Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Moulay Rachid Benslimane Headshot

Votez Ali Baba, surtout pas les 40 voleurs!

Publication: Mis à jour:
ELECTION MOROCCO
Stringer . / Reuters
Imprimer

POLITIQUE - En cette période électorale, à force d'entendre le mot "Intikhabates" sur toutes les chaînes nationales, mon fils de 7 ans m'a posé la question: "Papa, c'est quoi Intikhabates?". J'ai répondu bêtement: "ce sont les élections!". Il répliqua: "c'est quoi des élections?". Je me suis donc rendu compte qu'il fallait lui expliquer vu que mon rôle de père m'oblige à former un futur bon citoyen qui doit bien connaître ses droits et ses obligations. "Tiens, qu'est-ce que tu lis là?". Il répondit: "C'est l'histoire d'Ali Baba et les 40 voleurs". J'ai tout de suite répondu: "Parfait! Je vais te raconter donc la vraie histoire d'Ali Baba, version 2016".

Il était une fois, un pauvre bûcheron qui s'appelait Ali Baba. C'était un bon gars courageux, honnête et peut être un peu naïf. Ali Baba était tranquillement en train de couper le bois pour gagner sa vie, quand soudainement il entendit une troupe de quarante cavaliers qui approcha dans sa direction. Affolé, il grimpa dans un arbre pour se cacher et observa leur chef se placer devant un rocher pour prononcer une phrase bizarre: "Sésame, ouvre-toi!". Une porte s'ouvre alors devant lui et nos 40 voleurs pénètrent dans la montagne.

Ces brigands n'étaient pas sur des chevaux comme on nous avait raconté, mais chacun sur une 200 CV. Ali Baba avait distingué quelques Mercedes, des Porsche, des Maserati et même des Ferrari. Ils étaient forts, puissants et avaient une très grande influence sur les habitants du village car ces derniers étaient en majorité pauvres, illettrés et ignorants.

Sous le regard ébahi d'Ali Baba, nos 40 colosses ressortent de la grotte sans leur gros sac qu'ils avaient à leur arrivée, ferment la grotte en criant: "Sésame, ferme-toi", montent dans leurs grosses cylindrées et disparaissent dans un nuage de poussière.

Ali Baba descendit alors de son arbre et décida d'aller explorer cette fameuse grotte. Au début il croyait que c'était une grotte ordinaire vu que de l'extérieur rien ne laissait à croire qu'elle contenait des trésors inestimables. Une fois devant la grotte, il prononça la formule magique: "Sésame, ouvre-toi!".

Ali Baba s'était attendu à trouver un lieu de ténèbres et d'obscurité; mais il fut surpris d'en voir un bien éclairé, vaste et spacieux qui recevait de la lumière du haut du rocher. Il vit un pays géographiquement bien situé, plein de ressources, politiquement stable, riche en potentiel humain, économiquement prospère... "Papa!!"; "Désolé p'tit gars, je rembobine!"... Il vit des ballots de marchandises en piles, des étoffes de soie, des tapis de grand prix et surtout de l'or et de l'argent monnayés par tas et des sacs les uns sur les autres. A voir tous ces trésors, il a compris que ce n'était pas question de quelques mois, mais de longues années que cette grotte servait de retraite à des pillards qui avaient succédé les uns aux autres.

Il décida donc de rendre à la population du village ce qui lui a été volé. Malheureusement, seul, il ne pourra pas. D'abord parce qu'il n'a que trois ânes ce qui l'obligera à faire des allers-retours durant des semaines voire des mois et surtout, il risquait d'attirer l'attention des brigands qui allaient se rendre compte qu'on avait découvert leur cachette. Il était dans une impasse totale. Il ne savait plus quoi faire.

Lui, le simple bûcheron, qui a toujours gardé ses mains propres ne voulait pas garder le trésor pour lui-même sinon il deviendrait le 41ème voleur dans l'histoire. Il ne souhaite pas non plus garder ce secret pour lui seul et laisser les habitants du village dans la misère et la pauvreté. Il décida donc de rendre au moins une partie du trésor - ce qu'il peut emmener sur ces mules - aux plus démunis du village. Lui qui a toujours prôné les valeurs d'égalité, de transparence et de justice, ne va pas aujourd'hui abandonner ses principes malgré les risques qu'il devait prendre.

Décision prise, il chargea les mules au maximum (ne pas confondre avec l'expression "charger la mule") et se dirigea vers son village. Arrivé à la maison, et après avoir tout raconté à sa famille, ces derniers lui conseillent de ne pas divulguer son secret au risque de provoquer un état de panique générale dans tout le village. Ils se sont mis d'accord pour aller voir les plus démunis du village pour leur redistribuer le butin. Très vite l'information se propage dans tous le village comme une traînée de poudre.

ali baba elections

Ali Baba était donc obligé de tout raconter au conseil des sages. C'est un conseil composé de plusieurs sages du village connus pour leur sagesse, leur générosité et surtout leur vision. "C'est comme le conseil Star Wars avec maître Yoda, Windu...?", répliqua le petit. "Si tu veux, c'est à peu près ça!", répondis-je.

Les sages demandèrent donc à Ali Baba comment il compte redistribuer le butin aux habitants du village. Après tout, tous ont été victimes de ces pillages. Ali Baba, n'ayant aucune idée sur comment il comptait redistribuer le butin vu que ce n'était qu'un pauvre bûcheron qui ne savait que couper du bois, le conseil des sages décide alors de convoquer les vingt riches marchands du village, connus pour leur ingéniosité en commerce et pour leurs habilités en gestion des ressources, afin de leur demander comment faire profiter le villageois de cette manne.

Les marchands dont l'expérience en commerce n'est plus à démontrer ont commencé à faire des propositions. Tout le monde parlait en même temps et chacun avait ses idées, ses plans et sa stratégie pour faire du village et de sa population un exemple dans toute la région. Certains marchands voulaient investir l'argent récupéré dans la construction des écoles pour éradiquer l'ignorance qui ronge le village. D'autres proposaient de construire des hôpitaux pour soigner les plus démunis. Certains voulaient construire des routes et des barrages pour faire travailler les jeunes et éradiquer le chômage. D'autres voulaient créer des usines pour fabriquer et exporter des jouets pour gagner encore plus de pièces d'or et les redistribuer... Bref, énormément d'idées qui étaient censées servir l'intérêt des habitants du village et leur garantir une vie meilleure.

Devant cet enthousiasme spectaculaire, le conseil des sages décida de convoquer tous les habitants pour se réunir le lendemain dans la grande place du village. Là, les vingt commerçants ont parlé un par un devant la population pour exposer leurs idées et comment ils allaient faire pour y arriver. "C'est ce qu'on appelle un programme électoral, mon fils".

Ali Baba, quant à lui, s'est présenté devant la population sans vraiment proposer de programme concret mais il a promis à tous les villageois que s'il était choisi, il allait répartir le butin en 3 tiers. Un tiers pour les plus démunis (pauvres, personnes âgées, veuves...), un tiers pour construire des usines pour faire travailler les villageois et le dernier tiers pour renforcer la sécurité du village afin d'éviter de se faire piller encore une fois. Ali Baba a également promis aux villageois qu'il allait pourchasser et arrêter les 40 voleurs pour les traduire en justice.

Une fois les habitants informés, ils devaient choisir une personne parmi les vingt et une pour le charger de gérer leur trésor. Les habitants avaient donc quinze jours pour réfléchir et prendre leur décision. A la fin de ce délai, ils devaient tous se rendre à la grande place du village pour s'isoler dans un coin et cocher discrètement sur un bout de cuir le nom du marchand qu'ils ont choisi puis le mettre dans une grande boîte en bois. "C'est ce qu'on appelle voter, mon fils".

Or, durant ces quinze jours, beaucoup de choses se sont passées. Ali Baba qui croyait qu'il fallait juste demander aux villageois de voter pour lui, vu que c'est lui qui avait découvert la grotte et qui avait partagé ce qu'il pouvait avec les plus démunis, s'est rendu compte que les riches marchands utilisaient des méthodes illégales pour convaincre les habitants. Certains marchands conviaient des centaines de pauvres villageois à de grand festins et leur offraient de quoi manger et boire toute la nuit. D'autres, exploitaient la misère des plus démunis pour leur faire des fausses promesses (travail, enseignement, soins...). D'autres sans scrupules, distribuaient tout simplement des pièces d'or à tous ceux qui voteraient pour eux. "Mais c'est de la triche Papa! C'est injuste!", s'exclama le petit.

Bref, tout le village était en fête et tout le monde croyait que ces quinze jours de kermesse étaient le début d'une vie meilleure pour toute la population du village.

Or, en réalité, les grands marchands ne voulaient que s'emparer du trésor pour fructifier leurs fortunes et c'est pour cela qu'ils ont dépensé beaucoup de pièces d'or pour collecter les votes des villageois. Ils n'avaient pas du tout l'attention d'honorer leurs promesses. "C'est ce qu'on appelle des élections, mon fils".

Ali Baba s'est donc retrouvé seul dans son petit coin en train d'observer ce qui se passe autour de lui. Les marchands sont beaucoup plus ingénieux et rusés que lui quand il s'agit de manipuler d'innocents villageois. Il décida donc de se battre jusqu'au bout. "Et c'est Ali Baba qui a gagné à la fin, papa !?" demanda le petit d'un air confiant. "Il est tard mon chou, demain je te raconte la suite. Allez au lit maintenant!".

Demain je dois lui raconter la suite de l'histoire, et j'espère que nos élections connaîtront une fin aussi heureuse que celle du conte.

LIRE AUSSI: