LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Hamdi Baala Headshot

Des djinns de smartphone : un cas fou de la bêtise pour faire le buzz des TV du Bellahmar-Land

Publication: Mis à jour:
GHOST
Bloomberg via Getty Images
Imprimer

Mieux qu'ici makach ! Plus fort qu'ici non plus ! Plus fou aussi ! Sur le registre des choses qui rendent dingues nous avons été encore comblés cette semaine.

Il s'en est passé des choses dans le monde au cours de ces derniers jours. Dans l'histoire du développement des connaissances, ce sera la semaine où la NASA a annoncé avoir découvert Trappist-1, un nouveau système planétaire où une forme de vie extraterrestre pourrait avoir évolué.

Mais au pays de Belahmar, la presse algérienne a fait encore mieux : elle a découvert ou inventé des djinns qui vadrouillent via smartphone pour se saisir des esprits de petits collégien(ne)s. Une performance qui devrait faire pâlir de jalousie la Silicon Valley et tous ses clones dans le monde.

L'histoire du savoir ne le retiendra pas, mais retenons-le comme un marqueur de notre dépression nationale mortifère : Ennahar TV nous a appris mercredi dernier que 16 élèves d'une école moyenne à Batna se sont évanouis suite à l'utilisation d'une application mobile pour invoquer les "djinns", ou les esprits.

Ce n'était pas un gag un peu forcé, non, le journaliste de la chaîne qui a les faveurs des ministres et de toute la houkouma expliquait la chose avec le sérieux de quelqu'un qui annonce un cataclysme.


Et, comme on pouvait s'y attendre, dans le Bellahmar-mind cathodique qui fabrique les zombies, la chaine concurrente d'Ennahar, Echorouk TV pour la nommer rapporte à son tour son propre "cas" de Djinn numérique. 15 lycéennes ont été évacuées à Oran à la suite d'une "mauvaise manipulation" de l'application en question.

La voix off parle même d'une "alliance" entre les Djinns et les nouvelles technologies. Rien que ça ! Imaginez, dans ce monde dangereux, des programmateurs informatiques qui peuvent faire bouger les djinns à distance et rendre fous toute la population branchée d'Algérie. De quoi poussez les gens à demander au ministère de défense d'agir et de contrer cette grave menace contre les esprits en fermant Internet et en bloquant l'accès des djinns numériques au pays d'Echourouk et d'Ennahar!



D'autant que l'agence de presse officielle APS, dans une dépêche légèrement plus pondérée mais pas moins loufoque, a parlé du même cas à Oran en évoquant des "troubles psychiques causés par une application via internet".

L'APS, vous avez bien lu ! Cette agence d'information officielle que nous savons prudente à l'excès dans la diffusion de l'information qui reprend à son tour cette histoire d'application qui causerait des troubles psychiques via Internet, voilà qui nous perturbe.

Qu'Ennahar ou Echorouk versent dans la manipulation obscurantiste n'est pas nouveau. Les deux chaines se sont déjà illustrées par des reportages bidon comme le tristement célèbre "vampire" El Hadi. Mais que l'agence de presse officielle suive le même chemin de la Bellahmarisation, nous sommes troublés !

Pleure ô raison bien aimée au pays des Bellahmar, des RHB...

Il faudra expliquer sérieusement aux élèves, à leurs parents et encore plus précisément à ceux qui regardent les chaînes de télévision encore off-shore qu'aucune application n'est en mesure de transporter les djinns ou de les ramener des limbes ou d'ailleurs.... Il faut essayer de raison garder malgré le paysage d'audiovisuel belhamarisé d'Algérie. Il faudra leur dire que le djinn qui anime ces TV a un nom prosaïque : la quête du buzz.

Des psys peuvent examiner les personnes concernées. Ils découvriront probablement qu'il s'agit de cas d'hallucinations collectives. Voire de mauvaises farces qui tournent au délire. Une piste plus sérieuse que la djinn-application. Les élèves, qui sont en période d'examens, ont probablement utilisé une de ces nombreuses applications-canular qui pullulent sur le net.

Mais si on ne rencontre pas les esprits maléfiques dans les rues, dans les classes ou dans les applications, on ne peut pas dire qu'ils n'existent pas. S'ils existent. Ils sont ignorants ou font semblant de l'être. Ils ont des journaux et des chaînes de télévision. Ils se nourrissent cyniquement de la bêtise qui fait le buzz. Ils tentent de replonger les téléspectateurs (et l'Algérie) dans les ténèbres avec des moyens de la modernité. Ils n'ont rien de surnaturel et ils n'habitent pas Trappist-1. Ce sont des chaînes off-shore qui vivent dans le Bellahmar land.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.