Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Mounira El Bouti Headshot

Tunisie: Tout est dans le leadership

Publication: Mis à jour:
TUNISIA FLAG
ASSOCIATED PRESS
Imprimer

Je préviens mes détracteurs, que ce papier n'est ni une prise de position, ni une quelconque manipulation visant sciemment ou pas, à mettre de l'huile sur le feu.

C'est que le paysage socio-économique mérite encore une fois, un passage à la loupe.

Cela fait plusieurs jours que les médias, fidèles à leurs habitudes émanant d'un burnout ou d'un manque d'horizons, nous irriguent avec des histoires à la "Agatha Christie" où on connaît l'assassin depuis le début mais on lit quand-même, pour le fun.

Est-ce par ennui, par peur, ou par précaution, que les Tunisiens remettent sur la table, ces sujets qui fâchent, qui agacent et qui nous font perdre beaucoup d'énergie à débattre pour rien, finalement.

Je me rappelle d'une amie qui ressortait tous les vêtements de son placard pour les plier et les remettre en place à nouveau, c'était par ennui. C'est un peu ce que nous faisons en ce moment, on ressort les vieux dossiers pour nous distraire du plus important, pour détourner le regard et ainsi sentir moins le poids de la responsabilité sociale que nous avons chacun, silencieusement ignoré depuis bien des années.

En réalité, ces débats stériles sont un passage normal dans toute révolution, il faut se remettre en question, faire le bilan, individuel et social. Le fait est que le moment est mal choisi.

En effet, il faut se rendre à l'évidence, que bien que la réflexion soit importante dans tout processus de changement, reste que pour que le projet prenne forme, il faut le concrétiser par des actions claires et efficaces.

Nous sommes perdus dans l'adoption de canevas même de notre nouvelle société, une société rêvée par certaines imposés pour d'autres. Mais cela fait partie des principes du jeu de la démocratie.

"Il faut parfois se perdre pour trouver son chemin"

Pour moi, cet adage est plein de sagesse, il est d'ailleurs représentatif - je l'espère- de la période que nous vivons aujourd'hui. La Tunisie, bien que vieille de 3000 ans, est en train de murir, sortie de l'adolescence après avoir été malmenée par un voyou et tant d'autres, elle décide tout juste de prendre sa vraie indépendance, de voler son autonomie et pour cela, il est évident qu'elle a du pain sur la planche.

C'est en ce moment même que la Tunisie, fragile mais déterminée forge sa personnalité et cela nécessite beaucoup de travail, de compréhension et de compassion. Dans ce cas, le régime politique n'a pas son mot à dire, c'est plus fort qu'une Constitution, plus fort qu'une Assemblée et plus fort que les Lois.

La volonté du peuple, tumultueuse, dépasse tous les droits et les interdits. Cela étant dit, la volonté même du Peuple, est incomprise en ce moment.

Où sont passés les leaders?

Ce sont justement les leaders qui aident les autres à se comprendre et à s'accomplir. Ce sont eux qui influencent positivement leur entourage pour qu'ils avancent ensemble, dans le même bateau, dans la bonne direction leur permettant d'atteindre les objectifs communs, fixés en amont.

Qui manipule qui? Qui empêche l'autre de penser, d'avancer et de se rendre utile pour cette patrie qui attend tant de nous?

Nous sommes à la croisée des chemins, perdus entre: islam, islamisme, laïcité, séparation entre la politique et la religion, menottés dans tout cela par une constitution qui a été écrite furtivement, dans le blackout, bien que nous ayons élu de notre plein gré, les auteurs de cette dernière. Mais là encore, c'est l'un des principes du jeu de la démocratie.

Dans toute organisation, il y a le formel, le noir sur blanc, et il y a les non-dits, il y a le contrat psychologique, qui peut être plus fort en terme d'engagement bilatéral.

Par conséquent, on peut s'entendre, et se mettre d'accord sur notre stratégie, notre modèle indépendamment des lois statiques et peu flexibles, c'est là, tout l'art du consensus mais là encore, il faut des leaders qui le maîtrisent et qui le communiquent.

Nous avons plus que jamais besoin de leaders qui nous aident à réfléchir à nos priorités et à nos besoins réels, de s'accepter et s'asseoir pour négocier sans exclure personne afin d'avoir une vision unanime de la Tunisie de demain.

Il n'y a pas qu'une seule façon de faire, ni une seule façon de gérer, il ne s'agit pas de manuel de procédures à suivre mais d'échange d'idées, de visions, de savoir-être et faire.

Dans tout cela, la Tunisie naissante est en train de se perdre; homosexualité, cours d'été de Coran aux enfants, égalité d'héritage hommes et femmes, des sujets qui envahissent nos plateaux télé à tort et à travers. Pour évoquer ces points, nous avons sans doute besoin de fondements et de références, nous avons besoin de définir un modèle épistémologique avant d'élire, nos représentants qui ne savent plus "qui et que représenter?".

Ce qui est inquiétant, c'est le danger que représente le problème d'identité tunisienne car indépendamment de la religion, de la langue et des origines, la Tunisie a une identité qu'il faut protéger, un patrimoine culturel, des traditions qui enchantent et font de nous ce que nous sommes aujourd'hui.

Une identité qui est en péril de nos jours, car manipulée par ceux qui ne la connaissent pas! La mondialisation a fait de nous des êtres différents mais tellement étrangers à cette terre à qui nous manquons.

Nos mariages, nos fêtes, nos cérémonies ne sont plus les mêmes, elles ressemblent à celles d'autrui, elles sont si froides et si peu tunisiennes.

C'est maintenant que nous avons besoin de nous retrouver, de renouer avec cette terre, de la présenter au monde sans la faire adhérer à des normes qui ne sont pas forcément les siennes.

Re-Tunisions nous, aimons-nous tels que nous sommes, sans tomber dans ce moule tellement terne de la mondialisation.

Un point c'est tout.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.
Close
10 bonnes raisons de venir en Tunisie
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée