Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Mostafa kheireddine Headshot

Les villes historiques au cœur des préoccupations du Forum national de la ville

Publication: Mis à jour:
MEKNES
Wikimedia Commons
Imprimer

PATRIMOINE - Pays de grande tradition urbanistique et architecturale, le Maroc s'est doté, au fil des années et siècles, d'un patrimoine bâti aussi riche que diversifié, et d'une valeur ajoutée inestimable. En effet, constituée d'une trentaine de médinas plusieurs fois centenaires et de ksour et kasbah, l'armature urbaine nationale compte aussi un patrimoine à forte valeur historique et civilisationnelle. Il s'agit du patrimoine qui date de la période coloniale et qui est précurseur d'une nouvelle pratique urbaine au début du XXème siècle.

Consacrée à la thématique "Villes historiques, patrimonialisation et coopération internationale", la quatrième édition du Forum national de la ville organisée à Meknès et Fès les 18 et 19 mai 2016, a été une occasion d'appréhender la problématique des villes historiques à partir de trois clés d'entrée à savoir la circulation culturelle, la durabilité de la ville, et la coopération internationale. Cette quatrième édition du Forum national de la ville a connu, en plus de la participation des hauts responsables politiques, des ambassadeurs de pays accrédités à Rabat, des députés et élus locaux, une forte présence de professionnels de l'urbanisme, des opérateurs économiques, des acteurs associatifs, des universitaires, et des Marocains du monde, soit plus de 350 participants.

Quels sont les grands enjeux auxquels sont confrontées les villes historiques? Quelle est la place des villes historiques dans l'armature urbaine? Comment réagissent les villes historiques et quelles réponses concrètes les politiques publiques apportent-elles aux défis économiques, démographiques, sociaux et environnementaux que connaissent les villes historiques? Comment capitaliser sur les bonnes pratiques (cas de l'ADER de Fès) pour transcender les difficultés de la sauvegarde des médinas dans les autres villes marocaines? Quelle place pour la coopération à l'échelle nationale et internationale dans la sauvegarde des villes historiques? Telles sont les questions qui ont été abordées lors de cette rencontre.

Deux enjeux majeurs émergent des débats et questionnements des intervenants et participants lors de ces deux journées. D'abord, comment rehausser les aspects urbanistiques, et rendre au patrimoine bâti sa vitalité économique? Et quels modes et outils de gouvernance pour assurer la viabilité économique, l'inclusion sociale et la durabilité environnementale aux villes historiques en tant qu'organisme urbain vivant?

"Il n'est plus permis de faire l'économie de la sauvegarde"

Les principaux enseignements à tirer de ce forum renseignent sur la qualité et l'intensité des débats qui constituent et constitueront dans l'avenir des facteurs déterminants dans les politiques publiques urbaines. Ainsi, face aux défis que connaissent les villes historiques en termes de mutations sociales, urbanistiques et économiques, les experts ayant animé ce forum partagent les mêmes préoccupations et appellent à la mise en place d'une stratégie à déclinaison multidimensionnelle, qui constitue une réponse aux défis urbanistiques, socio-économiques et environnementaux.

Il va sans dire que les politiques publiques urbaines continuent d'être interpellées sur le plan local, car ce dernier est le réceptacle des doléances et attentes des citoyens. Et par voie de conséquence, des réponses aux défis des villes historiques sont à rechercher dans le cadre de la convergence au tour de programmes d'action budgétisés. Pour rappel, sur un montant de 57 milliards de dirhams dédié à la mise à niveau urbaine de 230 villes, seulement 3% sont allés au patrimoine. Pour dire que le chemin est encore long pour faire du patrimoine bâti une préoccupation non pas d'un jour mais de toujours, afin qu'il puisse jouer son rôle de levier du développement socio-économique de la ville.

Aussi est-il important de souligner que l'avenir des villes historiques présente donc un défi et un véritable point de lancement des coopérations internationales, bilatérales et décentralisées, selon une diversité de pistes et d'objets dans l'ère du développement durable, du changement climatique et du dialogue des civilisations et cultures. Aussi, importe-t-il de rappeler que dans un contexte marqué par le développement de la démocratie participative et la concurrence entre les villes, l'enjeu institutionnel de gouvernance des villes historiques sera le grand défi à surmonter. Du fait que les pouvoirs publics seront davantage sollicités à agir sur un double front: rattraper les retards accumulés, et entretenir les tissus urbains vieillissant.

En guise de conclusion, il n'est plus permis de faire l'économie de la sauvegarde et de la mise en valeur du patrimoine bâti, quand on sait que, de par les expériences dans le pourtour méditerranéen, ce patrimoine est un vecteur de la valeur économique et culturelle durable.

LIRE AUSSI: Architecture: Jean-François Zevaco, ce génie casablancais mort dans l'oubli

Close
L’architecture du XXème siècle au Maroc en dix édifices
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée