LES BLOGS

Des points de vue et des analyses approfondis de l'actualité grâce aux contributeurs du Huffington Post

Michaelle Jean Headshot

Soutenir la Tunisie ou le Temps 2 de la révolution

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Il est des visites officielles à la dimension humaine bouleversante qui nous ramènent à l'essence même de notre engagement politique. Le séjour effectué en Tunisie à l'invitation du président de la République à la fin juin fut de ces visites-là et je dois avouer que j'en suis revenue avec une volonté d'agir galvanisée. Je connaissais bien ce pays dont j'avais suivi, avec passion, la révolution de 2011 puis tout le processus de transition démocratique durant ces six dernières années. J'y avais d'ailleurs déjà effectué une mission dense, inoubliable, en tant que chancelière de l'université d'Ottawa, en 2014, peu de temps après l'adoption historique de la nouvelle Constitution et rencontré l'ensemble des forces vives ayant œuvré à l'émergence de cette jeune démocratie.

Mon objectif en m'y rendant, cette fois, en tant que Secrétaire générale de la Francophonie, était d'affirmer l'importance que j'accordais à la consolidation de cette expérience démocratique exemplaire. Exemplaire pour le monde arabo-musulman et exemplaire pour l'espace francophone. Par ailleurs, dans la droite ligne de la décision adoptée à l'unanimité par les États et Gouvernements de désigner la Tunisie comme hôte du Sommet de la Francophonie en 2020 à l'occasion du 50e anniversaire de l'Organisation, il s'agissait aussi, au nom des 84 États et Gouvernements de l'OIF, de dire au peuple tunisien: "la Francophonie est à vos côtés, aujourd'hui plus que jamais".

Car qui d'entre nous a oublié les visages plein d'espoir de ces hommes et de ces femmes, qui en fin d'année 2010 et au tout début de l'année 2011 défilèrent et revendiquèrent au nom de la liberté et de la justice sociale. Jeunes et vieux, riches et pauvres, citadins et ruraux, religieux et non religieux, rappelons-nous leurs silhouettes déterminées, leurs regards lumineux, leurs aspirations et leurs espoirs. Rappelons-nous leurs voix, frêles au départ, puis, aussi puissantes que dans un chœur antique, scandant frénétiquement: "Dégage! Irhel!", "Liberté! Horia!". Et c'était la révolution! Une révolution bilingue, en arabe et en français, cette double chance pour s'adresser au monde, me suis-je dit, le cœur battant. Une révolution citoyenne, pacifique, digne. Une révolution encore inimaginable quelques mois auparavant. Une révolution qui provoqua une onde de choc dans le monde arabe mais aussi au-delà.

Élections libres, formation d'une Constituante, adoption d'une Constitution exemplaire, alors même que d'autres soulèvements arabes se transformaient en guerres civiles, ethniques, tribales, la Tunisie gardait le cap cochant toutes les cases d'une nation en marche vers son destin. Et quand, en 2013, le pays risqua de basculer dans la violence à la suite de l'assassinat de deux leaders politiques, c'est encore la maturité politique du peuple tunisien qui prévalut avec la création d'un "Quartette pour le dialogue national" composé de membres de la société civile lequel contribua à ramener la concorde.

Malheureusement, depuis l'année terrible de 2015 et les attaques terrifiantes du Musée national du Bardo à Tunis et d'un hôtel à Sousse, lesquelles firent tant de victimes innocentes, la Tunisie ne suscite plus l'enthousiasme et l'admiration mais bien la crainte voire le rejet. Même le prestigieux Prix Nobel venu, en 2015, récompenser le "Quartette pour le dialogue national" n'a pas suffi à la faire sortir d'un certain isolement politique, économique et médiatique. Or cet isolement, n'était-ce pas l'objectif recherché par les groupes terroristes de la région désireux d'anéantir le projet démocratique tunisien?

