LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Mostafa kheireddine Headshot

Gouvernement El Othmani I: Vers la fin de la traversée du désert du secteur de l'urbanisme?

Publication: Mis à jour:
CONSTRUCTION MAROC
Moroccoraki
Imprimer

URBANISME - L'avènement, en 1998, du gouvernement d'alternance sous El Youssoufi, a vu la création d'un pôle ministériel constitué des secteurs de l'Aménagement du Territoire, l'Environnement, l'Urbanisme et l'Habitat (MATEUH), et qui de l'avis des décideurs et professionnels, reflète une vision politique consacrant, à l'époque, des principes de territorialité, de complémentarité et de transversalité dans l'action publique. Période riche en production des connaissances et d'études stratégiques, dont le Schéma national de l'aménagement du territoire constitue un document de référence.

Quant à la période novembre 2002-novembre 2011, elle a été marquée par le rehaussement des secteurs de l'habitat et de l'urbanisme (2002-2007), et du développement territorial (2008-2011), en département ministériel pour la mise en œuvre de la politique gouvernementale axée sur la production de l'habitat, l'encadrement urbanistique des territoires et la territorialisation de projets. Ce qui de l'avis de beaucoup de professionnels, était un acte politique de bon sens de cette décennie.

Outre la synergie et la convergence des politiques publiques urbaines, des économies d'échelle sur le plan du management des ressources financières et humaines ont été les grands acquis de la fusion de ces secteurs en un seul département ministériel.

L'urbanisme, grand oublié de la mandature de Benkirane II

Au lendemain de la constitution du gouvernement de Benkirane I en 2011, les intervenants et spécialistes de l'urbanisme se sont réjouis de la nouvelle architecture institutionnelle gouvernementale optant pour la création d'un ministère de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Politique de la ville.

Or, le temps de se doter d'un référentiel en politique de la ville, résultat d'un débat national, une nouvelle mouture gouvernementale est née en 2013 sous le gouvernement Benkirane II, scindant ce pôle ministériel en deux départements. Et depuis, entre hésitations et tergiversations, le chemin du secteur de l'urbanisme a été ponctué par de grandes errances.

Le gouvernement El Othmani I, des pôles ramassés pour une convergence de l'action publique

Troisième expérience gouvernementale sous la nouvelle constitution de 2011, le gouvernement El Othmani I annonce-t-il la fin de la traversée du désert du secteur de l'urbanisme? Tout semble s'acheminer vers cette logique. Pour preuve, pour la première fois les partis politiques de la majorité ont donné priorité à la conception de l'architecture gouvernementale sur la distribution des portefeuilles ministériels.

Il importe donc à donner forme à ce choix stratégique d'un gouvernement ramassé et fonctionnel, et ce, en élaborant un programme politique capable de mieux appréhender les défis qui se dressent face à un secteur ayant longtemps payé le prix fort d'un nomadisme sur le plan de l'architecture institutionnelle des gouvernements qui se sont succédés depuis plus de trois décennies.

LIRE AUSSI: Urbanisme au Maroc: la loi 66-12, le grand malentendu