LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Mohamed Saadoune Headshot

La fraude n'est pas qu'au bac: gagner par la "ruse" est devenu un sport national en Algérie

Publication: Mis à jour:
TRICHE
Wikimedia Commons
Imprimer

Pourquoi travailler, réviser, faire des efforts quand les techniques "vieilles" ou modernes permettent de gagner sans effort et de ruser contre les règles? L'idéologie "dominante" en Algérie est celle de la "Qfaza", la débrouille, qui est devenue l'anti-thèse absolue du travail.

"On ne cherche pas à travailler en Algérie mais à frapper son coup". Faire des efforts, cela est laissé aux "naïfs".

Face aux " fuites" évoquées et grossies dans les médias, la ministre de l'Éducation, Nouria Benghrebrit, avait vaguement accusé des gens dans son secteur d'œuvrer à saboter le baccalauréat.

Elle vient de changer de fusil d'épaule après la découverte d'une candidate disposant d'un système de communication satellitaire dissimulé dans son oreille.

La "tricheuse", anonyme, qui a signé un procès-verbal de reconnaissance de fraude est désormais "célèbre" pour son usage peu honnête d'une technologie avancée qui est le fruit d'un travail et d'un savoir.

Elle permet surtout à la ministre de l'Éducation d'y trouver un argument de l'absence de fuite au baccalauréat.

Le "recours à ces techniques sophistiquées démontre qu'il n'y a pas eu de fuite des sujets" a-t-elle indiqué en accusant certains parents d'être impliqués dans ces tentatives de fraudes.

Elle a même évoqué, selon un journal, la mise en place d'appareils de brouillage dans les centres d'examens. Une option lourde qui laisse dubitatifs les observateurs.

Mme Benghrebrit, à l'évidence soulagée d'avoir des preuves que le problème n'est pas "interne" mais "externe" a promis de frapper d'une main de fer la "triche" et les tricheurs.

En réalité, le problème est interne et externe, il est général. C'est comme en politique, la fraude ne se déroule pas nécessairement le jour du scrutin, mais durant toutes les cinq années qui le précédent.

Et tant qu'il y a de l'argent, pourquoi faire des efforts? Le gouvernement ne peut pas demander aux algériens de payer les carburants et l'électricité à un prix approchant du coût réel car sa propre gestion n'est pas exemplaire.

LIRE AUSSI: Pour quoi étudier, quelle éducation dispenser et comment.

Un problème politique devenu un problème de société

On n'évoque pas la triche au travail -phénomène généralisée et réel- qui se traduit par une productivité au travail basse par rapport aux pays voisins. Pourquoi? Parce que la performance gouvernementale est faible malgré l'aisance financière. Et parce que les "affaires" montrent aussi qu'on triche sur les gros contrats et sur l'octroi des marchés publics.

Pour rester dans le secteur de l'Éducation, la pratique des cours privés par des enseignants qui flemmardent dans le cours "publics" donne aux élèves une illustration parfaite d'une triche banalisée.

À force de décourager l'effort, on a fini par créer le sentiment généralisé que le diplôme est un "droit" et non pas la sanction positive d'un effort validé par une institution.

Mais, il faut le rappeler, gagner par la ruse et la triche n'est pas l'apanage des candidats au baccalauréat, c'est devenu un sport national dans le cadre d'un système qui dévalorise, jusqu'à l'absurde, le travail et l'effort.

C'était pendant longtemps un problème politique lié au système rentier. Mais ce dernier a réussi -une terrible réussite!- à le transformer en un grave problème de société.

Travailler, faire des efforts, les Algériens le font -et souvent bien- à l'étranger. Pas chez eux. Cherchons l'erreur.

LIRE AUSSI:
Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.