LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Nadia Chaabane Headshot

De gauche et fière de l'être

Publication: Mis à jour:
BEJI CAID ESSEBSI
FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Imprimer

Dans une interview publiée par Leaders, Béji Caïd Essebsi répond à la question: "est ce que vous avez un problème avec la gauche?" par: "Pas du tout! Aucun! Mais, je ne suis pas d'accord avec eux quand ils veulent faire de la Tunisie un État à gauche. Notre pays doit être foncièrement contre. Notre société est très attachée à la modération du centre, regroupant les diverses expressions. N'oublions pas les dispositions de la Constitution qui proclament que l'État est civil pour un peuple musulman. Nous devons prendre en considération ces aspects et nous ne pouvons pas prendre la moindre mesure qui risque de heurter le sentiment national des Tunisiens".

C'est assez surprenant qu'en donnant son avis sur la gauche, il répond islam et société musulmane. En cela il ne fait pas mieux que les islamistes.

Être de gauche, aujourd'hui, Monsieur le Président c'est être pour la séparation de la politique et du religieux, c'est être pour la justice sociale, c'est être pour l'égalité des droits entre tous les citoyens et citoyennes, c'est être pour une meilleure répartition des richesses, c'est être pour la protection des intérêts des futures générations, c'est être pour les libertés individuelles et collectives, c'est être pour les solidarités entre les générations et entre les régions, c'est être pour la souveraineté nationale. C'est d'ailleurs ce qu'exprime la majorité des Tunisiens.

Un État à gauche est un État qui garantit tout cela par la maîtrise des ressources et la souveraineté de la décision, qui joue un rôle de régulation dans le respect des droits fondamentaux que garantit la constitution.

Déclarer que notre pays doit être foncièrement contre, c'est au moins n'avoir rien compris à ce qui se passe en Tunisie depuis une dizaine d'années, c'est faire fi des espoirs de la majorité de celle et ceux qui vous ont élu, et faire preuve d'une même vision étriquée et paternaliste que ceux qui étaient au pouvoir avant vous. Certes vous avez été élu, mais sur un projet que vous avez, au passage rapidement oublié quelles qu'en soient les raisons, certes vous êtes garant de l'unité du pays et du respect de la constitution mais cela vous donne-t-il le droit de décréter que "notre pays doit être foncièrement contre" et surtout d'opposer gauche et Islam alors que ce n'était pas la question?

Heureusement que la gauche était vigilante et combative pour que la constitution de 2014 soit porteuse des valeurs de modernité, de sécularité et les mécanismes qui permettent de les mettre en œuvre afin de consacrer une société juste pour des citoyens libres.

De gauche et fière de l'être.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.