Huffpost Algeria mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Mohamed Saadoune Headshot

Quand Sansal insulte Ben M'hidi

Publication: Mis à jour:
LARBI BEN MHIDI
Archives
Imprimer

L'auteur de ces lignes a décidé depuis bien longtemps que Boualem Sansal ne méritait plus un seul octet car ses interventions publiques ne relèvent plus du débat intellectuel ou politique mais d'une perpétuelle publicité marchande, sans autre conviction que celle d'une détestation de l'Algérie et des Algériens. En parler, c'est participer à cette publicité mensongère que rien ne gêne et qui fait feu de tout bois.

Pas même le mensonge sans cesse ressassé dans les médias français que ses livres seraient interdits en Algérie alors qu'il suffit de passer par les librairies d'Alger pour voir qu'ils sont bien là, en grande quantité et qu'ils ne se vendent pas. C'est peut-être cela ce qu'il nous reproche, de ne pas nous intéresser à ce qu'il écrit, ni à ses copinages, ni à ses voyages.

C'est vrai qu'il existe un complot algérien contre Sansal : on a tendance quand on rencontre ses radotages à se boucher le nez et à passer notre chemin. Même quand il parle de manière imbécile d'une «occupation algérienne » reprenant une crétinerie en vogue, on passe.

Cela ne mérite pas de s'y arrêter même si c'est son souhait. Même quand il regarde l'Algérie avec les yeux, non pas des Français - dont beaucoup se mobilisèrent dignement et courageusement pour l'indépendance et la liberté des Algériens - mais des yeux de colons, on passe. C'est un complot pacifique que de ne pas s'intéresser à ce que dit Sansal.

Dérogeons un peu à la règle. Aujourd'hui, dans le journal Le Monde, dans un article consacré à l'horrible carnage de Nice, il glisse, dans une comparaison indigne, un long paragraphe sur la bataille d'Alger.

LIRE AUSSI:Boualem Sansal dérape et compare la Bataille d'Alger à l'attentat de Nice

Pourquoi a-t-il éprouvé le besoin de faire un parallèle qui ne peut que faire rugir les historiens entre un mouvement de libération nationale luttant contre un ordre colonial abject réduisant les indigènes à des sous-hommes, à des animaux ? Probablement par souci de titiller la fibre des nostalgiques de l'Algérie française et aussi d'insulter le combat des Algériens.

Ben M'hidi et les autres étaient donc, selon lui, des terroristes en 1957, ceux qui annoncent les terroristes d'aujourd'hui. C'est du Le Pen en plus cru. Ce qu'il reproche (toujours) à Ben M'hidi, c'est ne pas avoir des avions et d'utiliser des couffins.

Ce qu'il reproche à Ben M'hidi, c'est d'avoir fait l'Algérie, de l'avoir libérée. Sansal croit peut-être que sans Ben M'hidi et les autres, il aurait été éligible au statut de Français dans une Algérie où les indigènes continueraient à courber l'échine. Quelle misère ! Quelle inculture. Pardonnez cet intermède mais la bataille d'Alger le méritait. Désormais, je repasse et me bouche le nez.


LIRE AUSSI:
Boualem Sansal censuré en Algérie? Ses romans se vendent normalement dans les librairies d'Alger

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.