit épistolaire et journalistique où chaque texte est un carnet de voyage et de souvenirs de rencontres, les deux auteurs notent les événements qui les ont marqués ou ont marqués l'opinion depuis 1999.

Le quotidien et le vécu que Matarese et Meddi livrent tour à tour sont empreints de leur métier, les deux auteurs sont journalistes. Leurs témoignages sont ainsi inspirés de leurs reportages, et de l'actualité algérienne nationale et internationale.

Ils chroniquent l'effet des catastrophes évitables comme les accidents de la route, les ravages séismiques, les émeutes de 2011, et les apparatchiks. Une vie au quotidien, sur les routes avec les nationales coupées et les pannes, sous l'eau et les pluies torrentielles, sur terre chez soi en face de la mer pour un ftor aux boureks et raisins fermentés, ou dans les airs, sur les hauteurs de villas d'ambassades.

Ces récits sont aussi un aperçu hors d'Alger, direction Constantine durant son couronnement en tant que "Capitale de la culture Arabe", vers l'Ahaggar et le guépard du Tassili, dans la vallée du M'zab escortés, ou dans le train Alger-Oran, entre autre.

Matarese et Meddi à partir de leurs anecdotes et réflexions, dressent ainsi un constat sur l'Algérie contemporaine et son à venir.

"Jours Tranquilles à Alger" est une forme de messages en bouteille où les récits ne sont pas des SOS mais des fenêtres ouvertes sur le présent, pour qui voudrait s'approcher et voir qu'entre mer, océan et continents, l'Algérie est la somme du vécu de femmes, d'hommes et d'enfants dont les deux auteurs sont une partie, dans un pays qui oscille entre construction et déconstruction.

"Jours Tranquilles à Alger" de Mélanie Matarese et Adlène Meddi (Riveneuve, pp 205), préfacé par Kamel Daoud, parait en France le 30 juin.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.