Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Mohamed Elarbi Nsiri Headshot

La construction de l'identité Maghrébine à l'heure de la mondialisation

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Parler de l'identité nationale dans les pays du Maghreb est une entreprise qui a stimulé les réflexions de plusieurs savants de différentes disciplines, qui ont essayé de théoriser et d'expliquer ce phénomène assez vaste.

Au préalable, il ne faut pas confondre le caractère national d'un peuple avec les caractéristiques historiques acquises durant des millénaires et qui sont plus qu'un héritage culturel "imposé" sur l'esprit national.

En effet, le caractère national maghrébin transcende les générations et les idéologies locales, c'est pourquoi il prend des spécificités au cours de l'histoire et de l'évolution des générations selon la culture du temps présent, qu'on identifie dans les stéréotypes et les prototypes nationaux.

La culture en laquelle les maghrébins vivent marque fortement leurs comportements, leurs attitudes, leurs sentiments et leurs façons d'être.

À partir de là, on considère que ce ne sont pas les maghrébins qui diffèrent d'une communauté à l'autre, mais les circonstances dans lesquelles ils existent et qui mettent leurs empreintes sur leur devenir.

Les différentes circonstances ont façonné le fond de l'histoire contemporaine de la région, ayant résonance sur la manière d'être des individus, sur leurs comportements dans des situations concrètes et au cours des différentes étapes de l'histoire de leur communauté.

Il y a une série (peut-être) infinie de circonstances, d'institutions et de conditions qui ont contribué à ce qu'une communauté est au présent.

La recherche de toutes les institutions et les conditions participantes à l'évolution d'une communauté nationale est une entreprise illusoire.

La culture, les traditions, les rites, le système éducatif, le système administratif, l'organisation étatique ne sont que des dimensions n'ayant pas la prétention d'être primordiales, mais se revendiquant, chacune à son tour, d'un apport au développement de la communauté nationale.

Il faut encore dire que l'interaction entre la communauté locale et les institutions qui la gouvernent a donné naissance à d'autres institutions, circonscrites à d'autres conditions, marquantes pour d'autres événements et relevant d'autres attitudes et comportements.

Ce sont des sphères de plus en plus larges et complexes qui touchent la façon d'être de la collectivité maghrébine à laquelle ils s'adressent, en influençant les rapports et les identifications à son in-group et à son out-group, les sentiments qu'ils se construisent, les attitudes qu'ils adoptent, les croyances qu'ils promeuvent.

C'est la culture qui contribue substantiellement à cet ensemble identitaire caractérisant une collectivité nationale, par l'ensemble des processus, des agents et des institutions qu'elle gère.

Par la connexion qu'elle réalise sur l'axe temporel entre le passé et le présent, la culture arrive à amener au présent les productions matérielles et culturelles de la collectivité maghrébine dans une forme adaptée, afin d'être utilisée dans le façonnement identitaire et d'être transmise, dans une forme enrichie, aux générations suivantes.

L'identification du "caractère national maghrébin" réside dans la détermination de la régularité et non pas de l'uniformité à l'intérieur du groupe délimité par les frontières nationales, et dirigé selon les règles institutionnellement établies, concentrées et conservées au sein de la culture.

Dans ce système assez complexe de la transmission culturelle et du façonnement identitaire, l'héritage du passé prend sens au présent par les significations concentrées dans le système axiologique du présent, dominé par l'idéologie.

Leur transmission d'une génération à l'autre contribue activement à la reproduction de l'ordre social existant, disposition fondamentale pour la persistance de la communauté. Les dirigeants du Maghreb postcolonial ont pris conscience de cette détermination et ont pris soin de la transmission de l'idéologie dominante au présent par l'intermédiaire de ses institutions subordonnées et légitimées au sein de la collectivité, en faisant appel aux supports culturels hérités du passé qui confèrent de la confiance au processus développé, de la stabilité aux croyances enracinées et de la reconnaissance et légitimité aux dirigeants facilitant et favorisant le processus de la transmission culturelle.

L'État, par l'intermédiaire de ses gouvernants, s'est emparé de plus en plus de la mission de façonner les valeurs, les sentiments, les comportements et les attitudes des Maghrébins à l'égard de leur héritage historique.

L'ensemble des sentiments, des attitudes, des comportements et des identifications face à l'espace national est devenu une cible singulière, recevant une attention à part dans le cadre du système de gouvernement.

Les sentiments et les attitudes des citoyens à l'égard de leur État national sont orientés dans une direction précise: ils sont manipulés par le régime de gouvernement qui cherche à se faire accepter par les membres de la nation, à obtenir un statut légitime dans leurs perceptions et représentations, à établir une orientation mutuellement ajustée, ou coordonnée, de leurs comportements, voire une modification des orientations antérieures.

Pour réaliser ce but, l'État fait appel à ses institutions fondamentales, parmi lesquelles l'école occupe une place privilégiée, pour construire, approfondir et renforcer le sentiment du "nous" exclusivement axé sur la tradition nationale.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.