LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Mohamed Saadoune Headshot

Accord sur le nucléaire: L'Iran a sauvé le TNP et le droit des peuples au savoir et à la science

Publication: Mis à jour:
IRAN
ASSOCIATED PRESS
Imprimer

La joie qui s'est exprimée mardi dans les rues de Téhéran après la conclusion de l'accord sur le nucléaire traduit, bien entendu, l'espoir que la situation économique et sociale va s'améliorer après la levée des sanctions qui sont imposées au pays.

Mais il y a bien plus que l'attente légitime d'un mieux-être, il y a un sentiment, fort et légitime, de fierté nationale d'un pays qui a su résister à l'embargo économique, aux attaques informatiques contre les installations nucléaires et, last but not least, à des opérations d'assassinats contre des savants et des scientifiques.

L'État iranien a fait preuve d'une résilience remarquable malgré l'embargo économique et les menaces de guerre qui semblaient parfois imminente. Il a continué, jusqu'au bout, et malgré une propagande hostile permanente sur ses projets présumés de se doter d'armes nucléaires, à défendre le droit au nucléaire civil qui lui est reconnu par le Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

Les agences de presse occidentales insistent à chaque début d'article pour dire que l'accord signé rend "quasi impossible la construction d'une bombe atomique par Téhéran". Comme s'il s'agissait de minimiser à tout prix le succès des négociateurs iraniens -et de leur État- à défendre le droit au nucléaire civil et à la maîtrise scientifique.

Le gouvernement iranien a constamment affirmé qu'il ne cherchait pas à avoir une bombe nucléaire mais qu'il ne transigerait pas sur son droit au nucléaire civil. L'accord signé avec les 5+1 consacre ce droit reconnu par le TNP.

LIRE AUSSI: Après 12 ans de crise, un accord historique sur le nucléaire iranien.

Le droit au savoir

Dans une négociation -comme son nom l'indique- on concède nécessairement certaines choses pour aboutir à un accord. L'Iran a fait des concessions importantes mais il n'a pas cédé sur l'essentiel: ses savants peuvent continuer à travailler dans le nucléaire et à en maîtriser le processus.

C'est un résultat important qui suscite la rage des ennemis de l'Iran, et notamment Israël, qui vont probablement mobiliser les réseaux de propagande. Il n'est pas inutile de rappeler -ce que les médias occidentaux occultent systématiquement- qu'Israël est le seul État au Moyen-Orient à détenir les armes nucléaires.

Il faut rappeler un autre fait historique établi au-delà de ce que l'on peut penser du système des Mollahs: l'Iran n'a pas provoqué de guerre au cours des deux derniers siècles. La guerre avec l'Irak lui a été imposée par Saddam Hussein encouragé par les monarchies arabes et les occidentaux avant qu'ils ne se retournent contre lui.

Pendant des années, la rhétorique un peu vantarde d'Ahmadi Ahmadinejad a servi "d'argument" de propagande contre l'Iran. Le changement à la tête de l'État -à la suite des élections présidentielles- a vu l'arrivée d'un nouveau personnel qui ne facilite plus la tache aux propagandistes.

Le président Hassan Rohani, avec l'accord de Khameneï, a fixé le but: on est prêt à négocier mais pas sur les droits de la "nation iranienne, notamment les droits nucléaires et à l'enrichissement d'uranium en territoire iranien dans le cadre des règles internationales".

L'Iran ne veut pas la bombe, mais il veut le savoir, il n'accepte pas que ses savants s'interdisent un domaine qui serait réservé à un club fermé. C'est bien l'enjeu majeur de ce bras de fer qui a duré douze ans. Les liquidations physiques de savants iraniens travaillant dans le domaine du nucléaire montraient bien que pour les adversaires de l'Iran, la bombe c'est le potentiel contenu dans les têtes trop bien faites de ses savants.

LIRE AUSSI: "Ne menacez jamais un Iranien!".

Un singe dans l'espace, c'est quoi?

En 2013, l'Iran a envoyé un singe dans l'espace à bord d'une fusée et l'a récupéré vivant. La prouesse scientifique et technologique montrait, pour ceux qui n'avaient pas une hostilité a priori contre ce pays, que les scientifiques iraniens travaillent et progressent.

Le singe dans l'espace a cependant provoqué des "inquiétudes" de la "communauté internationale" (formule bidon des agences de presse pour désigner quelques pays occidentaux et Israël) au sujet du programme spatial iranien.

On avait une illustration, caricaturale, que ce qui inquiète vraiment n'est pas que l'Iran ait cette bombe dont il ne veut pas. Ce qui est inquiète est bien la qualité et la performance, remarquables, e ses savants et de ses scientifiques.

On exigeait en réalité de l'Iran, non pas de la transparence, mais de s'engager à renoncer au savoir, à brider la tête de ses savants, à accepter l'idée insupportable que la science n'est pas ouverte à tous mais qu'elle est le privilège de certains pays.

Les iraniens ont refusé, pour faire plaisir aux Occidentaux, de faire vœu d'ignorance. Car les choses tournent autour du savoir. Du potentiel qu'il donne. Les iraniens se sont battus pour ce droit au savoir pendant douze ans. Ils n'y ont pas renoncé.

Face aux menaces qui leur étaient régulièrement faites, ils ont indiqué qu'ils riposteraient durement par tous les moyens. Les docteur Folamour étaient mis en garde, les va-t-en-guerre avaient en face d'eux une détermination sans faille d'un pays qui défend son droit.

Les iraniens se sont battus pour eux-mêmes. Mais ils se sont battus aussi pour les autres pays du sud-dont l'Algérie- en empêchant une interprétation totalement injuste du TNP qui consiste à concéder à certains pays le monopole du savoir et de l'enrichissement de l'uranium.

Le TNP est un engagement volontaire pour la non-prolifération qui reconnait le droit au nucléaire civil. Le droit à l'enrichissement de l'uranium en fait partie. En refusant d'accepter une interdiction absolue de l'enrichissement, l'Iran a sauvé la mise pour les autres signataires du TNP. Ils ne sont pas contraints à faire vœu d'ignorance dans le domaine nucléaire.

LIRE AUSSI: Pour l'Algérie, l'accord sur le nucléaire iranien est "historique".

... ET SUR LES BLOGS: L'accord sur le nucléaire en Iran et son impact sur l'héritage de Barack Obama en politique étrangère.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.
Close
Nucléaire: les Iraniens, en liesse, célèbrent un accord historique
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée