LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Mohamed Mehdi Headshot

L'Algérien est-il raciste?

Publication: Mis à jour:
RFUGIS SUBSAHARIENS  ALGER
FB
Imprimer

L'Algérien est-il raciste? Ma perception des choses est que NON, l'Algérien n'est pas raciste.
Pourquoi ? Vu le nombre de subsahariens dans certaines régions et quartiers, le racisme supposé des Algériens aurait dégénéré partout en violence.

Est-ce pour autant qu'il n'y a pas de problèmes ? Là aussi, je dis NON.
Pourquoi ? Parce qu'à chaque fois que les autorités, par incompétence avérée de nos élites dirigeantes, laissent les choses se faire sans les organiser ça donne ce résultat.

Petit rappel...
Après le séisme de 2003, des campements de chalets ont été installés dans plusieurs régions de la capitale.
À l'Est d'Alger (axe : Bordj El Kiffane, Bordj El Bahri, Aïn Taya, Rouiba, Dergana), les choses ne sont pas rentrées dans l'ordre du jour au lendemain.

Il a fallu beaucoup de temps (deux à trois ans au moins) pour que les résidents "originaires" de ces régions et les nouveaux arrivants ne s'accommodent du vivre ensemble. Un corps "étranger" reste "étranger" jusqu'à ce que des accommodations se fassent de part et d'autre.

Des bagarres rangées, j'en ai vu. "Ils" ont "dragué" nos filles (Tbellaw Bnatna) ou "ils" sont venus "ki Lhamedj", étaient des arguments vite sortis pour provoquer des bagarres. Le tout devant le silence placide des autorités, en particulier des élus locaux, qui n'ont rien fait pour que la cohabitation se fasse rapidement.

Des situations similaires ont été vécues récemment après le relogement des résidents de bidonvilles vers des cités, notamment Ouled Fayet qui en a reçu un gros détachement.

Ici je ne veux pas discuter des "sondages" à la con que certains partagent sur FB. D'abord, pour moi leur origine est suspecte. En plus, même si c'était vrai, ça reste que du virtuel.

Car chaque matin quand je prend le tramway, je vois des gens donner de l'argent à des adultes ou des enfants subsahariens qui en réclament à côté d'un guichet ou au sein d'une rame.

Je dis bien que des incidents peuvent arriver, mais je dis aussi que cela est EXCLUSIVEMENT de la responsabilité des autorités et des organismes de solidarité.

Quant aux "ONG" algériennes (type LADDH, toutes versions confondues) qui squattent ces incidents pour rédiger des communiqués, pour se donner bonne conscience, je leur dit : personne ne vous a vu sur le terrain.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.