À une échelle concrète et à sa manière, la Francophonie a, quant à elle, eu cœur de soutenir la Tunisie depuis le début de la révolution de 2011. Elle lui a en effet apporté un appui conséquent en matière d'accompagnement électoral, de régulation des médias, de professionnalisation des journalistes, de formation de la police tunisienne encore en matière de justice transitionnelle. Et ce que nous voulons désormais engager, c'est un plan de coopération renforcée et robuste dans les domaines politique, économique, sociaux et éducatifs et ce, dans la perspective, en 2020, du tout premier Sommet de la Francophonie jamais organisé par un pays du Maghreb. Dans ce pays dont la langue officielle de la Tunisie est l'arabe mais où le nombre de locuteurs francophones est estimé à quelque 6,6 millions, soit plus de la moitié de la population, nous mettrons donc tout en œuvre pour contribuer au succès de ce sommet.

En vue de cette perspective politique forte et pour me faire une idée des évolutions survenues depuis mon séjour en 2014, j'ai donc voulu aller à la rencontre des plus hautes autorités politiques mais aussi de jeunes entrepreneurs, du patronat tunisien, de militants des droits humains, d'artistes, d'enseignants, d'intellectuels. Et qu'ai-je constaté à leur contact?

Que les institutions créées par la Constitution de 2014 continuent de se mettre en place laborieusement mais de façon régulière dans tous les domaines. Que l'indispensable processus de réconciliation progresse lentement mais sûrement.

Que les associations féminines après avoir salué les avancées de la Constitution ont dès le lendemain de son adoption milité pour que les principes de celles-ci se concrétisent par l'adoption de projets de lois. Le résultat de ce militantisme mais aussi d'une volonté politique marquée? Le Parlement tunisien a voté à l'unanimité ce mercredi 26 juillet, une loi très attendue pour lutter contre les violences faites aux femmes. Le texte supprime notamment la possibilité pour l'auteur d'un viol sur mineure d'échapper à des poursuites en épousant sa victime.

Que le secteur des médias continue de faire preuve de vigilance dénonçant toutes les situations où l'État lui semble faire preuve d'ingérence.

Que des réformes économiques s'engagent et que la monnaie s'est quelque peu stabilisée. Que la saison agricole a été bonne, que la production de phosphates est revenue à son niveau de 2010 et que le tourisme reprend, bon an mal an.

Que si sur le plan sécuritaire, la Tunisie continue à faire face à la menace terroriste en déjouant régulièrement des projets d'attentats, elle n'a plus connu d'attaque d'envergure depuis un an et demi, mais elle se sent seule sur ce front de tous les dangers. Que la difficile lutte contre la corruption a également et courageusement été lancée en mai dernier par le chef du Gouvernement lequel incarne ainsi magnifiquement l'aspiration de tout un peuple, de toute une jeunesse. Que c'est encore la Tunisie qui est là quand il s'agit d'accueillir de façon solidaire et généreuse, les populations fuyant le chaos de la Libye voisine avec laquelle elle partage 500 km de frontières.

Bref, la Tunisie déterminée, tenace, infatigable, opiniâtre, travaille à consolider le rêve collectif de démocratie de millions de citoyens tunisiens. Au quotidien. Et seule, la plupart du temps. À cet égard, lors des échanges dynamiques souvent empreints d'une grande émotion que j'ai eus avec mes interlocuteurs issus de tous horizons, une question m'a régulièrement été posée: "Mais qu'attend la communauté internationale pour soutenir la Tunisie?". Et cette question, je l'adresse à mon tour à ladite Communauté internationale. Oui, qu'attendons-nous pour soutenir la Tunisie dans ses efforts acharnés pour stabiliser cette jeune démocratie? Qu'attendons-nous pour la mettre au centre de nos préoccupations? Car nous le savons, seule une aide économique massive assortie de conditions prenant en compte, la situation du pays de façon réaliste permettra de remettre en marche les différents moteurs économiques du pays. Le soutien à la transition économique, véritable temps 2 de la révolution est indispensable, vital et urgent si l'on veut éviter de mettre en péril les précieux acquis de la transition politique. L'enjeu est de taille pour tout l'espace francophone voire au-delà et j'en porterai le plaidoyer partout où cela sera possible.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.