Huffpost Tunisie mg
LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Mohamed Ali Mankai Headshot

Gouvernement Youssef Chahed, et nous?

Publication: Mis à jour:
CHAHED
Zoubeir Souissi / Reuters
Imprimer

Les attentes du probable gouvernement Youssef Chahed sont énormes mais sont-elles raisonnables.

Tout mettre d'emblée sur le dos du jeune Chef du Gouvernement désigné est encore une fois un réflexe lié à une mauvaise compréhension de la Constitution.

Youssef Chahed a beau chercher à constituer une équipe jeune, innovante, non partisane... hélas, il n'a pas les mains libres.

Pour obtenir l'investiture, il lui faut une majorité de voix au parlement, il est donc tributaire du desiderata des partis.

Ce qui complique davantage la tâche, c'est la contrainte du Gouvernement d'union nationale, lequel n'aurait de sens que s'il bénéficiait du soutien du plus grand nombre de partis et de partenaires sociaux.

Youssef Chahed est donc obligé de jouer à l'équilibriste sauf s'il opérait un passage en force, "ça passe ou ça casse".

Le principal handicap de Youssef Chahed est son propre parti, Nida. En toute logique, il revient à ce dernier de jouer un rôle actif pour obtenir le ralliement des partis qui vont soutenir le gouvernement au parlement et de négocier les grandes lignes de l'accord gouvernemental. Or, il est bien clair que sa crise interne continue à le plomber et à l'empêcher de jouer son rôle naturel.

Youssef Chahed se trouve donc de facto privé d'un levier politique essentiel pour pouvoir former son gouvernement dans les meilleures conditions.

Face aux énormes difficultés du pays, il incombe à nous tous de faire preuve de sagesse patriotique pour aider Youssef Chahed à réussir sa mission, d'abord de former son gouvernement, puis de gouverner.

Qu'on le veuille ou non, Youssef Chahed représente une opportunité pour pouvoir construire quelque chose de nouveau en politique mais à condition que nous sachions faire preuve d'un état d'esprit tourné vers l'avenir.

Nous pouvons continuer à douter, à exprimer notre scepticisme, à vilipender les acteurs politiques..mais en quoi cela nous fera-t-il avancer? A moins que l'on veuille aller à des élections anticipées? Mais qui nous garantit que nous serons dans une meilleure configuration politique?

Nous avons changé 7 fois de gouvernement en espérant à chaque fois que les choses iront mieux. Il n'en fut rien. En réalité, c'est de stabilité politique dont nous avons besoin.

La gravité du moment met les partis face à une lourde responsabilité nationale, sauront-ils cette fois-ci prouver que la patrie passe avant les partis?

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.