Huffpost Maroc mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Mostafa kheireddine Headshot

Pour un meilleur avenir urbain

Publication: Mis à jour:
CASABLANCA TRAMWY
Wikimedia Commons
Imprimer

HABITAT - Sous le thème "Le développement urbain durable: l'avenir de l'urbanisation", l'ONU-Habitat organise le troisième Forum sur l'habitat et le développement urbain à Quito du 17 au 20 octobre 2016, après la première édition en 1976 à Vancouver et celle d'Istanbul en 2006.

Une tendance à l'urbanisation irréversible

Ce Forum se veut une occasion de faire l'état des lieux et d'établir une stratégie de développement urbain pour les vingt prochaines années, capable d'assurer aux villes et territoires la résilience et la durabilité escomptées en cette période d'incertitude urbaine, alors que la population urbaine mondiale est passée entre 2006 et 2016 de 45.1% à 54.5%, soit plus de 10 points en deux décennies, alors qu'elle était de 37% en 1976.

Ce Forum arrive à point nommé après l'adoption en 2015 par les Nations Unies d'une feuille de route de 17 objectifs de développement durable à atteindre à l'horizon 2030, et dont le onzième objectif a trait à la gestion durable des villes.

Aussi convient-il de souligner que la rencontre de Quito sur le développement urbain se tient à quelques semaines de la COP22 de Marrakech, une conférence qui fera date dans les annales des instances onusiennes par l'entrée en vigueur de l'accord de Paris et l'engagement des parties sur des actions concrètes de lutte contre les changements climatiques.

Par cette rencontre de Quito, l'ONU-Habitat offre l'opportunité, pour les décideurs, professionnels et acteurs socio-économiques, d'échanger sur les politiques et les stratégies permettant de réaffirmer le rôle des villes et des territoires en tant que moteurs du développement durable.

Une pratique urbaine à repenser

Espaces de création de la richesse matérielle et immatérielle, les villes marocaines sont, néanmoins, à la merci de la pression urbanistique et démographique. Cette évolution n'est pas sans impact sur l'armature fonctionnelle du système urbain marocain, puisque les villes ont connu et connaîtront, sans doute, des changements au niveau de leurs configurations socio-spatiales et se verront de plus en plus confrontées à des problèmes classiques (étalement urbain, qualité urbaine, etc.) et d'autres nouveaux (mobilité urbaine, mixité urbaine, vieillissement de la population, sécurité urbaine, résilience urbaine, etc.).

De ce fait, le système urbain aussi bien en termes d'approches que d'outils doit être sans cesse interpelé, en vue d'une réadaptation continue aux exigences de chaque conjoncture. Dans ce sens, il se doit d'être en mesure d'éviter la standardisation stérilisante des villes, les retombées négatives de l'emboîtement de territoires d'échelles différentes et des diversités caractérisant la vie urbaine.

L'enjeu véritable en matière d'urbanisme est de concilier les aspects technique, politique, économique, social, environnemental et culturel de la vie urbaine. Ce pari de dimension multiple ne peut être gagné que par le biais d'une pratique urbaine renouvelée. Et par conséquent, les réponses à ces défis doivent être à la hauteur de la manière de planifier, aménager et gouverner les villes pour leur assurer la durabilité et la résilience escomptée.

Espérant que l'adoption de la déclaration finale à l'issue du Forum, constituera une feuille de route qui éclaire les décideurs sur les politiques publiques urbaines en termes de stratégie, programmes et actions à implémenter au niveau des villes pour les vingt prochaines années.

LIRE AUSSI: Les villes marocaines viendront-elles un jour à bout de leurs bidonvilles?